Le député de Ouéléssebougou Bourama Tidiane Traoré : “Nous avons demandé le départ de notre sous-préfet parce que c’est un spéculateur foncier

11
Le député de Ouéléssebougou Bourama Tidiane Traoré :
L'honorable Bourama Tidiane Traoré (boubou vert)

“Au cours d’une réunion tenue le dimanche dernier dans la résidence du maire de Ouéléssébougou, les deux députés de Ouélessebougou et les maires des communes de Ouélessebougou et Sanankoro Djitoumou ont invité à nouveau les pus hautes autorités  du pays à ” chasser ” le sous-préfet de Ouélessebougou pour spéculation foncière et abus de pouvoir. “Son départ sera de nature à préserver le climat social entre les populations et les villages de la zone” pense le député Bourama Tidiani Traoré, très remonté contre ledit sous-préfet.

C’est une réunion d’urgence qui a été tenue le dimanche dernier dans la résidence du maire Oueléssebougou, notre ex-confrère Yaya Samaké, autour de ce qu’on peut désormais appeler le bras de fer entre les élus des communes de Ouéléssébougou et Sanakoro Djitoumou et le sous-préfet, Modibo Diarra. A travers cette réunion, il s’agissait d’une part, selon le député Bourama Tidiane Traoré dit Bananzolé Bourama, de prouver à l’opinion nationale et internationale qu’il n’est pas le seul à réclamer le départ de M. Diarra, mais aussi de rappeler aux hommes de médias les “actes malsains” posés par Modibo Diarra et qui ont pollué l’atmosphère entre les villages et surtout les populations de la zone.

“Depuis le 24  janvier, nous avons, à l’issue d’une réunion des élus, déposé une lettre au ministère de l’Administration territoriale pour demander le départ du sous-préfet Modibo Diarra. Car, étant le représentant de l’Etat, il ne doit pas faire de parti pris entre les populations. Par ses immiscions répétées dans le renouvellement des instances du Centre de santé communautaire de Oueléssebougou, il empêche l’actuel bureau élu en bonne et du forme de travailler, tandis que ce Cscom profite à plus de 30 villages” a expliqué le député Bourama Tidiani Traoré. Toujours selon lui, les différents élus de la localité ont été saisis par les populations et les chefs de villages afin de demander le départ du sous-préfet, Modibo Diarra.

Autre grief formulé par Bananzolé Bourama contre le Sous-préfet, c’est le processus de mise en place des conseillers des chefs de village. Selon lui, Modibo Diarra s’est illustré de la plus mauvaise des manières  en soutenant ouvertement “des conseillers spéculateurs fonciers afin de pouvoir s’accaparer des domaines publics. Toute chose qui crée aujourd’hui des problèmes dans mon village à Bananzolé où il y a une crise de confiance entre les chefs de village et les populations”.

Ce n’est pas tout pour l’honorable Bourama Tidiani Traoré, qui ajoute que même pendant la période de la suspension des attributions, leur sous-préfet s’y adonnait à cœur joie, avec des morcellements de part et d’autre, avec même des documents antidatés.

“Nous demandons son départ car c’est un spéculateur foncier, je l’ai mis en garde à plusieurs reprises par rapport au morcellement illicite et à chaque fois il me dit qu’il ne va plus répéter. Je pense que cette fois-ci ça suffit  car en tant que représentant de l’Etat, en aucun moment il ne doit aller à l’encontre de la loi dont il est lui-même le garant de la protection” a soutenu Bananzolé Bourama.

Plus de 100 lots morcelés à l’insu du chef de village

Selon Bananzolé Bourama, l’espace scolaire occupé de son village à Bananzolé a été morcelé. “Au lieu de  décrier cette situation, le sous-préfet affirme son soutien à cet acte regrettable. Aussi, dans le village de Zelani, il a morcelé plus de 100 lots à l’insu du chef de  village. Toute chose qui a provoqué l’ire de ce dernier. C’est partant de tous ces constats que nous avons demandé son départ et nous croyons fermement en le ministre de l’Administration territoriale pour résoudre au plus vite ce problème pour la paix sociale et la quiétude des populations. Le cas échéant, nous allons procéder à l’interpellation du chef du département de l’Administration territoriale” a révélé l’honorable Bourama Tiadiani Traoré.

Les propos de  Bananzolé Bourama ont été appuyés par son collègue député Seydou Coulibaly. “Ma signature n’a pas été falsifiée comme soupçonnent certains. Je suis bien signataire de la première lettre envoyée au  Ministre le 24 janvier, demandant le départ du sous-préfet et je soutiens tous les propos tenus par mon collègue”, a  ajouté l’honorable Seydou Coulibaly. Ces élus, à savoir les deux députés et les maires de Ouéléssébougou et Sanankoro Djitoumou, ont une nouvelle fois déposé, en début de semaine, une lettre au ministère de l’Administration territoriale demandant une fois de plus la mutation du sous-préfet Modibo Diarra.

Il  faut rappeler que Bananzolé Bourama, qui jouit d’une forte popularité dans le Djitoumou serait à l’origine des départs du Juge Diadié  Touré et d’un commandant de Brigade de la gendarmerie. Pourra-t-il récidiver avec le sous-préfet Modibo Diarra ?

Kassoum Thera envoyé spécial à Ouélessébougou

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. C’est pas vrai, c’est le Depute TRAORE qui est un perturbateur . Il ignore superbement les missions du Depute . Il n’a aucun droit de réclamer le départ du Sous Prefet . Il y a eu des missions à OUELESSEBOUGOU qui contestent ses propos à l’encontre du Sous Prefet . Alors tu es nostalgique du parti unique, dans lequel système , la politique primait sur aal’administration, avec la démocratie dans le multipartisme, il y a entre ces deux une séparation de pouvoir . Chacun fait son travail. Le sous Prefet n’est pas votre subordonne mais votre collaborateur pour le bien être des populations.

  2. La france profite des casseroles de ibk avec tomy pour lui faire chantage, mais le pillage des ressources de kidal reste une exageration face à un pays meurtri et l’histoire retiendra que des vehicules de chantier ont profité de l’appel de diancounda pour s’implanter à kidal en absence de l’Etat.

  3. Cela est républicain la demande de Banazolé Bourama, sinon combien de sous-préfets ont fuit le nord et le centre du pays ? Des centaines. À voir au fond, dans le Macina les commandants ont été mis en garde de déguerpir, ils sont connus depuis l’indépendance comme étant des prévaricateurs et spéculateurs patentés. Une bonne part du problème de gouvernance du pays les incombe.
    Un agent, un seul agent qui vient mettre le désordre dans toute une localité. Et demain si on passe à la violence contre ces voleurs devant l’Eternel, on criera haro sur les braves population. De toute façon, ce n’est qu’un debut et cela prouve que les choses sont entrain de changer. Ce sera le coup de pieds, commandants ou juges. Ils sont là pour les gens, pas contre eux.

  4. Bonjour frère du Djitoumou
    Je suis fier de vous et soutiens cet acte de révocation du sous-préfet à Ouélessébougou. Et ce n’est pas suffisant, il faut attaquer les personnes qui ont acquis les différentes parcelles par voie illégale. Pour assurer notre victoire, que toutes les populations se mobilisent pour surveiller les complices du monsieur dans tous les villages.

    Dans les villages, que les populations fassent pression sur les spéculateurs et leurs familles pour les ramener à l’ordre, même s’il faut “placer les parcelles à Djitoumou-Moussa”.

    Chers frères, c’est le moment de resserrer les rangs pour que la distribution des parcelles se fasse de manière selon la loi, sinon les conséquences seront fâcheuses.

    Allah k’an dèmèn, An yèrè ka dô kè.

  5. Il faut le chasser vous même, ibk n arrive pas a gérer même sebenikoro. La population va récupérer les clés de la préfecture le temps qu un nouveau préfet intégre soit nommé.chercher un sotrama et mettez tout ses affaires pour le renvoyer a bko c est la seule solution

  6. Je ne sais rien de cette histoire mais si des preuves existent, la solution serait d’engager une action en justice!!

    • Nous en avons marre de ses administrateurs véreux,voleurs, bandits, corrompus soutenus par leurs supérieurs qui ont en commun les mêmes sales caractères. Quelle honte pour le Mali.

      • Certe aucune personne n’est parfaite dans la vie. Mais il faut reconnaître que Banazole Bourama est un Patriote convaincu si toutes les communes pouvaient avoir un Banazole Bourama, le Mali avancera plus vite, je demande aux autres Députés de prendre l’exemple sur lui, il aide,partage,conseil,encourage ceux qui veulent travailler. Lutte contre la corruption. Voilà un homme véridique,travailleur qu’on doit encouragé.

        • Bananzole Bourama s’est battu avec le juge Diadie. Bananzole Bourama, en compagnie des jeunes, à fait brûler la gendarmerie et partir le CB. Bananzole Bourama veut chasser le Sous-préfet. Finalement, ne doit-on pas nommer Bananzole Bourama, depute-juge-sous-prefet-CB-Chef de poste médical pour qu’il soit ENFIN en paix, puisque les fonctionnaires le dérangent? Bourama, sache que tu n’es pas le seul fils de Bananzole, ni de Ouelessebougou a fortiori du Mali. Après ton temps, il y en aura d’autres. Redescends sur terre!

          • Habituellement au Mali, quand un politicien n’a pas les moyens financiers pour s’acheter des voix et des partisans, il s’en prend aux agents publics pour avoir et asseoir une certaine popularité. C’est pourquoi le cas de Bananzole Bourama paraît insolite, puisque lui étale à tous vents son aisance financière. Cependant, son arrogance, couplée à son ignorance, fait que, si ce n’était ce pays, il ne méritait pas d’être un membre d’une institution aussi prestigieuse que l’Assemblée nationale. Pour preuve, Bourama a incité des jeunes à brûler la brigade de Ouelessebougou et applaudissait en spectateur satisfait à quelques mètres des lieux. Bourama s’est battu, main à main, avec le juge Dadie, l’ex maire Yeh Samake. Il était en guerre déclarée avec l’ancien CB, un chef de poste médical et maintenant avec le Sous-préfet. Tous tous les députés faisaient pareil, les honorables allaient passer pour des malades mentaux. Bourama, même en tant qu’ancien aventurier, on peut garder un peu de vertu de chez soi lorsqu’on est de retour les poches pleines, mais aussi les mains souillées de sang!

Comments are closed.