Echalote de Bandiagara: Lancement de la phase finale du processus de labélisation

0

Le Centre Malien de Promotion de la Propriété Industrielle (CMAPI) et la Fédération des Producteurs d’échalote de Bandiagara ont enclenché la phase finale du processus de labellisation en Indication Géographique de l’échalote de Bandiagara. Le lancement de l’Atelier de validation des études pour la reconnaissance de l’oignon de Bandiagara a eu lieu, ce mercredi 30 septembre.

«Le processus de labellisation est entré dans sa phase cruciale», a indiqué Mme Fatoumata Siragata Traoré, directrice du CMAPI. La validation des études pour la reconnaissance de l’échalote de Bandiagara est un long processus qui a débuté depuis 2010. Mais les différentes crises sociopolitiques, a expliqué la directrice du CMAPI, ont ralenti le processus de labélisation. Les études ainsi validées seront transmises à l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) pour l’obtention du certificat de labélisation.

«Pendant la campagne agricole 2019-2020, 178 000 tonnes d’échalote ont été produites dans le cercle de Bandiagara», a affirmé Seydou KENE, président de la Fédération des Producteurs d’échalote de Bandiagara. Dans le cercle de Bandiagara, 18 des 21 communes font la culture de l’échalote. Cependant la difficulté principale reste, selon Seydou KENE, le problème de l’eau. «Nous cultivons sur des rochers recouverts de terre, les seuls points d’eau sont les micros barrages faits par les Allemands depuis plusieurs années maintenant», a déploré leprésident de la Fédération des Producteurs d’échalote de Bandiagara.

Tout comme le Vin de Bordeaux, l’échalote de Bandiagara labélisée jouira d’une reconnaissance internationale permettant aux producteurs de vivre de cette culture. «La réputation et la qualité de l’échalote seront sauvegardées face à la concurrence des contrefaçons», a informé Mme Fatoumata Siragata Traoré. A ce jour, sur 72 produits identifiés par l’OAPI, seuls 03 ont été enregistrés en Identification Géographique. Il s’agit du Poivre de Penja (Cameroun); le Miel Blanc d’Oku (Cameroun) et le Café Ziama Macenta (Guinée).

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here