Gaoussou Coulibaly lors du 65ème anniversaire de l’US-RDA : «L’UM-RDA ne peut nullement être l’héritier de l’US-RDA»

0

La rupture dans les rangs des héritiers de feux Modibo Keita et Mamadou Konaté, née au sortir du congrès unitaire des 1er et 2 mai 2010, semble définitivement consommée. C’est la conclusion qu’on peut désormais tirer, sans risque de se tromper, après la sortie médiatique, samedi dernier au Carrefour des jeunes de Bamako, du Président du comité de redynamisation de l’US-RDA.

Dans une déclaration qui marquait la célébration des 65 ans cette formation politique, Gaoussou Coulibaly, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a dénoncé, au cours de cette fête anniversaire, la dissolution prononcée de l’Union Soudanaise- Rassemblement Démocratique du Mali par certains responsables de ce parti. Selon lui, cette décision viole purement et simplement le dernier article des statuts et règlement issus du congrès ordinaire de 2006 du parti.

 

Cet article, faut-il le signaler, dispose que «l’US-RDA ne peut être dissoute que par le congrès, convoqué à cet effet en session extraordinaire. La dissolution est prononcée à la majorité des 2/3 des membres du BPN et des 2/3 des sections du parti…» 

 

Réagissant à propos de l’accaparement de certains biens du parti, comme le Bar Mali, le Président du comité de redynamisation a été on ne peut plus clair: «l’Union Soudanaise RDA n’est pas dissoute, et aucun bien de ce parti n’est donc dévolu. Le Bar Mali, patrimoine parmi tant d’autres de l’US-RDA, n’est pas vendu et n’est pas vendable. L’UM-RDA ne peut nullement être l’héritier de l’US-RDA», avant d’appeler les autorités à ne plus être complices d’une situation qui discrédite notre démocratie. Abordant la question du sigle (RDA) du parti, Gaoussou Coulibaly a soutenu que le comité de redynamisation entend tout d’abord s’intéresser au travail de relance du parti. Mais, a-t-il ajouté, au moment opportun, il saisira qui de droit.

 

Concernant les élections générales de 2012, le comité de redynamisation a expliqué que le parti ne présenterait pas de candidat à la présidentielle. Même si, selon lui, la conférence nationale de décembre prochain devra décider du candidat que l’US-RDA soutiendra dans la course à la magistrature suprême.  

 

 

Yaya Samaké


Commentaires via Facebook :

PARTAGER