Opération barkhane: Point de situation du 1er au 7 février 2019

2
Opération barkhane

Situation sécuritaire

La situation sécuritaire de la bande sahélo-saharienne reste stable. Les dernières actions complexes des groupes armées terroristes remontent aux attaques de Tarikent, au Mali, le 29 janvier, et de Nassoumbou, au Burkina-Faso, le 28 janvier. Barkhane poursuit par ailleurs son effort de contrôle de zone, en particulier dans le Liptako, en coopération avec les forces armées partenaires.

L’actualité est par ailleurs marquée par la montée en puissance de la « Force Conjointe G5 Sahel ».

Ainsi, du 15 au 30 janvier 2019, la Force Conjointe du G5 Sahel a mené une opération dans la région dite des « trois frontières », une zone où les trois pays du fuseau « centre », le Burkina-Faso, le Mali et le Niger, partagent des intérêts communs dans le domaine de la sécurité.

Des officiers Français étaient déployés au poste de commandement du fuseau centre à Niamey afin de conseiller et d’appuyer les officiers burkinabé, nigériens et maliens chargés de la planification et de la conduite de cette opération. Ces officiers de liaison leur ont apporté leur expertise dans le domaine du travail d’état-major.

A partir de ce travail conjoint, les officiers des forces armées partenaires ont pu développer un processus de planification complet, avant de dérouler les différentes étapes de l’opération, depuis la reconnaissance et le contrôle de la zone des trois frontières jusqu’au développement d’actions civilo-militaires au profit de la population.

Instruction opérationnelle au profit d’un bataillon nigérien à Madama

Dans le cadre du partenariat militaire opérationnel (PMO), la force Barkhane conduit de façon régulière des instructions au profit des militaires nigériens présents à Madama, au nord du Niger.

Opération barkhaneAu cours de ces formations, l’accent est placé sur les savoir-faire indispensables pour armer le point de contrôle de la transsaharienne : le secourisme et l’instruction au tir de combat (IST-C), et les techniques d’intervention opérationnelles rapprochées (TIOR).

Les militaires français ont d’abord dispensé aux militaires du 84e bataillon interarmes (BIA) nigérien des séances d’IST-C afin de parfaire leur connaissance du maniement des armes.

Après une phase de présentation de cette méthode, les chefs de groupe de la section d’infanterie ont effectué des séances d’instruction pour développer la maîtrise opérationnelle de l’armement léger, avec un effort particulier sur les règles fondamentales de sécurité et de manipulation.

Des instructions aux TIOR ont également été dispensées aux soldats nigériens par les fantassins français, notamment plusieurs techniques efficaces pour maîtriser un individu menaçant sur un check-point.

Visite du détachement CIMIC de Barkhane dans le camp des réfugiés de Menaka

Le 27 janvier 2019, un détachement des actions civilo-militaires (CIMIC) des forces armées maliennes (FAMa) et de la force Barkhane est allé à la rencontre des familles et des autorités qui les représentent de deux camps de réfugiés de la ville de Ménaka.

Situés au sud de Ménaka, ces deux camps abritent des réfugiés aux histoires différentes.

Le premier accueille près de deux cent familles nigériennes ayant fui les exactions commises par les groupes armés terroristes (GAT) dans leurs villages ces derniers mois.

Le second réunit ceux que l’on appelle les « retournés », ces familles maliennes qui ont quitté Ménaka en 2012, fuyant le banditisme et le terrorisme pour aller se réfugier au Niger. Les opérations menées par les forces de sécurité locales et internationales dans la région et leur présence permanente dans la ville de Ménaka ont cependant convaincu ces réfugiés de revenir. Ce camp réunissait récemment encore plus de 800 Maliens, mais ces derniers ont, au fil des semaines, regagnés leurs foyers respectifs. Désormais, le camp ne compte plus que 36 familles peu à peu prises en charge par les Ménakois.

Dans les deux camps, les militaires maliens et français ont longuement échangé avec les représentants des réfugiés afin de mieux comprendre leurs conditions de vie et leurs attentes, et pour les équipes civilo-militaires, cette rencontre a été l’occasion d’expliquer les grands projets à venir au profit de la population.

 

Contact presse :

[email protected]

Opération Barkhane                                                                                                         Cellule communication

À N’Djamena, le 7 février 2019

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Boy
    “La france a decider d’abattre tous les Maliens et toutes les Maliennes qui font face a eux et a leur plan diabolique contre le Mali”😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁

    Vite! Fuis vite Barkhane tant qu’il est encore temps !!!😁😁😁😁

    Si jamais ils te trouvent, TU ES CUIT!!!😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁

  2. Je me demande ce que cette presence imperialiste francaise a servi aux Africains depuis pres d’une decenie si ce n’etait pas de creer le desodre et la misere en Afrique. La france est ce pays qui est entrain de tout faire pour mettre un autre plan en marche en Afrique pour assoir d’avantage son influences dans ces pays. L’operation barkhane vise seulement les Maliens/Maliennes qui tiennent un franc parle contre la france et refuse d’aderer a leur complot contre le Mali. N’est ce pas pour quoi cette force imperialiste a tue le maire de Menaka et faire porter l;armee Malienne les responsabilites. Tout les Maliens/Maliennes avises savent la position du Maire de Menaka contre la france dans le Nord du Mali et sa politique nefaste. Comme l’armee Maliennes est une armee muselee comme le governement du Mali, donc ils ne peuvent que prendre leur mal des deux mains. Je dis a tout le monde, quand un Malien ou une Malienne est tue au Mali il faut chercher a savoir si c’etait quelqu’un qui tennait un franc parle contre la france ou contre le complot de la france. La france a decider d’abattre tous les Maliens et toutes les Maliennes qui font face a eux et a leur plan diabolique contre le Mali. Comme je l’ai toujours dit que la france n’a pas fini de faire parler d’elle au Mali. Elle va continuer a mettre le desordre au Mali jusqu’a ce qu’elle trouve les argument de diviser le Mali. Le changement constitutionnel va aussi dans ce sens. La france veut avec ses amis creer des regions et provoquer des conflits entre eux et enfin diviser le Mali. C’est la raison principale de ce changement constitutionel au Mali. N’est ce pas une des raisons qu’ils veulent chasser les Fulani/peuls de certaines regions du Mali pour faciliter un conflit inter-communautaire. Les Maliens/Maliennes doivent se demander pour quoi tout ce qui a ete dit de faire apres la signature de l’accord de paix avant le changement constitutionnel n’ont pas ete fait et les imperialistes francais amis veulent a tout prix changer la constitution du Mali pour qu’ils puissent precipiter un conflit entre les regions et par fini creer des nouveaux etats au Mali. Je suis sur que les Maliens/Maliennes ne vont pas donner ce luxe aux francais et amis. N’est ce pas pour quoi la MINUSMA est au Mali et qui ne fait que grossir de jour en jour. C’est exactement le plan, que cette force au service des imperialistes va se presenter comme force d’interposition entre les nouveaux pays crees. Dieu est bon mais les imperialistes sont des satans. Il est encore temps que les Maliens/Maliennes et aussi bien que les Africains/Africaines se levent contre la violence de la france qui se cherche dans ce monde et qui vit du sang des Africains/Africaines. Je demande aux Africains/Africaines de proteger leurs leaders nationalistes car ils/elles sont la cible des imperalistes et faux amis du Mali aujourd’hui. Les Maliens/Maliennes et aussi bien les Africains/Africaines doivent comprendre que leurs leaders sont limites dans leur mouvement et prise de decision dans leur pays car ils sont sous la violence de ces imperialistes francais qui ne font que boire leur sang. Le Mali et l’Afrique a aujourd’hui plus que besoin des pays comme la Chine, la Coree et la Russie etc. Et si l’Amerique veut jouer un jeu franc avec l’Afrique, elle est la bienvenue. Je dis encore, que cette armee imperialiste n’est pas au Mali pour le beux yeux des Maliens/Maliennes.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here