Confrérie des chasseurs : Feux Fomoury SAMAKE et son fils Balla SAMAKE

2

Du dimanche 14 au lundi 15 mai 2017, le village de Faradielanbougou,  situé à 20 km de Bougouni vers Kalana, un vibrant hommage a été rendu à  Fomoury et son fils  Balla SAMAKE. Deux grands chasseurs qui ont fait la fierté de la confrérie à travers leur savoir-faire.

Le Kozi rappelons-le, est une cérémonie rituelle des chasseurs qui a pour but de rendre hommage à ceux d’entre eux, qui se sont distingués . Il sert également de protection pour les familles des disparus contre les méfaits des grands animaux sauvages tués tout au long des carrières de ces derniers. Pour la circonstance, plusieurs chasseurs du Mali, de la Cote d’Ivoire et du Burkina Fasso étaient au rendez-vous.

Selon M. Souleymane Bakayoko natif de Faradielanbougou résident à Bamako, non moins troisième vice-président de l’Association Nationale des Chasseurs du Mali (ANACMA), cette cérémonie, par son importance, dépasse le cercle de Bougouni. Pour lui, plus que des frères et collègues Fomoury et Balla ont été des maîtres chasseurs bien sages, qui ont joué d’éminents rôles pour la cohésion, l’entente et la sérénité entre les chasseurs de Bougouni.

‘’En plus de leurs qualités d’hommes sociables, ils ont été des célèbres protecteurs des paysans et des pêcheurs, contre des animaux sauvages’’, souligne

  1. BAGAYOGO. De nombreux témoignages ont indiqué que Fomoury et son fils Balla méritent sincèrement que de telles cérémonies soient organisées en reconnaissance de leurs mérites.

Pour sa part, Moussa SAMAKE alias Djinè, petit-fils de feu Fomoury et fils de Balla SAMAKE, dira qu’il est fier et ravi d’être parmi les organisateurs de cette importante cérémonie qui portera de plus, la lumière sur les bonnes œuvres de son grand père et de son père, qui étaient et resteront des références pour la jeune génération de la confréries des chasseurs du Mali. Pour conclure M. Bakary Diarra, le Donsoba de Sebenikoro et membre de l’ANACMA a exhorté les héritiers, les amis, ainsi que les élèves des défunts à suivre le même chemin que leur père et grand-père. Tout au long des deux jours de rencontre, beaucoup d’intervenants ont rappelé  les qualités de Fomoury et de Balla SAMAKE.

C’est le grand maitre de Donsogoni, Arouna DOUMBIA dit Fouloumba, natif de Faradielanbougou, qui assurera l’animation folklorique. Une fois de plus et toute la nuit durant, les chasseurs ont dansé et tiré à l’air. A l’honneur des  illustres disparus.

 

Dognoumé Diarra

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Yugubané, cher kopin
    Ne frappes tout le monde avec le même fouet.
    J’adore les dozos et les vrais. J’adore la chasse, la nature et le collectif des chasseurs. Cette il y en a des escrocs parmis eux et de tous. C’est en combattant nos fléaux qur9 nous allons arriver à faire les differences.
    Mais les quelques rares qui sont les humbles je leurs tire mon chapeau.

  2. Paix à l’âme de Balla et de son père.

    Comme le dit un des intervenants, s’ils ont protégé les paysans contre des fauves, alors eux furent de vrais Donsos. Peut-être qu’ils étaient les tous derniers. Ils ont laissé la place à une bande composée pour la plupart de menteurs, de truands, de trouillards, de bluffeurs et surtout de dragueurs de femmes qui ne servent qu’à danser et tromper dans nos villes.

    Au lieu de protéger, les Donsos de maintenant vont tuer des vieillards et des bébés dans des hameaux Peuls. C’est encore eux qui ont promis toutes sortes de protections à l’avorton de Sanogo et son CNDERRIÈRE. Au lieu de s’en servir pour aller en guerre, ce dernier s’est permis d’assassiner qui il veut et l’enterrer avec une tête de crocodile ou de singe.

    Il est de dissoudre cette confrérie qui ne brille que par le négatif.

Comments are closed.