Communiqué du conseil des ministres du 22 février 2012

13
1

Le Conseil des ministres s’est réuni en session ordinaire, hier dans sa salle de délibérations au palais de Koulouba sous la présidence du président de la République, Amadou Toumani Touré.

Le Palais de Koulouba
Le Palais de Koulouba

Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a adopté des projets de textes et procédé à des nominations.

AU CHAPITRE DES MESURES REGLEMENTAIRES

Sur le rapport du ministre du Travail et de la Fonction publique, le Conseil des ministres a adopté un projet de décret portant modification du décret du 24 novembre 1979 fixant le régime des indemnités allouées au personnel enseignant. Dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants, le gouvernement, à travers le ministère de l’Education, de l’Alphabétisation et des Langues nationales, a engagé des négociations avec les syndicats de l’éducation. Au terme de ces négociations, un accord est intervenu sur l’augmentation des taux des indemnités d’heures supplémentaires de cours et des indemnités accordées à certains responsables de l’administration scolaire. La mise en œuvre de cet accord a rendu nécessaire la modification du décret du 24 novembre 1979 fixant le régime des indemnités allouées aux enseignants afin de fixer les nouveaux taux convenus.

Les modifications suivantes ont été retenues :
– heures supplémentaires de cours : de 1 250 à 1500 Fcfa par heure pour les maîtres et 1750 à 2 000 Fcfa par heure pour les professeurs ;
– censeurs, directeurs des études de l’enseignement secondaire et de l’enseignement normal : de 6 250 à 10 000 Fcfa par mois ;
– surveillants généraux et chefs des travaux des Etablissements de l’enseignement secondaire et de l’enseignement secondaire et de l’enseignement normal : de 6 250 à 9 000 Fcfa par mois ;
– conseillers pédagogiques : de 6 250 à 10 000 Fcfa par mois ;
– directeurs des écoles fondamentales et préscolaires : respectivement de 3 750, 5 000 et 6 250 à 6 000, 7 500 et 10 000 Fcfa par mois suivant le nombre de classes. L’adoption du présent décret permettra d’améliorer la motivation et les prestations des enseignants et des responsables scolaires.

Sur le rapport du ministre de la Santé, le Conseil des ministres a adopté un projet de décret fixant la structure des prix des produits pharmaceutiques en spécialités et en génériques de marque dans le secteur privé.

Dans le cadre de la politique de santé, le gouvernement a entrepris des efforts en vue de rendre accessibles les médicaments aux populations dans un contexte de libéralisation du secteur pharmaceutique. L’adoption du présent projet de décret qui s’inscrit dans ce cadre, a pour objet de fixer une structure de prix des produits pharmaceutiques en spécialités et en génériques de marque dans le secteur privé en vue de contenir les fluctuations constatées sur le marché pharmaceutique. La définition d’une structure des prix des médicaments en spécialités et en génériques de marque, différente d’une fixation de prix par l’Etat, entre dans le cadre de la moralisation du secteur pharmaceutique privé national. Il est attendu, avec la nouvelle structure de prix, une diminution de 50 Fcfa en moyenne par unité de vente des produits pharmaceutiques. Sur le rapport du ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, le Conseil des ministres a adopté :

1°) un projet de décret fixant les conditions et modalités d’octroi et les taux des primes allouées aux fonctionnaires de la protection civile

2°) un projet de décret fixant les conditions et modalités d’octroi et les taux des indemnités allouées aux fonctionnaires de la protection civile Le personnel de la protection civile est régi au plan des primes et indemnités par l’ordonnance du 11 août 1975 fixant les principes généraux des primes et indemnités allouées aux fonctionnaires et agents de l’Etat et par ses textes d’application. L’article 2 de cette ordonnance prévoit que « des dispositions particulières pourvoient également à la détermination des avantages susceptibles d’être respectivement accordés aux personnels en service dans les collectivités locales, aux personnels des armées, de la gendarmerie, de la garde républicaine et de la sécurité ainsi qu’aux personnels des divers établissements publics, sociétés d’Etat et organismes parapublics ». Les présents projets de décret sont adoptés pour octroyer aux fonctionnaires de la Protection civile des primes et indemnités destinées à compenser certaines charges ou aléas professionnels excédant les conditions normales de l’emploi et de rétribuer l’accomplissement de prestations spéciales indispensables au service public, la manière exemplaire de servir ou certaines sujétions et conditions particulières exigeantes attachées à l’exercice de leur fonction. Sur le rapport du ministre de l’Education, de l’Alphabétisation et des Langues nationales, le Conseil des ministres a adopté un projet de décret modifiant le décret du 11 octobre 2001 portant création d’académies d’enseignement. Les Académies d’enseignement ont été créées en vue de prendre en charge le suivi, l’appui, la coordination et le contrôle de la mise en œuvre de la politique de l’éducation au niveau régional. Elles supervisent les activités des Centres d’animation pédagogiques (CAP), des Instituts de formation des maîtres et des Etablissements d’enseignement secondaire général et d’Enseignement secondaire technique et professionnel de leur ressort territorial. Parmi les 17 Académies d’enseignement qui couvrent l’ensemble du territoire national, l’Académie de Kati, en raison de la densité et de la diversité des structures éducatives de sa circonscription et de leur situation géographique connait des difficultés à assurer correctement les missions de coordination et de supervision des différentes structures éducatives. C’est pour permettre à cette académie d’enseignement d’assurer avec efficacité sa mission qu’il est proposé par le présent projet de décret, de réduire les structures à encadrer et les distances à parcourir en créant une nouvelle Académie d’enseignement à Dioïla. L’Académie d’enseignement de Kati comprend les Centres d’animation pédagogiques de Kati, Baguinéda, Kalabancoro, Kangaba, Sangarébougou et Ouéléssébougou. L’Académie d’enseignement de Dioïla va couvrir les Centres d’animation pédagogiques de Dioïla, Fana et de Béléko.

AU CHAPITRE DES MESURES INDIVIDUELLES :

Le Conseil des ministres a procédé aux nominations suivantes :

AU TITRE DU MINISTERE DE L’EQUIPEMENT ET DES TRANSPORTS :

Directeur général de l’Agence nationale de la Météorologie :

Kader M’Piè Diarra, ingénieur de la météorologie.

AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE :

Inspecteurs à l’Inspection des services diplomatiques et consulaires :

Mme Tangara Aminata Yalta, inspecteur des finances ;
Mohamed Al Moustapha Cissé, conseiller des affaires étrangères ;
Labasse Fofana, conseiller des Affaires étrangères.

Ambassadeur du Mali auprès de la République d’Angola :
Hassane Barry, avocat.

Consul général du Mali auprès de la République du Soudan :
Abdoul Kader Ba, administrateur civil.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE :

Inspecteurs à l’Inspection de la santé :
Abdoul Kader Kane Diallo, inspecteur des services économiques,
Mme Sidibé Bintou Fofana, Assistant médical.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS :

Haut fonctionnaire de Défense auprès du ministre délégué auprès du Premier ministre chargé du Développement de la Zone Office du Niger :
Colonel Sékou Diancoumba.

Chef d’Etat-major adjoint de l’Armée de terre :
Colonel-Major Soungalo Coulibaly.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’AGRICULTURE :

Inspecteurs à l’Inspection de l’agriculture :
Amidou Sangaré, Ingénieur de l’agriculture et du génie rural ;
Oumar Doumbia, inspecteur des finances ;
Mme Diallo Oumou Coulibaly, inspecteur du trésor.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS :

Directeur général du Centre national de promotion du volontariat au Mali-CNPV :

Ibrahim Ag Nock, inspecteur de sécurité sociale.

 CCOM/PR –

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
nonono<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 619</span>
Membre
nonono 619
4 années 7 mois plus tôt

LA VERITEE EST QUE,LES SALAIRE DES DEPUTER DOIVENT BAISSER,ET LES MILLITAIRES DOIVENT RAFFLER LA NUIT,MEME A LA CIRCULATION….APRES A.T.T ON DOIT VERIFIER DANS LES CERFICE ET DIFFERENTE CORPS SOUS A.T.T BEAUCOUP NON PAS DE DIPLOME ONT ETE EMBOSSER DANS PLUSIEUR CORP,UN CHAUFFEUR QUI DEVIENT DOIGNER OU VA LE PAYS,IL FAUT UN NETOYAGE L,HOMME QUI FAUT A LA PLACE QU,IL FAUT,CES REVOLTANT,DES FILS DE PAUVRE ETUDIENT ,A LA FIN IL SE TROUVE EN CHAUMAGE ET ON PREND UN FILS DE RICHE QUI DEVIENS DOIGNER…IL FAUT VOIR

sambou<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 1039</span>
Membre
sambou 1039
4 années 7 mois plus tôt

😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

Prof97O<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 45</span>
Membre
Prof97O 45
4 années 7 mois plus tôt

Le decret du 24 novembre 1979 attribua une somme de 1250 FCFA comme heure supplementaire au maitre. ATT, en 2012 ramena cette somme a 1500 FCFA. Le professeur d’enseignement secondaire (somum, apres 30 ans de service) qui avait 1750 FCFA en 1979 vient d’avoir 2000 FCFA en 2012. En 33 ans, il y a eu une augmentation de 250 FCFA. Ce qui veut dire que depuis que certains ont pris la craie jusqu’a leur retraite, ils n’ont connu aucun changement dans les heures supplementaires. Jugez vous-memes. Trop c’est trop. Quelle est le taux des heures supplementaires des autres corps professionnels? Personne ne le sait, car ces corps n’acceptent pas a ce qu’on dit publiquement ce qui se passe. Maintenant si les enseignants se levent, on est sur leur dos. Avec une telle somme pensez-vous qu’un enseignant laissera les cours prives pour se consacrer aux cours supplementaires de l’Etat malgre le manque cruel d’enseignant? Si ce n’est le probleme a personne, je pense que les enseignants doivent gagner leur vie autant qu’ils peuvent. Quand on prendra conscience, on revisitera les conditions et on prendra les mesures appropriees meme si c’est apparemment trop tard.

Lynx22<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 2901</span>
Membre
Lynx22 2901
4 années 7 mois plus tôt

Slt Prof,ATT se taille lui meme la part du lion avec l’aide de nos politiques moribonds,soit une augmentation de 584% sur son salaire…No comment….Les memes acteurs pretendent sauver ce pays…!!!

Prof97O<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 45</span>
Membre
Prof97O 45
4 années 7 mois plus tôt

Merci mon frere du rappel des 584%. Voila que lui meme il se fait 584% d’augmentation par modification des decrets d’Alpha, alors que les pauvres enseignants ont leur taux des heures supplementaires qui date depuis les debut de la repression de Moussa Traore. En principe la politique de Moussa continue. D’ailleurs c’est pire. Car si Moussa disait aux enseignants “pourquoi vous travaillez si on ne vous paye pas depuis plus de 3 mois? Personne n’est oblige!”, ATT dit “l’ecole marche bien, c’est l’ecole du gouvernement qui ne marche pas. Sinon les enfants dont les parents ont les moyens, et ceux dont les parents s’occupent d’eux, vont aux prives”. Du coup, il est clair qu’il faut tout faire pour etre riche, sinon ton enfant restera dans l’ignorance. Ainsi, le citoyen malien vient de perdre officiellement le droit a l’education, droit que nous considerions comme acquis depuis la periode coloniale. Donc, je suis meme surpris que ce gouvernement accepta d’ajouter 250F au taux des heures supplementaires des enseignant! Que Dieu nous sauve. Ce qui est incontournable, le peuple se levera un jour pour ses droits elementaires, dont le droit a l’education.

bousid<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 4</span>
Membre
bousid 4
4 années 7 mois plus tôt

toutes ces nominations sont inopportunes!!!

yacouza<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 41</span>
Membre
yacouza 41
4 années 7 mois plus tôt

Le WC je veux dire …. 😀 😀 😀 😀

Laso<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 20</span>
Membre
Laso 20
4 années 7 mois plus tôt

Nous demandons immédiatement à RFI d’éviter l’amalgamme, c’est pas la carte du Mali qui présentée sur leur page d’accueil présentement. A RFI et à son personnel d’éviter les informations partisannes et l’intoxication

soundiata<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 32</span>
Membre
4 années 7 mois plus tôt

Du n’importe quoi le pouvoir d’ATT

Tangozulu<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 53</span>
Membre
Tangozulu 53
4 années 7 mois plus tôt

Sacré ATT avec ses nominations aussi bizarres que lui meme au moment où le pays a des problèmes très sérieux. Hassane Barry après avoir échoué en Guinée va maintenant en Angola. Nous n’avons donc plus de diplomates ou haut cadres capables d’etre ambassadeurs au point de recourir à des avocats ivrognes incapables d’avoir un cabinet qui marche.

yacouza<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 41</span>
Membre
yacouza 41
4 années 7 mois plus tôt

Cousin Tangozulu, parlant de cabinet,est-ce qu’il s’agit du cabinet d’aisance….Par ce que si c’est ça c’est graveeeeeeeeeeeeeeeeee dè 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

yacouza<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 41</span>
Membre
yacouza 41
4 années 7 mois plus tôt

Le wc je voulais dire.. 😀

Tangozulu<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 53</span>
Membre
Tangozulu 53
4 années 7 mois plus tôt

c’est ça meme couz. Blague

wpDiscuz