La ministre Kadiatou Konaré devant le Conseil national de Transition : «Nous allons veiller à ce qu’aucun de nos établissements, à ce qu’aucun de nos biens ne soit vendu, ne soit cédé…»

6

Hier, jeudi 11 mars 2021, des membres du gouvernement étaient interpellés au Conseil national de transition (CNT) pour parler de leur domaine respectif. Il s’agit du Ministre des Mines, de l’Energie et l’eau, Lamine Seydou Traoré, qui s’expliquait sur le coût élevé de l’électricité au Mali et du Ministre de la culture, de l’artisanat et du tourisme, Mme Kadiatou Konaré, qui parlait de la culture malienne. « L’INA (Institut national des arts) a été cédé aux grand dam de tous les amoureux des arts et de la culture, cela s’est fait entre 2019 et 2020…ce que je convoque, c’est l’Etat et la vente de ses biens immobiliers. Nous allons veiller à ce qu’aucun de nos établissements, à ce qu’aucun de nos biens ne soit vendu, ne soit cédé. Et s’il y a des dispositifs réglementaires à prendre, nous allons les prendre », a déclaré la ministre de la culture, Mme Kadiatou Konaré.

Les travaux de cette séance plénière de questions orales étaient présidés par le président du CNT, Malick Diaw, en présence des autres membres du CNT, des membres du gouvernement et d’autres personnalités. Les premières questions orales adressées au Ministre des Mines, de l’Energie et l’eau, Lamine Seydou Traoré ont été posées par Moulaye Keïta, membre du CNT. Selon lui, la question relative à l’énergie constitue un enjeu majeur sur le plan national et international. « L’objectif est de promouvoir une déserte régulière de nos populations et à moindre coût ! Quelle est votre vision en la matière ? Au Mali, les tarifs ne reflètent pas les coûts et demeurent très élevés par rapport à la moyenne sous régionale ! Cette situation pénalise fortement la compétitivité de nos entreprises ! Quelle est votre politique tarifaire face à cette situation ? », veut savoir Moulaye Keïta du CNT. Répondant aux différentes questions, le Ministre des Mines, de l’Energie et l’eau, Lamine Seydou Traoré, a fait savoir que Manantali vent le kWh à 45FCFA à l’EDM (Energie du Mali), la Côte d’ivoire vent le coût du kwh à l’EDM à 65 FCFA. « Il y a des efforts à faire sur le coût de l’énergie au Mali. Les potentialités que nous avons doivent nous permettre de produire », reconnaît le ministre. Selon lui, l’électricité est subventionnée au Mali. L’objectif est de faire en sorte que le quotidien du citoyen malien puisse être amélioré.

Après cette première interpellation, la deuxième interpellation a été faite par Magma Gabriel KONATE de la Commission de l’Education, de la Culture, de l’Artisanat, du Tourisme, de la Communication et des Nouvelles Technologies du CNT. S’adressant à Mme le Ministre de la culture, de l’artisanat et du tourisme, Magma Gabriel KONATE a fait savoir qu’il n’y a pas de développement économique, politique et social sans un rayonnement culturel adéquat. « Au Mali lorsqu’on parle de culture nombre de Maliens pensent au folklore. Alors, entre la culture arabo-musulmane et la culture Judéo-chrétienne, quelle est la culture malienne ? Vous avez organisé une série d’ateliers dans pratiquement tous les domaines de la culture. Mais quelle mise en œuvre sera faite des conclusions de ces ateliers ? Ne peut- on pas développé un tourisme au sud du Mali ? », veut savoir Magma G. Konaté. Répondant aux préoccupations de l’interpellateur, la Ministre de la culture, de l’artisanat et du tourisme, Mme Kadiatou Konaré, a fait savoir que sans folklore, une culture survit difficilement, c’est un pan essentiel de la culture. Selon elle, la culture malienne est le fruit d’un long voyage. « Si l’Afrique est le berceau de l’humanité, le Mali est certainement le berceau des arts et de la culture en Afrique », a-t-elle dit. Avant de préciser que le Mali est un pays de culture, un pays de savoir à préserver. A l’en croire, les recommandations des séminaires seront jaugées. Selon elle, le tourisme peut être développé au Sud du Mali et bien au delà. Elle a souhaité le développement du tourisme local et l’accès au livre. En outre, Mme le ministre prône la relecture du texte régissant l’institut national des arts (INA) afin de permettre aux moins jeunes d’y accéder. Elle a indiqué que plus de 2 millions de personnes sont employées par les industries culturelles. « L’INA a été cédé aux grand dam de tous les amoureux des arts et de la culture, cela s’est fait entre 2019 et 2020…ce que je convoque, c’est l’Etat et la vente de ses biens immobiliers.  Nous allons veiller à ce qu’aucun de nos établissements, à ce qu’aucun de nos biens ne soit vendu, ne soit cédé. Et s’il ya des dispositifs réglementaires à prendre, nous allons les prendre », a-t-elle conclu

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. Katou tu sembles beaucoup en retard car Boua le ventru IBK avec son fils l’Honorable Karim Keita, sa belle famille, ses ministres y inclu ton mari Tieblen Konare-Drame ont tout vendu au Mali et ont vole l’argent!

  2. Selim
    Après avoir faussement affirmé qu’ ALPHA OUMAR KONARÉ ait détruit l’école malienne,on ose aussi affirmer qu’il a détruit la culture malienne.
    La haine est une maladie foudroyante pour les ESPRITS.
    QUI A FAIT MIEUX POUR LA CULTURE MALIENNE QU’ALPHA OUMAR KONARÉ EN UNE DÉCENNIE,PAS EN TROIS
    DÉCENNIES?
    Le monde entier se déplace au Mali chaque année pour la photographie,un malien anonyme pauvre dans un quartier populaire est devenu célèbre grâce à ce forum.
    L’UNIVERSITÉ BALLA FASSEKE PLACÉE SUR LA COLLINE FAIT LA FIERTÉ DU MALI CAR CONTRIBUANT À RAYONNER LA CULTURE MALIENNE ET AFRICAINE.
    Rien que ces deux faits on doit avoir honte de dire qu’ ALPHA OUMAR KONARÉ “à détruit la culture malienne”
    La personne qui a visité le musée national au début des années 1990,s’il fait un tour aujourd’hui il va rire de vos propos.
    Les cinémas comme partout en Afrique ont été victimes des vidéos de maison avant que la nouvelle technologie ne vienne l’enterrer.
    C’est parce que les salles de cinéma ne faisaient plus recettes que les bâtiments qui l’abritent ont été cédés avec l’obligation de maintenir la salle de cinéma.
    Toutes les salles de cinéma qui appartiennent à l’Etat continuent à fonctionner,mais plus utilisées pour les concerts car le cinéma ne fait plus recettes.
    Beaucoup appartenaient aux privées qui les ont naturellement abandonné car ne faisant plus recettes.
    BABEMBA qui était un bâtiment public à OULOFOBOUGOU abandonné est plus rentable aujourd’hui
    Une boîte de nuit amuse les jeunes.
    LA SALLE DE CINÉMA PLUS MODERNE EXISTE.
    J’y ait regardé des cinéma de qualité à la fin des années 1990.
    Un beau bâtiment a donné un éclat au quartier.
    Arrêter de tromper la generation née au début des années qui ne connaissent rien de la décennie ALPHA OUMAR KONARÉ que vos contrevérités qui ont facilité l’élection du médiocre IBK qu’il avait chassé au détriment du brillant SOUMAILA CISSÉ.
    Le Mali en souffre.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • Sangare la decennie ALPHA OMAR KONARE a ete tres caracterisee par la creation des FONCTIONNAIRES MILLIARDAIRES pour la premiere fois au Mali!

  3. Du n’importe quoi. Madame le ministre. Vous aurez du en discuter avec votre père ALPHA O KONARE qui est l’initiateur de la vente et le troc des immeubles ( bureaux et logements de cadres) de l’état. Ca a commencé surtout avec les bâtiments du centre commercial, de l’ancien centre administratif et le quartier du fleuve. Le bureau officiel actuel du président Konare est le fruit d’un troc entre l’état et un commerçant ( batiment de l’état évalué a des milliards sur l’avenue du fleuve contre cette villa qui abrite les bureaux ). Aussi chose dramatique pour la culture malienne, c’est l’homme de ” culture” alpha oumar konare président qui a vendu toutes les salles de cinéma du pays aux commerçants qui en ont fait des magasins. C’est cet acte qui a détruit la culture malienne. Ce qui fait que la nouvelle génération ne connaît ni souleymane cisse, cheick oumar sissoko, issa falbala, balla moussa que vous célébrez aujourd’hui.

  4. J’ai beaucoup de respect pour cette femme, la fille de du président AOK.
    Elle est très brillante et travailleurs, surtout avec beaucoup d’initiative et de créativité.

    Bon courage à Madame.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here