Déclaration de politique générale : Les éclairages de l’honorable Ndoula Thiam

Honorable Ndoula Thiam
Honorable Ndoula Thiam

Certaines personnes s’interrogent sur le fait que le Premier ministre Modibo Kéita n’a toujours pas présenté sa déclaration de politique générale (DPG) aux élus de la nation plus de 3 mois après sa nomination. Pour en savoir davantage et connaître certaines notions comme les questions orales, la motion de censure, nous avons approché l’honorable Ndoula Thiam, député élu en Commune IV. Suivez notre entretien.

Pour l’honorable Ndoula Thiam, la nomination de l’actuel Premier ministre est intervenue pendant l’intersession parlementaire et par conséquent sa déclaration ne pouvait avoir lieu. Avec la session ordinaire, qui s’ouvre la semaine prochaine et qui durera 90 jours, le chef du gouvernement est tenu au de présenter sa DPG aux élus de la nation.

Pour l’honorable Thiam, la question orale et la motion de censure sont des outils dont dispose le Parlement pour contrôler l’action gouvernementale. Il s’agit d’un véritable exercice démocratique.

La question orale, explique-t-il, est d’abord faite par écrit et adressée au président de l’Assemblée nationale et au ministre concerné. Il n’y a pas de pré-rencontre entre les deux (l’interpellant et l’interpellé) et les sujets portent sur les préoccupations du peuple.

Les intéressés  disposent d’une heure de débat pour se donner satisfaction. Mais lorsque le ministre interpellé ne vient pas répondre 2 fois de suite, la question orale devient une interpellation et dans ce cas, c’est tout le gouvernement qui est tenu de répondre.

S’agissant de la motion de censure, l’honorable note qu’elle est sortie par le Parlement pour montrer sa désapprobation envers la politique du gouvernement et le forcer à démissionner. Elle doit être souvent présentée par une fraction précise de députés (souvent au moins un dixième) et adoptée à la majorité absolue des membres constituant la chambre.

Elle est souvent provoquée par l’opposition à la suite d’une interpellation du gouvernement. Ce dernier est tenu d’apporter des éléments de réponse au cours des débats. Mais au cas où la motion aboutit, le gouvernement est tenu de démissionner. Au Mali, la motion de censure a peu de succès, ajoute notre interlocuteur.

Pour notre député, il y a deux types de motions de censure : la motion de censure spontanée ou offensive et la motion de censure provoquée. Dans le premier cas, la motion de censure résulte de la seule initiative des députés. Elle se distingue des interpellations  provoquées par un seul parlementaire, car elle doit être le fruit d’une volonté collective afin de rendre plus difficile le renversement du gouvernement. Son dépôt nécessite ainsi la signature du dixième des membres de l’Assemblée nationale.

Quant à  la motion de censure provoquée, explique l’honorable Thiam, elle résulte à l’origine, de la décision du Premier ministre d’engager la responsabilité du gouvernement devant l’Assemblée nationale sur tout ou partie d’un texte.

Se prononçant sur le paraphe du préaccord d’Alger, l’honorable invite le peuple malien à s‘en approprier  pour sa mise en œuvre, car il fait l’affaire des citoyens. Cet accord permet aux déplacés de regagner enfin le bercail. Pour lui, il n’y a pas d’accord parfait mais ce qui est important c’est que l’essentiel est préservé.

Sur la question sécuritaire, l’honorable souligne qu’elle est aujourd’hui la chose la plus importante pour le peuple malien. A cet effet, il exhorte les Maliens à apporter leur contribution aux forces de sécurité et cela en acceptant de collaborer et de fournir des informations. Il demande aux Maliens d’avoir confiance aux autorités, car sans confiance mutuelle les objectifs sécuritaires ne seront pas atteints.

Ben Dao

 

 

PARTAGER