Présidentielle d’avril 2012 : La CENI prend la démocratie en otage

8
0

La suspension des débats politiques et de toutes les activités de campagne fait l’objet de vives critiques de la classe politique et même de la société civile à l’endroit de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), dirigée par Mamadou Diamoutani.

Mamadou Diamoutani , président de la Ceni

Le débat politique qui permet d’éclairer l’opinion nationale et internationale sur les projets de société des politiques, sa suspension compromet notre jeune démocratie comparativement aux pays démocratiques de plus d’un siècle, qui utilisent les médias à moins de deux mois des échéances électorales.

La loi électorale de notre pays ordonne les campagnes à seulement deux semaines des élections et interdit tout débat politique sur les médias. Une situation qui frustre plus d’un puisque cela empêche les différents candidats d’éclairer leur position face à certaines préoccupation de la nation.

La situation actuelle du Nord qui dépasse désormais la personne du président dela République, doit faire l’objet d’un débat entre les politiques et pourquoi pas entre les différents candidats qui doivent chacun donner sa vision pour un règlement définitive de cette crise au nord.

Plusieurs autres préoccupations comme le chômage des jeunes, l’insécurité, l’école, l’économie doivent faire l’objet également de débat pour éclairer l’opinion nationale et internationale. Ce n’est pas en si peu de temps, quinze jours, que ces différents candidats pourront détailler leur vision. Conséquences : les Maliens éliront d’élire pas pour son projet de société.

Ousmane Daou

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
mali fla teyen<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 93</span>
Membre
mali fla teyen 93
4 années 6 mois plus tôt

J’ai compris que le journaliste veut que la CENI fasse une lecture plus intelligente de la loi. En France comme aux USA, il y a la campagne officielle (1 mois ou 45 j avant les élections) où les candidats bénéficient d’un égal accès aux médias et où ils bénéficient d’autres privilèges de l’Etat (sécurité, sauf conduit etc.). A côté de la campagne officielle limitée dans le temps, il y a la campagne non officielle qui peut être lancée à tout moment et où les parties prenantes sont libres de débattre et d’organiser des rassemblements politiques. Ce n’est pas interdit. C’est même souhaité pour une bonne expression de la démocratie et un bon éclairage des électeurs. C’est un réflexe dictatorial d’un autre temps que de vouloir interdire ces activités. Je pense que si la CENI faisait une lecture plus raisonnée des textes, elle allait se mettre en se mettre en marge de ce débat. Elle a autre chose à faire que de contribuer à museler le débat politique.

babemba<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 54</span>
Membre
babemba 54
4 années 6 mois plus tôt

Merci mes predecesseurs(Koudis lalumiere, Kassin, alfa et Macosa), vous avez quasiment tout dit.
Mr Daou, J’ai decelé tellement d’incoherences dans petit article que je me demande si tu n’etais pas en état d’ivresse au moment où tu l’a redigé.(toutes les preocupations des citoyens Maliens etaient là depuis quelles années; faut-t-il attendre l’année electorale pour qu’un leader politique se prononce sur les crise de la Nation?
Je comprends, c’est des poemes bien ecrits qu’ils veulent nous exposer, ce qui n’a rien à voir avec leurs visions politiques de la nation. (RECTIFICETIF MR DAOU, la societé civil, que nous sommes, ne critiquons pas cette decision de la CENI, au contraire nous la saluons).

Kinguiranke<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 148</span>
Membre
Kinguiranke 148
4 années 6 mois plus tôt

La loi electorale doit etre respectee, c’est fondamental si nous voulons d’une democratie transparnete et respectueuse.

MACOSA<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 6</span>
Membre
MACOSA 6
4 années 6 mois plus tôt

Incohérence entre le titre et le contenu de l’acticle.

Alfa<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 13</span>
Membre
Alfa 13
4 années 6 mois plus tôt

Monsieur Daou sois un peu sérieux. Tu as toi même dit que “La loi électorale de notre pays ordonne les campagnes à seulement deux semaines des élections et interdit tout débat politique sur les médias”. A partir de là dis nous alors qui prend la démocratie en otage. ALORS MONSIEUR, CULTIVE TOI D’ABORD AVANT DE PORTER DES ACCUSATIONS CALOMNIEUSES.

Kassin<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 4307</span>
Membre
4 années 6 mois plus tôt
Quand la démocratie accouche d’un régime de généraux vauriens Un pays s’en sort par la qualité de ses ressources humaines et non pas seulement par ses ressources naturelles. En érigeant en mode de gouvernance la médiocrité, l’impunité, le manque de culture du résultat, le clientélisme, le Grin mania, l’injustice, le manque de sérieux et le mensonge, le régime moribond des généraux vauriens a reçu à mettre la corruption, le vol, la dépravation des mœurs, l’incivisme parmi les premières valeurs et pratiques de la société malienne. Le résultat se passe de tout commentaire pour une fois je vais laisser l’armée et la guerre du nord en paix.  Mes compatriotes s’en occupent suffisamment et j’ai suffisamment parlé sur le sujet pour mériter mon “repli stratégique”. L’enseignement supérieur public agonise et enchaine des années sans que certains étudiants puissent être  évalués sinon  suivre des cours. Aux grèves à répétition s’ajoute le manque de planification sérieuse pour accueillir une armée de jeunes bacheliers (amphi bombés, gestion calamiteuse des effectifs, magouille de toute sorte, violence physique et notes financièrement et/ou sexuellement transmissibles). L’enseignement supérieur privé est le nid d’un laisser aller suicidaire.  Dans ces conditions, le milieu scolaire et universitaire ne peuvent  nullement pas produire… Lire la suite »
Lalumiere-Dufour<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 219</span>
Membre
Lalumiere-Dufour 219
4 années 6 mois plus tôt

Depuis quand le fait de demander de respecter les lois en vigueur est une prise d’otage de la democratie? Les amis,soyez sages! Le Mali d’aujourd’hui a des priorite’s plus importantes que la course pour remplacer ATT.

koudis<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 3387</span>
Membre
koudis 3387
4 années 6 mois plus tôt

Mr Daou, on s’en fout de votre débat politique qu’ils attendent l’ouverture officielle de la campagne!!! Avec cette crise du nord on sait maintenant quel genre de journaliste est le journaliste malien!!! Vous aurez du mal à nous convaincre encore avec vos paperasses 👿 👿 👿

wpDiscuz