Présidentielle : Le sort de Choguel tranché le 25 décembre prochain

0




Le Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR) aura-t-il un candidat à l’élection présidentielle d’avril 2012 ? La question divise les héritiers du général Moussa Traoré  qui seront  fixé à l’issue de congrès de leur  parti annoncé du 23 au 25 décembre prochains.  Une assise qui va aussi trancher d’autres questions importantes comme la gestion du président Choguel Kokalla Maïga.

Du 23 au 25 décembre prochains, le MPR tiendra son congrès,  des assises statutairement destinées au renouvellement de la direction du parti. Mais elles ne pourront aucunement occulter la question des élections à venir « Chez nous ce n’est pas le congrès qui désigne le candidat pour l’élection présidentielle. Cette prérogative revient au bureau exécutif national. Mais dans le contexte actuel, c’est sans doute le congrès qui décidera de la démarche à suivre. Beaucoup de partis nous ont déjà contacté pour d’éventuelles alliances électorales », confie un député du parti en précisant que sur tous ces sujets, c’est le congrès qui est compétent.

Depuis plusieurs mois, le Mouvement patriotique pour le renouveau est empêtré dans des querelles internes. En effet, le parti du Tigre connait une dégringolade depuis deux ans. Il a perdu le seul poste qu’il détenait au sein du bureau du Haut conseil des collectivités territoriales. En l’occurrence le poste du 3ème vice- président qui était attribué à Amadou Sawadogo, ex-premier adjoint au maire de la Commune VI. La guerre de clan ouverte entre les militants de la section de la commune VI, la perte des conseillers communaux en CIV, suite à l’annulations des résultats de la dite circonscription, l’échec du parti en commune II lors des élections communales d’avril 2009, etc. ont engendré la démotivation de la plupart des militants.

 Le parti de Choguel Kokalla Maïga habitué à des démissions massives de ses cadres et militants, n’est pas si proche de sa quiétude d’antan puisque la grande majorité de ses responsables ont du mal à digérer la reconduction de Mme Diallo Madeleine Bah au gouvernement. Celle-ci qui n’est qu’une sympathisante du parti du Tigre, n’est pas du tout en odeur de sainteté avec l’instance dirigeante du parti. On lui reproche de s’intéresser peu à la vie de sa formation et surtout d’assurer peu la promotion de ses cadres. Et la dernière affaire concerne les soubresauts du renouvellement des structures en commune VI où Choguel a été accusé de complot contre le groupe de la députée Mme Camara Saoudata Dembélé. Même si les choses se sont arrangées depuis, la tension est toujours vive au MPR qui vivra certainement d’autres moments chauds dans les mois à venir.

A D

PARTAGER