Protection Civile: Elle renforce son dispositif pour une plus grande réduction des risques de catastrophe

0
6

La Direction générale de la Protection civile (DGPC) et Plan-Mali ont procédé à la signature d’un document de convention en vue de réduire considérablement les risques de catastrophe sur les populations.

L’évènement qui  s’est déroulé le 7 février 2012 au siège de Plan-Mali était présidé par son premier responsable, Michelet William, en présence du Directeur général dela Protectioncivile, le Colonel-Major Mamadou Traoré.

Ce processus de partenariat, qui vise un renforcement significatif des moyens d’intervention des soldats du feu, aura un effet positif sur les populations et atténuera, voire évitera les menaces de catastrophe. Engagé auprès du Gouvernement malien en vue d’apporter sa contribution sur les volets du développement en général et en faveur des couches défavorisées en particulier, l’ONG Plan-Mali vient une fois de plus d’entamer une démarche de partenariat avecla Protectioncivile en vue d’une réduction considérable des dangers courants de la vie. Ce qui constitue un grand ouf de soulagement pour nos populations.

Pour les deux structures partenaires, il s’agissait de parapher officiellement un document par lequel Plan-Mali, à traversla DGPC, interviendra dans le sens de la réduction des catastrophes qui pourraient probablement anéantir le bien-être social de l’humanité. En effet, selon le premier responsable de Plan-Mali, Michelet William, la réduction des risques de catastrophes demeure un souci de tous les jours entre gouvernants et gouvernés. Les risques de catastrophes naturelles telles que les sécheresses, les inondations, les invasions acridiennes et celles d’origines anthropiques (feux de brousses) demeurent des défis majeurs et récurrents au Mali. « Les communautés ont des connaissances et une sensibilisation insuffisantes sur la manière de prévenir les situations de catastrophes encore moins la manière de se préparer face à de telles situations », a expliqué M. William.

Les institutions nationales et locales ont une capacité limitée à préparer où à gérer les catastrophes naturelles ou d’origine humaine. Le montant dela Conventionen question, qui est estimé à 159 180 000 FCFA, couvrira la période des années fiscales 2012-2014. Sa répartition laisse 81 millions de FCFA pourla DGPCet 78 180 000 FCFA pour Plan-Mali. Les retombées de cette Convention permettront la réalisation de deux principales activités : la finalisation du projet de la stratégie nationale sur la réduction des risques de catastrophe et la mise en œuvre efficiente d’un programme de formation et de sensibilisation des conseils communaux et des communautés, et cela en vue de l’élaboration et de l’adoption de plans de contingence par les communes.

Aux dires du Directeur général dela Protectioncivile, cette structure pluridisciplinaire et multisectorielle, vitrine de la réduction des risques de catastrophes dans notre pays, a été contactée tôt et soutenue par Plan-Mali. Toujours selon lui, la réduction des risques de catastrophes est un long processus dont les aspects et contours changent et sont fluctuants, alors que l’objectif ne change pas.

M. Bellem

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.