La prise d’otages en Algérie pousse les Etats-Unis à s’impliquer au Mali

21

“NOW WHAT ?” La question posée par le général Carter Ham, commandant des forces américaines en Afrique, quelques heures avant le déclenchement de l’intervention française au Mali, et rapportée par le New York Times, a soudain pris du relief depuis qu’en Algérie, des Américains ont été pris en otage par Al-Qaidaau Maghreb islamique (AQMI). Longtemps perçue comme lointaine, la menace s’était déjà singulièrement rapprochée lorsque, le 11 septembre, le consulat américain à Benghazi avait été attaqué, au risque de mettre en difficulté Barack Obama en pleine campagne présidentielle.

Le général américain Carter Ham, commandant en chef des forces armées des Etats-Unis en Afrique. | AP

Les événements survenus sur le site gazier de Tigantourine rendent inévitable une implication directe. “Lorsque ces événements seront terminés, nous ferons tout ce que nous pourrons pour pourchasser et combattre AQMI”, a déclaré jeudi 17 janvier la secrétaire d’Etat Hillary Clinton. “Les terroristes doivent savoir qu’ils ne trouveront aucun sanctuaire, aucun refuge. Ni en Algérie, ni en Afrique du Nord, nulle part”, a renchéri, vendredi à Londres, le secrétaire à la défense, Leon Panetta.

Le fait que, selon l’agence mauritanienne ANI, les preneurs d’otages proposent, vendredi, d’échanger les otages américains qu’ils disent toujours retenir, contre deux militants islamistes emprisonnés aux Etats-Unis, ne fait qu’accroître la tension avec Washington. Vendredi matin, un avion américain s’est posé sur l’aéroport d’In Amenas, à proximité du lieu de la prise d’otages, en vue de l’évacuation des ressortissants des Etats-Unis.

Après des mois passés en retrait, à tenter de contrecarrer les pressions de la France en faveur du déploiement d’une force internationale au Mali, Washington avait déjà dû commencer à préciser sa position, lorsque Paris est passé à l’acte sur le terrain. L’attaque menée mercredi en plein désert algérien a changé les données du débat, posant d’autre part crûment la question du degré d’implication dans la crise malienne elle-même. Les Etats-Unis prennent “très au sérieux”l’opération militaire française et “examinent les différents domaines dans lesquels une assistance pourrait être fournie”, avait déclaré M. Panetta, mercredi à Rome, où il se trouvait dans le cadre d’une tournée européenne.

“QUI SE SOUCIE DU MALI ?”

Vendredi, les Américains ont franchi une étape en acceptant de fournir aux Français non seulement des renseignements (ce qu’ils font depuis le début de la crise) mais, à titre payant, des avions-cargos destinés à “acheminer des troupes et du matériel”. En début de semaine, le ton était très différent. Le New York Timesconseillait au président Hollande de “résister à la tentation de lancer une offensive terrestre [au Mali] qui conduirait presque certainement à une contre-offensive insurrectionnelle de longue durée que la France n’aurait pas les moyens de réduire”. Quant au patron du Pentagone, il insistait surtout sur la “tâche difficile” qui attendait les Français dans le désert.

“Aux Etats-Unis, il y a eu une certaine ambivalence à propos de l’enjeu malien,analyse Bruce Riedel, chercheur à la Brookings Institution. Certains experts ont estimé qu’AQMI n’était qu’un groupe criminel instrumentalisant la religion et donc pas une menace politique de premier ordre. Cette vision est terminée avec la prise d’otages. Les Etats-Unis ne vont pas se précipiter au Mali, mais les événements d’Algérie vont renforcer le sentiment qu’il faut soutenir l’effort de la France et des pays africains.”

Vu des Etats-Unis, le Sahel ressemble à la planète Mars et le Mali est si peu connu que Mitt Romney, candidat à la présidentielle contre Barack Obama l’avait situé au Proche-Orient pendant un débat télévisé. Pour rattraper le manque de connaissances de ses lecteurs à propos du Mali, le Washington Post propose d’ailleurs, en ligne, de répondre aux “neuf questions sur le Mali que vous n’osiez pas poser”“Qui se soucie du Mali ?” est l’une des interrogations retenues. Réponse teintée d’ironie : “La France”.

ÉCHEC DE LA STRATÉGIE AMÉRICAINE

Le coup d’Etat militaire de mars 2012 à Bamako et surtout la prise de contrôle du nord du Mali par les islamistes, dès avril, avaient sonné l’échec de la stratégie conduite jusque-là par Washington dans la région, reposant sur l’entraînement d’éléments supposés exemplaires de l’armée malienne, contre le terrorisme.

Les Américains ne s’illusionnaient guère sur la solidité de l’armée malienne, comme en ont attesté les télégrammes diplomatiques révélés par WikiLeaks à la fin de 2010. Mais le fait qu’un officier qu’ils avaient formé, Amadou Sanogo, conduise le putsch contre la démocratie malienne, et surtout la défection de 1 600 hommes au moment crucial de l’insurrection au Nord, ont soulevé un sérieux doute sur l’efficacité des quelque 600 millions de dollars (450 millions d’euros) dépensés en quatre ans pour contrer l’islamisme au Sahel.

Barack Obama, occupé à négocier le retrait d’Afghanistan et en pleine campagne présidentielle, n’avait nulle envie de se lancer dans une nouvelle aventure militaire, d’autant que les menaces des émules sahéliens d’Al-Qaida ne semblaient pasviser en premier lieu la population américaine. Un projet de frappes ciblées destiné à éliminer physiquement les leaders fut abandonné. Le mot d’ordre consiste àdiriger depuis l’arrière (“lead from behind”) sous couvert d’une aide à une contre-offensive menée par les Etats africains eux-mêmes.

“C’EST DE LA MERDE”

Cette position s’est doublée d’une critique de l’activisme français basé sur une mobilisation compliquée des Africains. “C’est de la merde [crap]”, commenta poétiquement hors micro Susan Rice, ambassadrice américaine aux Nations unies, en décembre, à propos du plan franco-africain de reconquête du nord du Mali. Le reproche de nourrir la propagande islamiste par une internationalisation du conflit a aussi été fait. Ce qui n’empêche pas les Américains de fournir aux Français leur assistance en termes de renseignement.

“Le gouvernement malien est un problème pour l’administration Obama : les règles américaines rendent très difficile le soutien à des autorités non issues d’élections libres”, soulignait mercredi John Campbell, spécialiste de l’Afrique au Council on Foreign relations. Mais ces règles empêchent-elles d’épauler la France ? “Les juristes de l’administration veulent s’assurer que nous disposons des bases légales”, insistait M. Panetta mercredi encore. Depuis la prise d’otages en Algérie, il n’est plus question d’“obstacles juridiques”. Des avions transporteurs de troupes et de matériels tels que des C17 ou des C5 vont être affrétés. Entretemps, en ôtant la vie de citoyens américains ou en les menaçant, AQMI a confirmé son statut d’ennemi de l’Amérique.

Philippe Bernard avec Sylvain Cypel (à New York)

LE MONDE | 18.01.2013 

 

PARTAGER

21 COMMENTAIRES

  1. MALIENS VIGILANCE
    LA FRANCE SE BATS A NOS COTÉES CONTRE LES TERRORISTES ISLAMISTES ON LA REMERCIE MAIS CETTE MÊME FRANCE AINSI QUE LES OCCIDENTAUX ET ARABO-BERBERES SOUTIENNENT TOUJOURS LES BANDITS DU MNLA ET LEURS REVENDICATIONS ETHNIQUES QUI VISENT A NOUS VOLER 2/3 DU MALI

    MALIENS NE SOYEZ PAS NAÏFS PRÉPAREZ-VOUS A L’APRÈS GUERRE OU ON DEVRA PRIMO FAIRE FACE SEUL FACE AU DÉFI DES SUPRÉMACISTES TOUAREGS QUI VEULENT NOTRE PERTE ET DEUXIO LE DÉFI QU’EST LA CONSTRUCTION D’UN VRAI ÉTAT DÉMOCRATIQUE FORT AVEC UNE POPULATION ÉDUQUÉE ET QUI A ACCÈS AU SERVICES DE BASES AINSI QUE LA CONSTRUCTION D’UNE VRAI ARMÉE REPUBLICAINE SANS DÉBILE MENTAUX DU GENRE SANOGO

    ❗ ❗ ❗ ❗ ❗ ❗

  2. Je me demande, pourquoi les maliens veulent impliquer les autres pays dans leurs affaires intérieures? Le peuple malien est connu pour son courage et sa sagesse. C’est l’histoire qui le dit. Comment les maliens attendent que les autres les libèrent alors qu’ils sont capables eux même de libérer leur territoire?
    Je souhaite que les maliens mettent de l’ordre dans leurs états d’âme et réfléchissent autrement
    Ils doivent comprendre qu’une intervention américaine ou française est une occupation du Mali et ils ne doivent pas compromettre leur indépendance. Ils doivent demander les armes que la France et l’Amérique ne veulent pas leur fournir, pour des raisons politiques et stratégiques
    Ils doivent comprendre aussi qu’une guérilla n’est pas capable de venir à bout d’une civilisation très veille comme celle du Mali. Ils doivent donc cesser de paniquer et de passer à l’action en commençant par s’unir et s’organiser. Le sens du sacrifice est à même de faire le reste et ce n’est pas impossible

    • Ils doivent demander les armes que la France et l’Amérique ne veulent pas leur fournir, pour des raisons politiques et stratégiques

      voici un condensé de toute la légèreté de votre post. à elle seule, cette phrase dit tout du niveau de votre analyse. et dire que vous vous érigiez en plus, en donneur de leçons… sachez que comme l’Algérie, la Mauritanie prétend être intraitable sur la question terroriste pendant même que toutes les deux ménagent des terroristes sur leur sol (la composition de aqmi et du mujao en est une flagrante démonstration). mais les tragiques évènements survenus sur le site gazier de Tigantourine ces derniers jours sont venus prouver si besoin en était, que nul n’est infaillible au terrorisme, même pas ces nations laxistes qui fabriquent les terroristes. c’est un fait, et c’est idiot de ne pas en tenir compte… et se rendre alors compte, que le ventre mou du Sahel peut être ailleurs, là où on s’y attend le moins, sinon pas du tout…

  3. Les français ne sont pas des idiots, ils ne peuvent déprécier leur produit. il est donc logique qu’ils gonflent le moral des soldats et officiers qu’ils forment, qu’ils louent leurs qualités professionnelles, le sens de l’effort. dans le cas contraire ils seraient contraints d’admettre que la formation dispensée dans leurs écoles est un navet. Les instructeurs français savent depuis longtemps que le militaire africain est un baudet près à exécuter les consignes de paris. les exemples sont légion et pour ne pas aller loin admirons les qualités de stratège de Moussa Traoré ou celui que tous las africains regrettent : le grand Mobutu

  4. les americains nul n est dupe ils n ont pas d interet au mali. c est pour cela qu ils ne cessent de trouver des raisons pas du tout valables pour ne pas intervenir. Je prefere de loin la politique Bush que celle de barak.

  5. les américains ne peuvent soutenir que des autorités issues d’élections libres?Les autorités du koweit, de l’arabie saoudite, sont peut être issues d’élections libres?Ben laden, au moment où il bénéficiaient du soutien des etats-unis pour combattre la russie en afganistan était aussi issu d’élections libres?

  6. Ce qui me gene dans la position americaine n’est pas son-implication directe ou indirecte dans la reconquette du Nord Mali mais plutot son “DENIGREMENT a OUTRANCE” de nos maigres forces armees africaines et malienne en particulier a faire face.
    On n’a jamais entendu la France proferer des propos DECOURAGEANTS a l’egars de la faiblesse nos forces armees, elle l’a soutienne, l’a forme l’a moralise et l’aide a se battre courageusement et les resultats apres une semaine sont la pour nous edifier que la volonte et le morale est inne chez l’homme et qu’elle peut SURGIR avec un petit coup de pouce. Vu de cet angle nous condamnons FERMEMENT les propos decourageants de Suzanne Rice qui reflete la position officielle des USA vis a vis des forces armees africaines. Si demain l’Afrique FAVORISE la France dans l’octroie des ses marches JUTEUX que les autres se TAISENT car l’Afrique n’est pas pauvre elle a ete APPAUVRIE et l’Afrique est toujours RICHE dans son sous sol.
    A bientot et Vive la France.

  7. “Entretemps, en ôtant la vie de citoyens américains ou en les menaçant, AQMI a confirmé son statut d’ennemi de l’Amérique.”. Erratum: Les auteurs voulaient probablement écrire ” statut d’ami” . les lecteurs auront corrigé d’eux même. C’est fait. L’étau franco-us sur le Mali sera sévère maintenant que la séquence In Aménas va casser les hésitations.

    • Ton mensonge est grossier ! Cette ordure n’est pas ansar eddine mais mujao ! c’est OULD la merde du MUJAO !
      Le salut de la sous-région, c’est le MNLA !
      Sans AZAWAD, il n’y aura pas de mali stable !
      Les touaregs, berabiches et arabo-berbères de l’azawad ont le droit de s’autogérer ! Ils doivent vivre libres et non sous la férule des terroristes ou des non moins exécrables que sont les racistes primaires du sud mali.

  8. les usa viennent aider la france au mali, pour leurs propre securiter.en voyant bien les usa sont menacés plus que tous le monde.les usa a parfaitement mille raisons d’intervenir a cette guerre.CAR CE POUR FINIR LE NOM TERRORISTE AU MONDE.je remercie encore une fois françois hollande.

  9. Je ne reconnais plus cette Amérique dans cette crise malienne.. Enfin que veut elle vraiment du Mali?

  10. Oui pas d installations…mais le destin cruel fait qu en ce moment ils ont des otages en ALGERIE qui les lient à cette crise, alors il va bien falloir être arrêter de faire l autruche..

  11. Seulement, ils n’ont aucune installation dans la bande sahelienne contrairement a la France. Donc ils s’en fichent qu’il y ait terrorisme ou non.

  12. Non c est en Irak que l Amérique sous Bush junior a agis illégalement,Bomb regardez cette video ,les américains savent bien qu il est question d une invasion et une occasion pour provoquer l occident( Grace au MNLA et leurs rêve d azawad) au detriment des maliens et que l implication de la France selon la charte de l ONU est légitime et leurs problème est ailleurs et avec certain états qui soutiennent ces mouvements EXTREMISTES et pourtant l Amérique entre autres sont depuis toujours leurs ennemis juré, qu ils interviennent ou non au Mali.

    http://www.youtube.com/watch?v=d1OcSRILVc0&feature=youtube_gdata_player

    Le message est plutôt claire… il Est temps que tout le monde se lève pour liberer le Mali afin qu il retrouve L INTEGRALITE de son territoire et que cela soit fait à FRANCHES COUDÉS pour que la réponse à ces actions terroristes sois très claire, comme l a fait l ALGERIE, on critique mais ils auraient attendu il n y aurai eu aucun rescapé,ces gens sont là pour tuer et mourir !

  13. On n veut pas de leur présence militaire.
    On leur prouvera bien avec l’aide de la France que notre “plan de merde en valait la peint”

  14. C’est en Libye qu’ils devait se demander si leur intervention était légale ou pas.S’il faut enfreindre aux lois pour sauver l’existence de toute une nation,on a pas à réfléchir.Nous remercions la France de Hollande pour nous avoir prêté mains fortes.La CEDEAO aussi devrait se poser des questions.Avant,l’armée malienne a toujours répondu présente à l’appel,maintenant que le Mali a besoin qu’on lui renvoie la corde,les gars trainent les pieds.

    • Je crois que vos neurones naissent dans le rectum et finissent directement dans le cerveau car vos réflexions ont une odeur de merde. Les États-Unis et la CEDEAO sont et demeurent de bons partenaires du Mali. Vous souvenez-vous de l’émeute de la junte sur le tarmac de Sénou pour refouler les chefs d’états de la CEDEAO en l’entame de cette crise ? Auriez-vous oublié toutes ces mains tendues de la communauté internationale pour la gestion de cette crise, furieusement repoussées par des quidams ? Voilà qu’au moment ultime Dioncounda fit appel à Hollande et non à Alassane, non à Yayi, non à Ban, non à Barack, car la France émergeait, pour diverses raisons, comme l’unique protagoniste stratégiquement capable de secours compte tenu de l’urgence affichée par l’occasion. Heureusement qu’elle a entendu.

  15. Les US ne devraient pas s impliquer directement , vaudrait mieux qu ils aident d un point logistique . La presence Americaine ne va faire que motiver les terroristes de tous les coins du monde .

  16. les USA st en retard! On parle de democracy si un pays neexist mm pas!!! le problem du Mali depasse tout l’Afrique. Il falait fraper ces terroristes depuis… l’intervention de coalition en Libby a contribue bcp a destabliser le Mali.

  17. Ris bien qui rira le dernier. Le comportement Américain est tout simplement égoiste, arrogant et raciste. J’ai vecu plus de 10 ans dans ce pays et je sais de quoi il s’agit.

Comments are closed.