Lutte contre Ebola : Les ministres Ousmane Koné et Empé mobilisent les habitants des localités frontalières

5

 

Lutte contre Ebola : Les ministres Ousmane Koné et Empé mobilisent les habitants des localités frontalières
: Les ministres Ousmane Koné et Empé mobilisent les habitants des localités frontalières

Arrêter Ebola sans fermer les frontières avec la Guinée, c’est le credo du gouvernement qui a engagé une guerre sans merci contre la maladie à virus Ebola. Ce message a été délivré le weekend end dernier par le ministre de la Santé, Ousmane Koné et son collègue du Commerce, Abdel Karim Konaté dit Empé à Selingué, Bougouni, Yanfolila, Badogo, Zégoua et Sikassso.

 

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Ousmane Koné et son collègue du Commerce, Abdel Karim Konaté ont sillonné le samedi et le dimanche derniers plusieurs villes et villages frontaliers de la Guinée. L’objet de cette visite était de s’enquérir de l’état de fonctionnement du dispositif de prévention contre la maladie à virus Ebola et appeler les habitants de ces localités, à la vigilance.

 

A Sélingué, la délégation a été accueillie à un poste de contrôle mixte de gendarmerie, douane et de santé. Le constat de la mobilisation a été fait par les ministres. A l’aide de thermomètre à infrarouge, les équipes de contrôle sanitaire soumettent tous les passagers à un contrôle strict de température. Le même dispositif existe au cordon sanitaire placé à la sortie du barrage hydroélectrique de Selingué. Sur ces deux endroits, les deux ministres ont demandé aux chauffeurs rencontrés sur place d’aider les équipes sanitaires au respect de la mesure de contrôle de température des occupants de leurs véhicules. Il a indiqué que l’ensemble des membres du gouvernement et le président de la République sont soumis aussi à la prise de température et au lavage des mains au savon.

Comme pour dire que nul n’est au dessus des efforts de  lutte contre Ebola au Mali.

C’est le principal message livré aux chefs de village de la commune urbaine de Baya et environs. Les échanges ont porté également sur : le mode de transmission et de prévention de la maladie à virus Ebola ; la gestion de structures de santé dans les villages frontaliers ; le traitement des questions de santé dans les zones d’orpaillage… Le ministre Koné reconnait que certes la maladie à virus Ebola est grave mais l’on peut en guérir grâce à une prise en charge rapide. Le lavage des mains au savon avec de l’eau propre, la non-consommation de viande brousse, la limitation de déplacement dans les zones à épidémie… constituent entre autres moyens de prévention de la maladie.

 

Lors de cette visite les ministres ont demandé l’ouverture de registres dans les cordons sanitaires incluant la traçabilité des passagers à des besoins de santé. Cela permettra de retracer l’itinéraire des voyageurs.

 

Le transport outre la frontière de malades et de dépouilles mortelles a été déconseillé. La suspension de la chasse aux animaux de brousse a aussi été recommandée. Le ministre de la Santé a par ailleurs décidé d’humaniser les sites d’isolement en les ramenant dans les structures de santé.

 

Cette mission des deux ministres a été celle de belles annonces. Il s’agit entre autres de la mise à disposition prochaine d’un forage dans le centre de santé du village de Badogo (un village frontalier du cercle Yanfolila), le paiement des arriérés de salaires pour les agents de santés, et le déploiement de certains postes de contrôle par des éléments de force de sécurité en vue de rendre systématique le contrôle de température des passagers tel qu’instruit par le Chef de l’Etat.

A Zégoua, les habitants sont aussi mobilisés contre Ebola. L’imam de la ville, Bakary Koné, a même immolé son bœuf de labour en guise de sacrifice contre Ebola. Une visite à l’hôpital de Sikasso a mis fin à cette tournée ministérielle.

Ousmane Daou

Sources MSHP

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Ces deux ministres ont bien communiqué avec les habitants. Je les ai vus sur le terrain.

  2. J’ai retenu dans cet article qu’un imam a immolé son bœuf de labour. L’état doit lui rembourser car il a fait le travail du gouvernement. Cet imam s’appelle Bakary Koné. Le ministre de la Santé est KOné. Bar ai aux Konés du MAli.

Comments are closed.