Conseil d’administration du Collège Sahélien de Sécurité: Un outil précieux de coopération régionale à préserver à tout prix !

0

La 5ème session du Conseil d’administration du Collège Sahélien de Sécurité (CSS) s’est tenue les 17 et 18 décembre 2015 dans la salle de conférence du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile.

La cérémonie d’ouverture de cette 5ème session du Conseil d’administration du CSS était présidée par le Secrétaire Général du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, Monsieur Azer Kamaté. Le Président du Conseil d’administration du CSS, l’Inspecteur Général de Police, Moro Diakité, a souhaité la bienvenue aux participants en terre africaine du Mali. Selon lui, cette session intervient à un moment particulièrement important de la vie des Etats sahéliens, éprouvés par le syndrome du terrorisme. Composante à vocation régionale du Projet contre-terrorisme au Sahel (CT-Sahel) de l’Union Européenne, le CSS mène des activités de formation complémentaires. Le CSS a élargi ses activités à la société civile en l’occurrence les religieux, les communicateurs, les associations de femmes et de jeunes, les ONG et les défenseurs des Droits de l’Homme, a précisé Moro Diakité. Le CSS a incontestablement fait du chemin depuis son lancement en septembre 2012. Le bilan des activités de formation réalisées est suffisamment révélateur, a affirmé l’inspecteur général de Police.

Pour le représentant de la délégation de l’UE au Mali, Delestre François Xavier, le transfert du collège sahélien de sécurité au G5 ouvre une nouvelle dynamique pour le renforcement des échanges d’informations au niveau régional. Selon Monsieur Delestre, l’UE va poursuivre ses efforts d’accompagnement. Les actions de l’UE dans le domaine de la sécurité s’appuient sur de nouveaux mécanismes comme le fonds de stabilité et les missions PSDC.

Le Secrétaire Général du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, quant à lui, a souligné que le Mali accorde un intérêt particulier à cette rencontre sous-régionale qui permettra d’apporter une contribution substantielle à la consolidation de la paix, de la stabilité et de la sécurité sur le continent en général et dans le sahel en particulier. « Le pouvoir de nuisance des organisations terroristes à travers l’usage de la violence aveugle et meurtrière, est manifeste dans toutes les régions du monde. Pour ce qui concerne le cas particulier des Etats du G5 du Sahel, la mise en place d’un dispositif performant de lutte antiterroriste et d’une capacité d’action collective correspondante est d’autant plus indispensable que notre sous-région continue de présenter un niveau de vulnérabilité particulièrement élevé », a-t-il déclaré. Menace réelle pour le Sahel et l’humanité, a dit Azer Kamaté, le terrorisme est un phénomène diffus et difficile à cerner. « Pour le combattre, une franche collaboration est nécessaire d’une part entre les différents services chargés du renseignement et, entre ceux-ci et les populations et, d’autre part, entre les différents gouvernements à travers le monde. Cette collaboration est d’autant plus indispensable si les pays concernés ne disposent que de ressources et de moyens limités, à l’image de ceux du G5 du Sahel ». Les domaines de coopération, a fait savoir Azer Kamaté, pourront porter notamment sur le renseignement, les actions militaires, les efforts diplomatiques, le contrôle aux frontières et la coopération judiciaire. Pour lui, les Etats du G5 du Sahel peuvent et doivent être fiers du Collège sahélien de sécurité qui a atteint des résultats significatifs en améliorant le fonctionnement de la coopération régionale en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée.

Plusieurs points ont été abordés par les participants comme le bilan des activités et le programme d’activités pour 2016.

  Chiaka Doumbia

PARTAGER