Actualité des opérations : situation militaire du théâtre

1

Dans la bande sahélo-saharienne, la semaine a été marquée par la poursuite des actions de partenariat avec les forces locales, priorité de la force Barkhane, et le transfert de l’emprise de Tessalit aux forces maliennes.

Le GTD Salamandre et les Forces armées nigériennes en opération dans le Liptako nigéri

Du 8 au 14 novembre 2021, le Groupement tactique désert 3 (GTD-3) Salamandre et une Compagnie spéciale d’intervention (CSI) des
Forces armées nigériennes (FAN) ont réalisé une opération de grande ampleur dans la région du Liptako nigérien. Plus de 200 soldats  ont été déployés près de Tin-n-Gara, où des opérations de reconnaissance, de bouclage, de ratissage et de contrôle de zone ont été menées en étroite collaboration.

Pensée et élaborée de façon conjointe avec le Centre des opérations (CO) nigérien, cette opération s’intègre dans le programme de partenariat militaire de combat mené par le GTD 3 basé au Niger.

Les échanges fructueux avec les Nigériens, ainsi que leur parfaite connaissance de la zone d’action, ont permis dans un premier temps de mener des actions civilo-militaires. Les unités se sont ensuite engagées plus en profondeur, aux environs de Tin Gara et dans des zones menacées par les Groupes armés terroristes (GAT), traversant des villages marqués par leur récent passage.

Intervention de la force Barkhane sur les 3 Frontières au Sud de Labbezanga

Début novembre, un drone Reaper a détecté plusieurs dizaines de terroristes circulant à moto sur le point des Trois Frontières, puis se regroupant sur plusieurs emplacements au Niger. Deux Mirage 2000 en patrouille et des hélicoptères Tigre, en provenance de
Gao, ont rapidement rallié la zone.

Après une coordination entre la Force Barkhane et les Forces armées nigériennes (FAN), les moyens aériens ont engagé le combat avec les terroristes. 20 terroristes ont été neutralisés et leurs motos détruites.

Task Force Takuba : l’ULRI 6 monte en puissance et l’ULRI 4 au combat

 

À Ménaka, l’Unité légère de reconnaissance et d’intervention (ULRI) 6 des Forces armées maliennes (FAMa) achève sa troisième semaine de formation initiale, encadrée et supervisée par le Task
Group (TG) franco-tchèque.

Les soldats maliens ont pu s’entraîner à la conduite de véhicule de nuit sous jumelles de vision nocturne, à l’infiltration et l’exfiltration en pick-up et au maniement de mitrailleuse
lourde (type PKM). L’ULRI 6 poursuit sa montée en puissance pour être en mesure d’accompagner le TG franco-tchèque en
opération d’ici la fin du mois, afin de lutter contre les GAT dans le Liptako malien.

Par ailleurs, engagés en opération, le TG franco-
estonien et l’ULRI 4 ont harcelé les GAT dans la région d’In Delimane. Après avoir sécurisé le marché et saisi de l’armement, les militaires ont poursuivi leurs opérations au sud de la RN20,
dans la direction d’Ansongo.

Le 15 novembre, ils ont riposté à une prise à partie violente par des
combattants terroristes, à courte distance, et les  ont neutralisés. À l’issue des tirs, les militaires maliens et européens ont découvert deux personnes (1 homme et 1 femme) blessées à proximité de la zone des combats. Elles ont immédiatement été prises en charge par le médecin du détachement Takuba. Elles ont été évacuées
par les hélicoptères de la TF Takuba vers l’antenne chirurgicale de Ménaka. Leur pronostic vital n’est pas engagé.

Transfert de la base de Tessalit

L’adaptation du dispositif militaire français déployé dans la bande sahélo-saharienne, actée en juillet 2021 par le Président de la République et par ses homologues du G5 Sahel, se poursuit.

Après celle de Kidal, l’emprise occupée par la force Barkhane à Tessalit a été transférée le 13 novembre aux Forces armées maliennes (FAMa). Les derniers soldats français ont quitté
le site le 15 novembre.

Ce transfert a été progressif, maîtrisé et étroitement coordonné avec les FAMa et avec la MINUSMA, dont un contingent de plusieurs centaines de militaires est déployé en permanence à
Tessalit.

Ce transfert s’inscrit dans le cadre du partenariat de combat qui lie les forces françaises et les forces maliennes. Ainsi, les unités maliennes et françaises se sont entraînées ensemble pendant plusieurs semaines pour partager leurs savoir-faire et préparer la pleine prise en compte de l’emprise par une compagnie renforcée
des FAMa.

Différentes procédures de réassurance ont notamment pu être mises en œuvre. Des opérations de réassurance sont d’ailleurs planifiées dans les prochaines semaines.

Comme à Kidal, cette nouvelle étape dans l’adaptation du dispositif militaire français dans la bande sahélo-saharienne a été conduite dans de très bonnes conditions de dialogue avec les forces
partenaires. Elle n’a pas rencontré de difficultés particulières.

Pour finaliser ce transfert, la Force Barkhane a conduit, entre le 13 et le 15 novembre, 12 rotations d’A400M, pour désengager près de 190 tonnes de fret dont 18 véhicules. 2 A400M ont été engagés
dans cette manœuvre aérienne.

Source : Barkhane

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Utiliser des A400M..ces avions militaires qui ont été si long à faire et qui coutent si chers …

    Chaque rotation doit couter une fortune …

    Presque 2 tonnes par rotation …

    J’espère bien que la France ne se lancera plus jamais dans ce genre d’aventures
    Résumé par Maliweb ….”situation militaire du théâtre”
    On imagine que c’est le théâtre des opérations mais …ce serait trop subtil
    Les troupes maliennes , nigériennes, et françaises …travaillent ensemble cela devrait plaire …mais aucun commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here