Levée, enfin, des sanctions contre le Mali

1

Très attendue, la levée des sanctions infligées au Mali le 9 janvier 2022 par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest est effective depuis hier 03 juillet 2022. Ainsi en a finalement décidé la 61ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’États et de gouvernements de la Cédéao tenue, à Accra, au Ghana. L’annonce officielle de l’importante nouvelle a été accueillie au sein de la population avec un gros ouf de soulagement.

Comme prévu, les Chefs d’Etats et de gouvernements de la CEDEAO étaient en conclave, hier dimanche 3 juillet dans la capitale ghanéenne le cadre de la 61ème session ordinaire.

Parmi les grandes décisions prises au cours de ce Sommet de l’organisation sous-régionale figure la levée des sanctions économiques et financières qui frappaient le Mali depuis le 9 janvier dernier. Les frontières aériennes et terrestres sont désormais réouvertes. Les ambassadeurs des pays membres de la Cédéao reprendront leurs postes à Bamako et vice versa.

En revanche,  les sanctions financières contre certains responsables de la  Transition sont maintenues et le Mali reste suspendu de toutes les instances de la Cédéao jusqu’à l’élection des nouvelles autorités.

Sur le Burkina Faso, la Conférence a fixé la durée de la transition à 24 mois à compter du 1er juillet 2022. Elle refuse donc d’entériner les 36 mois proposés par les autorités du Faso, même si le Lieutenant-colonel Paul Henry Damida obtient quelques mois de bonus.

La Cédéao a rejeté les 39 mois proposés par  les militaires au pouvoir en Guinée et a nommé un nouveau médiateur en lieu et place du Ghanéen Mohamed Ibn Chanbas.

Autres décisions majeures de la 61ème Session ordinaire : la désignation du Président de la Guinée-Bissau à la tête de la Conférence des Chefs d’Etats et de gouvernements. Umaru Sisoco Embalo succède ainsi à Nana Akufo-Addo, Président de la République du Ghana. La Conférence a procédé aussi à la nomination du nouveau Président de la Commission de la Cédéao et des nouveaux commissaires. Ainsi le diplomate gambien, Omar Touray prend la place de l’Ivoirien Jean Claude Kassi Brou, nommé Gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao).

La Rédaction

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. La destruction d’un pays de cet espace a des conséquences sans équivoque sur l’ensemble des pays de l’espace, cela est sans nul doute. On dirait que les dirigeants de cet espace n’ont pas de tête de réflexion, ce sont certainement des sadiques narcissiques incapables de connaitre le bonheur de leur populations, quelle indignité? Quelle honte? Quelle incapacité? Il faut que tous sachent que des monstres sont sur le chemin et ils sont d’ailleurs nées au Mali et ont commencé leur sales besognes en menaçant certains grands voleurs de nos deniers publics et la situation ira d’embrasement à embrasement et là aucune armée ne pourra les arrêter. Comment peut-on croire que nos états soient laissés à eux-mêmes, entre les mains des délinquants financiers et les juges et avocats qui déclarent des non- lieux pour des cas de voles clairs et avérés, nous sommes sûrs que les monstres prendrons les choses en mains très prochainement pour corriger ces injustices et ces impunités. Les voleurs serons punis sans nul doute par les monstres.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here