Pendant que Guo star réclame ses 69 milliards, La justice entend écouter Kagnassy et Amadou Beyba Kouma

5
Sidi Mohamed Kagnassy
Sidi Mohamed Kagnassy

Le premier est l’opérateur économique bénéficiaire desdits marchés et le second, ancien Conseiller spécial du Président de la République au moment des faits. Seulement voilà: aucun d’eux ne réside à Bamako. Le client de Me Tapo, M. Kouma, vit au Canada et M. Kagnassy en Côte d’Ivoire. Ce qui fait que les enquêtes sont bloquées.

Mais il semble que la montagne va accoucher d’une souris, dans la mesure où le contrat est exécuté à 85% et que le reliquat est prêt à être livré. Il n’attend que l’autorisation des autorités pour être acheminé à Bamako. Avant que Guo Star ne réclame le paiement de ses 69 milliards, selon les termes convenus dans le contrat.

Kagnassy, qui aurait servi de facilitateur, aurait enlevé un marché plus que juteux en Côte d’Ivoire. Il est en train de l’exécuter et n’a, semble-t-il, pas le temps pour Bamako. Le Commandant devra donc attendre aussi longtemps que nécessaire pour interroger ces illustres personnalités.

Rappelons que  Guo Star n’est pas la propriété de Cheick Sidi Mohamed Kagnassy, comme veulent le faire croire certains. «Le seul contrat valable est celui signé par Amadou Kouma. Kagnassy avait signé dans un premier temps par P.O, à la demande d’Amadou Kouma qui se trouvait en Amérique du Nord. Kagnassy n’était pas à l’époque Conseiller spécial à la Présidence. De retour au bercail, Kouma a signé lui-même le contrat, le premier étant censé disparaitre. Il n’existe donc qu’un seul contrat. Nous ne savons pas comment l’autre s’est retrouvé dans la presse», s’était étonné Me  Kassoum Tapo

S’agissant de la prétendue surfacturation, Me Tapo persiste et signe. Il n’y en a pas eu, ce ne sont que des fantasmes. Pour lui, il n’y a ni crime, ni délit, il n’y aura aucune peine. «Pas de crime, sans prescription légale, donc pas de peine. Ce sont 40 milliards qui ont été mobilisés par des banques maliennes, soutenues par des banques européennes, en crédits documentaires, lesquels sont sécurisés» insiste-t-il.

Me Tapo n’a pas manqué de rappeler que le marché de Guo star était de 69 milliards de FCFA. Il n’a pas été annulé et la société entend être payée en intégralité selon le chronogramme prévu dans le contrat. «Nous ne renoncerons pas d’un centime», a-t-il répété.

Chahana Takiou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Jen I am just so blown away by this journey! Not only is the work UNICEF is doing so imarntpot, but your involvement inspires on multiple levels. One woman can do so much! I’m so excited to hear more. Be well and enjoy the rest of your trip.

  2. Very great post. I simply sltmbued upon your blog and wishedto mention that I’ve truly enjoyed browsing your blog posts. In any case I will be subscribing on your feed and I hope you write again soon!Also visit my web site

  3. Maître TAPO est un avocat qui défend son client et il utilisera tous les moyens pour le défendre. C’est le rôle de la défense. La surfacturation ne pourra être reprochée qu’aux commis de l’Etat qui ont négocié le marché moyennant du Sourafin. La justice doit plutôt se pencher du côté de l’Etat pour punir les auteurs de la magouille. A mon avis les clients de Maître TAPO peuvent être interpellés sur leur sort si les fournitures ne remplissent pas les conditions exigées du marché au moment de la livraison et, même dans ce cas d’expresse, les commis de l’Etat qui on signé les bordereaux de livraison et de réception doivent être entendus en même temps que les clients de Me TAPO si le cas s’est avéré. Dans vos démarches d’information il ne faut pas distraire et éloigner l’opinion malienne de la véracité des fais. La magouille c’est surtout et avant toute enquête c’est du côté de l’Etat. Dans le rapport du Végal sur ce dossier, on a même lu que les services des inspections des armées n’ont pas apprécié la qualité des fourniture conformes aux exigences techniques propres à l’armée.

Comments are closed.