IBK interpellé par les populations de la 4ème région: Les ministres sommés de poser des actes concrets en faveur du développement socioéconomique

0
L'acceuil du président IBK à Baraouéli lors de sa première journée de visite dans la région de Ségou
L'acceuil du président IBK à Baraouéli lors de sa première journée de visite dans la région de Ségou

Interpelé par les populations sur des questions liées à l’amélioration de leurs conditions de vie et au développement socioéconomique de  la 4ème région, le président  de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, lors de sa tournée de six jours dans la région de Ségou, bouclée le samedi dernier, a sommé ses ministres et les autorités administratives de faire du résultat chacun dans le domaine qui le concerne.

« L’espoir que nous avons suscité sera concrétisé », c’est la promesse faite par le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta aux populations de la 4ème région administrative, Ségou, où il a effectué une visite de six (6) jours du 7 au 12 décembre dernier.

De Baraouéli à Ségou, en passant par Markala, Niono, Macina, Kolongo, Tominian, San, Penlengana et Mandiakuy, partout où le président IBK et sa délégation sont passés, on pouvait constater une foule liesse.

Loin d’être une villégiature, la visite présidentielle de six jours, effectuée aux pas de course, tellement le programme était chargé,  a été  ponctuée  par l’inauguration de plusieurs infrastructures et l’ouverture de nouveaux chantiers.

Les villes de Niono, Tominian, San ont été dotées chacune de nouveaux ouvrages électriques. En plus de Tominian qui a bénéficié d’un centre de formation professionnelle. Tandis qu’un nouveau château d’eau a été inauguré à Macina. Mais aussi, au cours de son périple de six jours, le président IBK a, tour à tour,  lancé les travaux  de construction d’un échangeur multiple au carrefour de Markala à Ségou (premier du genre au niveau régional), de l’aménagement du tronçon Ségou-San en 2×2 voies de la route nationale N°6, et de 10 km de voirie à Ségou,  ainsi que la pose de la première pierre d’une centrale solaire à Pelengana et d’un centre de formation professionnelle à San. Mais malgré tout, les attentes des populations restent énormes et sont quasiment identiques.

L’électricité, l’eau potable, l’aménagement de nouvelles terres agricoles, le bitumage des routes, l’emploi des jeunes, la sécurité, telles sont entre autres les préoccupations majeures exprimées par les populations de la 4ème région administrative, Ségou au président IBK.

IBK choqué par le cri de cœur des enfants de Bla se sent trahi par ses collaborateurs

Situé à 80 km de Ségou, c’est le vendredi 11 décembre dernier que la délégation présidentielle s’est rendue à Bla où elle a eu droit à un accueil chaleureux, comme cela fut le cas partout à travers Ségou. Seule différence à Bla, ce sont les enfants qui interpellent le président de République, Ibrahim Boubacar Keïta, à la descente de son véhicule. « IBK courant ! IBK courant ! IBK courant ! », criaient-ils en refrain.

Choqué par la scène, le président IBK tout de blanc vêtu avec une écharpe au coup,  fronce le sourcil, soudainement et salue le public avant de s’installer dans son fauteuil. A peine installé, un groupe d’enfants se présente devant lui avec des banderoles en main, sur lesquelles on pouvait lire « Grand père kankelentigui j’apprends dans l’obscurité ». Ou encore  « Grand père  kankelentigui, j’ai peur de l’obscurité et mon père a peur de la lumière à cause de son prix (280 FCFA par Kw) ». Une somme largement hors de portée pour l’écrasante majorité de la population.

En plus de son coût élevé, le maire de Bla, Soungalo Mallé, ajoute que l’électricité fournie par l’AMADER (Agence Malienne de Développement d’Energie Rurale)  n’est disponible que 8 heures sur 24 (soit 4h le jour et 4h la nuit).

Coup de colère !

Pour le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta, cette situation est inacceptable. « Je vous ai entendu et j’ai vu la situation de mes propres yeux. Ce que j’ai vu est largement édifiant. Mais je vous donne la garantie que Bla aura de l’électricité» a-t-il promis. Avant de dénoncer le jeu trouble de certains de ses collaborateurs qui, à l’en croire, lui ont caché certaines choses. Sans les citer nommément, le président IBK assène en langue nationale bambara :« U bé kuma ka i hakili sigui touma bè kasôrô foï (Ils parlent toujours pour vous rassurer alors qu’il n’en est rien… et j’ai tout découvert aujourd’hui ». Question : De qui s’agit-il ? Est-ce le ministre de l’Energie et de l’Eau ? En tout, cas rien n’est moins sûr…

« Nous avons été élu pour essuyer vos larmes, si nous n’en sommes pas capables, nous allons céder la place à d’autres ! » clame, le kankelentigui.  Avant de promettre que la ville de Bla ne restera pas dans l’obscurité. ‘’Ni oma kè anbé na yé (Si cela ne se fait on verra bien…), a-t-il, menacé.

Lassina Niangaly, envoyé spécial

PARTAGER