Coin des Artistes Hadja Fatoumata Koné dite Babani ou Sirani

0
61

Notre rubrique le coin des artistes s’intéresse à une star de la musique malienne et pourquoi pas mondiale. Il s’agit de Hadja Fatoumata Koné dite Babani ou Sirani comme elle se plait de se faire appeler. Cette dame au sens élevé de l’humour, de l’amour pour son prochain, bref sensible aux réalités de notre société, est aujourd’hui une star incontournable dans le monde de la musique malienne, africaine et même mondiale. Qui est Babani Koné?

 

Née Fatoumata Koné, la «Sirani» c’est-à-dire, la première fille de sa mère, est originaire de Ségou, la capitale administrative de la 4e région du Mali. Elle est homonyme  de sa grand-mère paternelle qu’on appelait Babani. Qui connait le regretté «Ba Salif Koné», dira sans risque de se tromper que Siran est issue d’une famille très nombreuse, ce qui lui a même permis d’avoir de l’amour pour tous ses frères et sœurs de la famille et même de l’extérieur. Babani est mariée et mère de trois filles. Sa première fille est mariée et vit aux Etats-unis avec son mari. Les deux autres sont avec leur maman à Bamako et poursuivent les études.    

                                                                 

Comment est-elle venue dans la musique?

A noter que Sirani est l’unique enfant de la famille Koné qui  chante, chose qui n’était pas d’ailleurs le souhait de son feu père, Ba Salif Koné, dont le souci majeur était que Fatoumata aille à l’école, pour étudier et devenir  un futur carde du Mali. Mais comme dirait l’autre, le destin de Babani était déjà tracé par le bon Dieu. Elle  avait déjà  pris le gout de la musique auprès de sa grand-mère paternelle. Selon un proche de la grande  famille Koné de Ségou : « Sa grand-mère l’amenait dans les cérémonies de baptêmes et mariages, où elle chantait. Elle utilisait ainsi son homonyme Sirani comme choriste». Très intelligente et ambitieuse, la petite fille ne tardait pas à révéler ses talents de chanteuse, assimilant avec facilité les gestes, techniques et intonations vocales de la grand-mère. C’est ainsi qu’elle sera très tôt découverte et engagée par les responsables de la jeunesse de la localité pour participer aux manifestations culturelles (interquartiers, interscolaires et le mouvement pionnier.) En participant à la Biennale Artistique et Culturelle, elle se révélait comme une future star de la musique à travers une voie extraordinaire.

 

Cette voix envoutante du Mali, imprégnée des bases de la musique auprès de sa grand-mère, elle s’est donc lancée dans la musique, à travers les chansons de Fanta Damba N°1 qui était son idole. Faut-il rappeler que cette Fanta Damba était  une des grandes  voix de la chanson ségovienne. Pour  satisfaire son désire de devenir comme son idole, Babani Koné  s’est mise à la collection de tous les albums de Fanta Damba N°1, dans le souci de faire plus que son idole à l’avenir.

 

 

La discographie de Babani Koné

Avec une discographie riche et variée, Babani a vite su qu’elle avait de talent pour produire des opus pour le plaisir de ses fans. C’est pourquoi, en 1997, avec «Sanu Djala», composé de 8 titres,  la diva de Ségou a laissé ses fans déguster la bonne musique ségovienne soutenant sa voie d’or. Ses fans n’ont attendu qu’une seule année pour la voir mettre le feu dans le cœur des uns et des autres, à travers son 2e album intitulé «Barika»’ en 1998. Cet album connaitra d’ailleurs un franc succès et cela, même au-delà des frontières du Mali, permet alors à notre Sirani  de doubler encore d’effort aux plans national et international. Son 3e  album  dénommé «Djéliya» est sorti deux ans après, c’est-à-dire en 2000. Les fans de Sirani attendront quatre longues années  pour avoir le 4e album intitulé «Yèlèma» et son dernier, sorti en 2008, est intitulé «Gnoumadon».     

                                                                      

A noter que Babani, auparavant, faisait de la musique purement mandingue. Ce qui lui a permis de réaliser de multitudes K7 et CD «Sumu» soit lors de mariages ou baptême, soit enregistrés dans le studio pour un «Diatigui» avec des sonorités mandingues, Bamanan, associées aux métissages rythmiques modernes, pour parfois aussi s’adresser à la jeunesse africaine afin de l’exhorter à mieux se connaître, à prendre son destin en main et à pouvoir ainsi progresser. C’est donc au fil des ans qu’elle a varié son type musical en y intégrant des sonorités plus modernes. En dehors de ses œuvres personnelles, Babani a eu à faire de nombreuse featuring avec des artistes de renommée internationale comme, entre autres, Didier Awadi du Sénégal et notre compatriote de la diaspora Mokobé Traoré du groupe 113, Soriba Keita du Sénégal, pour ne citer que ceux-ci.

 

Participation à des festivals et distinction honorifique de la star

Dès son jeune âge, la star du Mali, Hadja Fatoumata Koné a commencé à participer à de nombreuses rencontres et festivals dont le festival Etoiles d’Afrique à Abidjan, celui de Dranouter-Gang en Belgique avec Toumani Diabaté en 1989, une participation très remarquée au Festival Africolor en France en 1999. Elle a été  primée au Festival World Culture Open de Séoul en Corée du Sud en 2004. En 2008 elle a participé au Festival SFINKS en Belgique. Tamani d’Or du Meilleur Artiste du Mali 2008, Tamani de la Meilleure Artiste Féminine du Mali en 2008, chevalier de l’Ordre National du Mali depuis 2009, Babani a laissé les traces de sa participation remarquée  à la «nuit des Divas Africaines» au Zénith de Paris en 2009. Elle a aussi participé à la 12e édition du Festival Gnaoua d’Essaouira Musiques du Monde au Maroc, en 2009 et à la 5e  édition du Festival Musiquât en Octobre 2010 en Tunisie, pour ne citer que ceux-ci.

Seydou Oumar N’DIAYE

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.