Mali-Cedeao : Goodluck Jonathan notifie les décisions du sommet d’Abuja

2

Le médiateur de l’organisation sous-régionale a effectué hier une visite de quelques heures à Bamako. Il était porteur d’un message des chefs d’État sur les conclusions du sommet tenu dans la capitale nigériane le 12 décembre dernier

Les chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), réunis le 12 décembre dernier lors du 60è sommet ordinaire à Abuja au Nigeria, avaient pris des décisions concernant notre pays.

Ont pris part à cette conférence des chefs d’État le président Muhammadu Buhari du Nigeria, le président Mohamed Bazoum du Niger, le président Macky Sall du Sénégal, le président Faure Essozimna Gnassingbé du Togo, le président Umaro Sissoco Embaló de la Guinéen Bissau.

À l’issue de leurs échanges, les chefs d’État ont pris des décisions qui ont été officiellement notifiées hier au président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, par le médiateur de l’organisation sous-régionale, l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan.

L’émissaire et son hôte ont aussi évoqué les derniers développements de la situation politique. «Il fallait venir avec les recommandations des chefs d’État et avec l’espoir que d’ici la fin de l’année, nous aurons un calendrier en place pour l’organisation des élections qui est justement l’une des recommandations phares de la Cedeao», a confié Goodluck Jonathan à sa sortie d’audience.

Les dirigeants ouest-africains restent intransigeants sur la tenue de l’élection présidentielle en février 2022. À Abuja, ils avaient brandi la menace de sanctions économiques et financières qui viendront s’ajouter à la suspension de notre pays des instances de l’organisation et aux sanctions individuelles visant les autorités de la Transition.

Cette menace sera mise en application dès le 1er janvier 2022, si aucun progrès tangible n’est réalisé dans la préparation des élections à la fin de ce mois. Goodluck Jonathan espère que «d’ici la fin de l’année, les autorités vont sortir toutes les décisions et un calendrier pour la conduite des évènements au Mali».

Pendant cette visite de quelques heures, le médiateur n’a pas rencontré les acteurs politiques et de la société civile. Mais il compte revenir à Bamako au mois de janvier pour poursuivre la discussions et les échanges, notamment avec les autorités de la Transition.

La position de celles-ci est connue. Rappelons que le président Assimi Goïta a adressé une communication à la Cedeao, dans laquelle il s’est engagé à transmettre un chronogramme des élections au plus tard le 31 janvier 2022.

Ce chronogramme sera défini par les Maliens lors de la phase finale des Assises nationales de la refondation (ANR). La phase finale des ANR débutera le lundi prochain pour s’achever le 30 décembre.

Les dirigeants maliens veulent attendre les conclusions de ces concertations nationales avant d’établir un chronogramme sur la tenue des élections devant conduire à l’installation d’un pouvoir élu démocratiquement.

Issa DEMBÉLÉ

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Les dirigeants ouest africains restent intransigeants. Quels dirigeants ?
    ADO le tripatouilleur de la constitution ivoirienne ?
    Le petit Eyadéma l’éternel président togolais ?
    Bazoum le petit commissionnaire de Macron ?
    Talon le dictateur de Cotonou ?
    Le général incompétent du Nigéria Buhari ?
    Le nain du Ghana qui se laisse mener par la France ?
    Le Mali doit quitter la Cedeao. Advienne que pourra.
    La Mauritanie n’est pas membre et elle vit sans la pression d’idiots complexés.

  2. ECOWAS is European at heart. Stuck on stupidity of psychological enslavement of foreign religions plus ways revered by Buhari plus other over hill African leaders. They all are incompetent fuck ups bitch ass Europeans love. They did not want bitch ass macron to tell their decision. They are great ass kissers. They tell foreigners before they tell us.
    If they are not meeting Malians political plus civil actors in Mali they are meeting Malians political plus civil actors or their representatives outside Mali. More we examine ECOWAS more it appear IBK group is having influence as if it have not done enough damage to Mali. ECOWAS is becoming as sickening to observe as IBK government was. They give little or no consideration to what majority of Malians would like instead they pursue fulfillment of foreign desires like sex worker fulfilling their pimp desires. Likeable or not whore is a whore.
    I was informed some time ago only Mali dare do with me what United States do not want done despite all hoping for my return to Africa to share my ability. ECOWAS is quietly kissing ass by fulfilling United States want of discouraging African nations from dealing with me by unduly punishing Mali. I got your coded message to me ECOWAS pertaining to Mali must get pass you to make better way for Africans. My response is as have been done for decades ECOWAS is doing now keeping those Negroid Africans who follow ECOWAS blindly on passage to genocide. As for those sneaky government assholes plus others in United States I make point my time in United States is near end. That bring joy to me. Everybody deserve some joy in life.
    Like in most instances where stupidity rule my stay in United States is ending bad due to its been bad all along due to stupidity. Big plus clear winner is China. Well done. Do not give stupid pass for doing wrong. It is that simple if you have courage, intelligence plus will to succeed. ECOWAS lack it all. Bitch niggers of ECOWAS for foregoing causes plus more need be replaced.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here