CRI-2002 : Ayant son avenir dans le rétroviseur, Sall hypothèque l’Association

2

Douzième (12ème) article  de l’an 2021 et 33ème au total depuis janvier 2019,  il s’agit d’exposer avec exactitude l’attitude de Sall qui agit et s’active pour lui-même et les siens.

Apeuré à l’idée de retomber dans l’oubli et la déconsidération, rester coûte que coûte Président de Cri-2002 est une question de vie ou  de mort  comme en témoigne, dans le précédent article,  la liste non exhaustive de ses dix (10) actes notoires allant de l’agression d’huissier comme donneur d’ordre, à la confiscation des conventions de financements et des 2 véhicules de l’Association, en passant par l’inapplication des dispositions du Manuel de procédures administratives, financières et comptables de l’Association.

Personnage atypique dans le mauvais sens, Sall oublie que le fossé est grand entre une simple prétention et la réalité des choses, lui qui n’était même pas au courant de la création en cours de Cri-2002 durant les 3 premiers mois de l’an 2000 (janvier-mars).

C’est bien en Avril que notre cher 1er Président, DEVOUE et DEMOCRATE Me SOW l’en informa. Et comment Sall le rétribua ? Par l’ingratitude. Pendant les 10 ans où Me SOW vécut hors de la direction de Cri-2002, il a ignoré Sall du fait de son comportement acariâtre.

Et ce Sall, au décès de Maître SOW le 27 mai 2013, n’a même pas daigné présenter ses condoléances à notre tante, chère épouse SOW  à la maison à l’Hippodrome. Jugez un tel monsieur !

Les manipulations, combines et manigances d’Abdoulaye Sall ont transformé l’Association en boite de placement des chercheurs de pitance qui ignorent son vrai visage et auxquels il a falsifié l’histoire de Cri-2002 pour se valoir. C’est connu et reconnu, difficile de trouver un seul caractère de Sall dans un lot de 100 septuagénaires tant le personnage singulier !

A titre de rappel, l’association Cri-2002 est le fruit de longues années de labeur couplées à l’aura et à la crédibilité du 1er Président feu Maître SOW, mais les agissements accaparateurs et usurpateurs de Sall font que le bateau Cri-2002 qui tangue dangereusement finira par couler.

  1. Sall atteint de cécité intellectuelle méconnaissant la valeur d’autrui

Ah oui, l’homme passe sa journée à scander des phrases du genre « je ne suis satisfait du travail de personne » pensant que  c’est là un trait positif alors qu’aucun Homme rationnel ne sautait débité une telle ineptie.

En effet, celui qui passe une journée à écrire une lettre, changeant à souhait la ponctuation et jouant avec les mots que ne saurait faire VOLTAIRE, est un prétentieux qui s’assimile faussement à l’élite intellectuelle.

En matière de production intellectuelle, quand on peut, ça se sait mais ça ne se vante pas. Le vrai titre ne s’annonce pas sur tous les toits comme Sall sait si bien le faire.

Se mettre permanemment en valeur, même pour des futilités, est sa gymnastique favorite. Nul n’a de valeur à ses yeux, ce qui justifie ses incantations inlassables ponctuées de  moi, moi, moi, ou je je je. Tentez de tester l’homme pour un échange, interview ou que sais-je encore. C’est ce plat centré autour de sa personne qui vous sera servi. Ni plus ni moins.

  1. Collaborer est le totem de Sall, faire cavalier seul, son loisir

Passé les premières heures de la création de Cri-2002 en avril 2000 sous l’éclairage du 1er Président, DEVOUE, DEMOCRATE, visionnaire et patriote feu Maître SOW, Sall  a toujours eu des prises de bec avec les membres fondateurs, cela, avant même de succéder au grand Maître SOW dont il n’arrive même pas à la cheville ; la simple tentative de comparaison étant une insulte à la mémoire de feu Maître SOW (Que son âme repose en paix éternelle !) Amen. Sall est loin d’être un homme d’équipe. Il est un solitaire amer.

Même la synergie d’action recommandée dans la mise en œuvre de nos divers projets, Sall l’ignore superbement se croyant mieux que les autres qui se soumettent à cette exigence conventionnelle.

Feu Adam Thiam, le talentueux journaliste a même fait un éditorial en 2011 sur le parcours atypique de Sall qui, naturellement, n’a guère apprécié  car relatant son penchant pour les postes au sommet de l’Etat et pour ce faire, il fait honteusement de l’Association son marchepied en mettant le travail collectif sous son label personnel.

Sall est assurément son propre bourreau de par son entêtement à persister dans l’erreur mortelle. Il ne peut guère trouver de salut dans la persistance de la crise dans laquelle la raison l’a abandonné. Il est dans la pure irrationalité fondée sur l’appât du gain facile. Conséquence : ses ambitions démesurées d’accès au poste public de responsabilité demeurent inassouvies à son grand désarroi.

  1. Sall, adepte des actions sporadiques pour impressionner au sommet de l’Etat oubliant que « tous les systèmes pourrissent de l’intérieur » comme le disait si bien Bill CLINTON, le 42èmePrésident américain dans son livre autobiographique intitulé ‘My life’

Bien relaté dans le précédent article paru le 31 août dernier, Sall  fait cavalier seul dans une organisation truffée de valeurs confirmées,  pensant s’émanciper voire se séparer des ténors de Cri-2002 à travers ses sorties médiatisées à outrance pour plaire aux gouvernants qu’il s’abstient, comme toujours, de critiquer étant à la recherche permanente et effrénée de poste public de responsabilité.

C’est ainsi qu’il se soucie plus des PTF que de la cohésion au sein de l’Association qu’il considère comme son butin de guerre.

Autant il s’échine à attirer les PTF à travers ses sorties surmédiatisées, autant Sall s’évertue à s’éloigner des membres, notamment fondateurs qui sont de plus en plus dégoûtés de lui à cause de sa tendance à faire main basse sur les fruits de l’effort collectif  comme si Cri-2002 était un élément constitutif du patrimoine hérité.

Habitué aux avantages que lui procure Cri-2002, Sall ne s’amendera jamais. Il est et demeure un homme abonné à la négation des évidences, au déni, à la subjectivité et à la susceptibilité à nul pareil.

Sall acquit tout grâce à Cri-2002 mais aussi, il résuma tout à sa petite personne, d’où la crise.

  1. Le combat contre Sall est une ode à la justice

C’est de la pure folie que de penser et agir ainsi comme si Cri-2002 était sa création. La déraison et la cupidité mènent au chemin le plus tortueux voire mortel.

Sall, humilié judiciairement et médiatiquement, s’accroche désespérément au poste qu’il n’a jamais mérité mais dont il use et abuse à souhait, ayant du mal à se résigner à vivre sans sa vache à lait qu’est l’Association Cri-2002, ignorant que le sevrage est pourtant inéluctable à maints égards.

A la tête d’un bureau fantoche et frauduleux depuis janvier 2019, les agissements de Sall sont sans fondement juridique ; l’homme n’ayant ni la légitimité ni la légalité avec lui.

Le désaveu est là, visible et lisible par le public à cause de ce que ses deux mains ont accompli de fourberie à l’encontre des sociétaires de Cri-2002.

En effet, qui n’a pas vu ou lu un seul des 32 articles précédents sur la crise Cri-2002 pour se rendre compte de l’arbitraire, de l’abus et de l’irresponsabilité de Sall à la tête de l’Association qui l’a pourtant mis sur du piédestal avant que la chute, de par sa faute, ne fusse brutale voire mortelle ?

Le vrai se distingue toujours du faux –VERITE SECULAIRE. En l’occurrence, Sall trichant pour se maintenir à la tête de Cri-2002 après une gestion chaotique, a fini par mordre la poussière ; gestion chaotique symbolisée par une personnalisation de l’Association.

  1. Le double jeu malhonnête et indigne du retraité Moussa Traoré pour se faire roi à la place du roi qu’est le Conseil Permanent Cri-2002

En effet, croyant au pouvoir magique du sorcier Sall dont il est le mouton de panurge, Moussa Traoré encre une fois, le plus opportuniste du groupuscule entourant Sall a cru bon de relater à Sall le contenu de ses conversations avec le Permanent tout comme il venait déballer chez le Permanent ses échanges avec Sall. Quelle bassesse de la part de ce chercheur de place à l’image de son mentor Sall soucieux de meubler sa retraite à Cri-2002 ! Seule compte pour Moussa la finalité, peu importe les moyens utilisés.

Moussa est comme ce coureur de vélo qui entame la pente glissante ; le retour à mi-chemin étant impossible, la course doit continuer quel qu’en soit le prix. Point de salut pout cet enseignant retraité tagninina n°1, grand opportuniste devant l’Eternel !

Moussa Traoré est le type d’individu honni et banni telle une peste dans la collaboration par tous ceux et toutes celles qui connaissent l’homme ; caractéristique identique à celle de Abdoulaye Sall. Voilà pourquoi ces deux messieurs peuvent aisément cheminer ensemble, étant deux pestiférés errant à la recherche de leur subsistance et place ; l’un cherchant désespérément à se caser au sein de Cri-2002 (Moussa) et l’autre au sommet de l’Etat (Sall). Lugubre compagnonnage !

Conclusion

A l’instar des spécialistes de la gouvernance américaine qui procèdent au classement de leurs présidents selon le jugement de l’histoire, le baromètre Cri-2002, classant Sall 10ème /10 des membres par ordre de mérite, place Sall au banc de Président médiocre qui a œuvré à tirer l’Association vers le bas tout en tentant de s’élever personnellement sans y parvenir. Agit là, la main du destin réfractaire à l’injustice et à la malhonnêteté.

On ne peut profiter des avantages d’une CHARGE et se dérober à ses obligations.

Bref, Sall a la mémoire si courte qu’il convient de lui poser ces questions : comment a-t-il pu succéder à feu Maître SOW alors qu’il était loin d’être le préféré ? Comment a-t-il réussi à résister au tandem SACKO-KEITA, 2 jeunes pionniers de Cri-2002 qui se méfiaient de ses méthodes brusques voire brutales ? Comment a-t-il berné les caciques en leur demandant constamment des bénédictions pour l’envol ? Autant de questionnements aux réponses jetées dans les calendes grecques par le magicien Abdoulaye Sall atteint soudainement de perte de mémoire convulsive.

Bamako, le 16 septembre  2021

Mamadou F. KEITA  Secrétaire  à

l’organisation depuis août 2000

Conseiller Permanent depuis février 2010

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. En voila encore un autre article qui définit ce sall opportuniste et sans dignité devant la place. je le connais, il est comme ça. regardez ses sorties actuelles inutiles et intempestives.

    • Il nai pas seul. tous nos problèmes, cai ke le Mali regorge d’individus opportunistes et accrocheurs comme ce sall. ce monsieur rêve au poste. Je l’ai vu à un enterrement discuter postes politiques au lieu de penser au défunt. soubahanalah

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here