Contribution: La nausée

0

«Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères sinon nous allons tous mourir ensemble comme des idiots». (Martin Luther King)

Georges Floyd, cet autre nous-mêmes, immobilisé, perclus, menotté dans le dos, cou écrasé par ce genou triomphant de lâcheté. Oui, la nausée, plus que la frustration, la colère et l’indignation.
Dans sa prude définition, la nausée est une sensation physiologique due à une forte indigestion ou ce sentiment de mal-être existentiel décrit par Jean-Paul Sartre, dans un roman éponyme publié en 1938. Dans cette terre lointaine d’Amérique, la nausée, cette fois-ci, nous étripe car sont franchies les bornes qui régulent nos valeurs.

Cette nausée empêche de dormir, de travailler, de gouverner, de vivre, de respirer, rend inconfortable l’insouciance de ceux qui croient que rien ne les concerne. Pression qu’aucune condamnation même comminatoire ne peut faire baisser. Reste cette envie irrépressible de vomir. Avec l’assassinat de Georges Floyd, froidement exécuté par une asphyxie lente et délibérée, au-delà de Minneapolis, la cité du crime, des États-Unis, du Canada, de l’Australie, de l’Amérique Latine, de l’Europe, c’est l’Afrique, continent de ses origines, qui est de nouveau mortellement agressée. Deux cents pays, plus que les membres de l’Organisation des Nations unies ont, dans diverses clameurs, crié révolte et indignation.

La bile déversée et les vociférations dans la rue, les condamnations dans les réseaux sociaux et les journaux ou sur les plateaux de télévision ainsi que le deuil planétaire rendent compte de l’insupportable enduré par notre corps et notre âme, en dépit de la fréquence des meurtres dans un pays incapable encore de tenir pour criminogène la liberté constitutionnelle de posséder une arme.
L’agent de police Derek Chauvin, ce nom qui se définit de lui-même, dans son effroyable odyssée, a illustré la haine de son prochain. Il avait l’impression d’étouffer un sous-homme. Un Noir.

Les Noirs Américains et des autres pays du monde ont exprimé leur colère. Des Blancs Américains et d’autres continents leur honte. Et ensemble, tous, en tout cas nombreux, races et religions confondues, ont eu la même nausée devant le meurtre inutile, insensé de Georges Floyd. Bestialité abjecte, indiscutable, saisie en direct.

……lire la suite sur lessor.site

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here