Assainissement de la ville de Bamako : La BAD annule son financement de 30 milliards de FCFA

7

Le financement du projet d’assainissement de la ville de Bamako (PAVB) qui avait suscité tant d’espoir chez les habitants de la ville des trois caïmans, et de vantardise du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga vient de connaître un coup d’arrêt. La Directrice générale du Bureau régional de Développement et de prestations de services pour l’Afrique de l’Ouest du Groupe de la Banque africaine de Développement (BAD), Marie-Laure AKIN-OLUGBADE dans une correspondance au ministre de l’Economie et des Finances du Mali, Dr Boubou Cissé, lui a notifié l’annulation du Financement du projet. (Objet : Projet d’assainissement de la ville de Bamako (PAVB). Notification d’annulation du Financement du projet. Accord de prêt FAD N°2100150036743 et FAT N°5900150001151). La lettre en date (Ref.) du 15 février 2019 a été reçue par le département de l’Economie et des Finances, le 20 février 2019, avec ampliations des ministres de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable Mme Aida M’Bo Kéita, de l’Energie et de l’Eau Sambou Wagué, du Directeur général de la Dette Publique Elly Prosper Arama, de la Directrice générale adjointe de la Dette Publique Mme Fadima Tapo, du DG de la Smapep SA Yenisanga Koné. Depuis deux semaines, que ce financement a été frappé d’une annulation, le gouvernement n’a fait aucun communiqué pour informer les Maliens, ni la primature, ni le ministère de l’Economie et des Finances, encore moins le ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable.

Cette déconvenue lève un coin de voile sur l’incapacité de l’attelage gouvernemental à mobiliser les ressources accordées à notre pays pour se sortir du marasme. Les autorités de la Banque africaine de Développement s’en sont rendues compte et en sont devenues très amères, « Nous avons l’honneur de porter à votre très haute attention que le projet cité en objet a été approuvé par la Banque depuis le 11 janvier 2017. A ce jour, soit vingt-cinq (25) mois après son approbation, aucun décaissement n’a été effectué sur les ressources y allouées. Nous voudrions à cet égard rappeler qu’au regard des règles et procédures de la Banque en matière de prêts et dons, « tout prêt ou don signé, et qui ne décaisse pas dans un délai de plus de quatre-vingt-dix (90) jours et une période cumulative de plus de cent quatre-vingt (180) jours est éligible à l’annulation ». Au vu de ce qui précède, nous constatons malheureusement que les conditions d’annulation de l’opération en objet sont à présent réunies. Par conséquent, nous vous avisons que ladite annulation sera effective à compter de la présente date de notification. A cet effet, nous vous précisons que conformément à la règle en la matière, il vous est possible de disposer de 70% du montant annulé, dans l’allocation de votre pays. » Un vrai camouflet sur le visage du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga, qui doit en être très affecté. Lui qui se promenait de commune en commune, de cérémonie en cérémonie pour clamer le bénéfice de ce financement de l’assainissement de la ville de Bamako, qui il faut le reconnaitre est une attente collective, un pain béni, que la BAD du fait de la mal gouvernance de nos gouvernants, vient de retirer des mains du gouvernement.

Que s’est-il donc passé entre le Mali et ses amis de la BAD ? Certains proches du milieu parlent d’un doublement d’attention de la part de nos partenaires, qui sont devenus plus regardants, très regardants et vigilants sur la moralité de certaines opérations, depuis la découverte de procédés rocambolesques de décaissement de l’argent public au sommet de l’Etat, qui piétinent les procédures budgétaires généralement admises. Quand on peut mettre à disposition jusqu’à 50 millions de FCFA de l’argent public, sans aucune traçabilité de ce fonds, alors qu’on contracte des dettes en longueur de mandat, cela devient inquiétant pour les bailleurs, qui commencent à se retenir de jeter de l’argent de leurs contribuables, par la fenêtre. Cependant, pour d’autres, la situation s’explique par le peu de discipline et de solidarité qui caractérise le gouvernement Soumeylou Boubeye Maïga, se traduisant par l’immobilisme. Le gouvernement se serait installé dans le conflit d’intérêts entre ministères au point que la complémentarité ne sert plus de lien solide entre les ministres. « Ce non décaissement par l’État, après l’approbation du projet depuis 2 ans, est la résultante d’une guerre de tranchées entre ministères interposés intervenant dans toute la chaîne de l’écosystème de financement. Selon nos informations, le ministre de l’Économie et des Finances, Boubou CISSÉ a manqué de flexibilité dans la gestion de cette ligne de financement. On lui reprocherait une intransigeance poussée et de vouloir faire passer sous son parapluie tout le dispositif qui avait au départ un caractère transversal. Ce flottement s’est accentué avec le processus d’organisation de la présidentielle de 2018 très tendu », écrit notre confrère de confidentielafrique.com

B. Daou

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Ils sont tout simplement Incapables de Monter des Projets pour absorber les dépôts de fonds bailleurs!!! Ce n’est pas un cas isolé, ça arrive très souvent seulement l’opinion publique reste en marge de l’info.
    Sous d’autres cieux, pas loin de nous, eux ils ont une vision pour leur Pays, les Fonds trouveront des projets déjà fiscéllés attendant des financements; là il reste plus qu’à l’adapter au contexte du fond.
    Mais dans Maliba, il leur faut du temps pour préparer un plan pour détourner le Fond !

  2. comrades communique from Julu Mandingo to Julu Ubuntu, Muslim Ubuntu plus Christian Ubuntu. First we should establish how much organized plus perpetual sanitation may be established without loan. Thereof may come need for smaller loan that will receive more productive plus lasting use.
    Very much sincere,
    Henry Author(people of books)Price aka Obediah Ubuntu IL-Khan aka Kankan aka Gue.
    translationbuddy.com

  3. Pkagame
    “La seule explication logique de ce non-décaissement de 30 milliards (alors que c’est nous-mêmes qui avions demandé et reçu le financement) serait le fait que la BAD aurait mis de strictes conditions d’exécution de fonds, alors qu’au Mali on préfère les fonds libres.”

    Les “fonds libres”😁😁😁😁😁😁😁😁😁
    Mon frère, là, tu as vraiment le sens de la formule pour rappeler (très justement d’ailleurs ) qu’au Mali, les financements qu’on préfère sont ceux…….QUE L’ON PEUT PILLER ET DETOURNER !!!

    Malheureusement pour son Altesse Bouffon 1er et pour ses voleurs bons à rien, il y déjà bien longtemps que les bailleurs de fonds, à force de voir leurs financements en Afrique finir invariablement sur les comptes bancaires des dirigeants corrompus et pourris jusqu’à l’os, ont fini par entourer leurs financements de CONDITIONS TRES SRTICTES qui rendent souvent le detournement …..BEAUCOUP PLUS DIFFICILE QU’AVANT!😉😉😉😉

    La preuve, quand le gros lourdaud Zonkeba a cru pouvoir voler les 21 MILLIARDS du Boeing dans aides du FMI en pensant que personne n’y verrait rien (quel con!😁), il s’est immédiatement fait botter les fesses devant le monde entier!!!😁😁😁😁😁

    Ici, visiblement, nos rapaces n’ont pas trouvé comment “bouffer” dans ces 30 milliards de la BAD, et donc ils ont préféré les laisser dormir sans y toucher, dans la mesure où ils n’avaient jamais eu la moindre intention de s’attaquer a l’assainissement de Bamako !!!

    La preuve…

  4. Dire que jusqu’à présent en plein age numérique on n’arrive pas nous-mêmes a pouvoir confectionner un bout de papier (vignette) informatisé/magnétique ou un système codé etc.. …sauf simplement d’aller chaque année payer des centaines de millions aux autres au Canada/Chine pour nous imprimer ces bouts de papiers. Notre système de vignette est tellement basé sur l’incompétence écervelée que près 30% des vignettes sont piratés et vendus aux usagers a moitie prix… une grosse perte a l’état (centaines de millions). En Guinée, ils confectionnent leurs propres vignettes etc. Et nous au Mali comment-peut-on laisser les criminels des réseaux mafieux de fraude jouer avec les revenus de l’État si on est dans pays serieux!? Il y en a qui étaient arrêtés a l’aéroport avec des valises remplies de fausses vignettes confectionnées en Chine ..et hélas! Allez y savoir où se trouvent ces mêmes personnes aujourd’hui! Je l’ai toujours dit avec ferme conviction que ce pays n’a pas un probleme de ressource financière; il a un probleme catastrophique et délétère de gestion financière!!!

    A ce rythme il n’ y a absolument pas d’espoir de faire avancer ce pays…ce n’est simplement pas possible! Tant qu’on ne changera pas de caractère de façon radicale vis a vis de notre gestion financière, il n y aura jamais assez d’argent dans les caisse de l’État pour faire face aux besoins et problèmes. L’État malien actuel ne correspond pas a ses propres évolutions démographiques et socio-économiques! Il s’agit d’une situation dangereusement insoutenable si des mesures de reformes radicales ne sont pas prises a temps! Il faut du vrai sacrifice pour remettre la capacité de l’état: confrontations, douloureuses casses des habitudes, fin de l’ impunité, emprisonnements etc..
    Sans reformes concrètes et visionnaire, les revendications socio-économiques seront incontrôlables, les institutions affaiblies, l’État sera trop endetté, les populations appauvries, les tensions et les conflits accrus, l’économie nationale et nos terres de plus en plus vendues aux étrangers (qui vont installer des mercenaires pour sécuriser leurs exploitations), une grande partie des populations maliennes qui comprennent quelque chose quitteront le pays (en exode) pour éviter l’esclavage; ceux qui resteront feront face aux conflits incessants ou soit être des esclaves.

  5. 25 mois…………A NE RIEN FAIRE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!?

    Et c’est 25 mois à ne rien faire…………..ALORS QU’ON NOUS AVAIT POURTANT FINANÇE LA BAGATELLE DE 30 MILLIARDS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Voilà une capitale-poubelle qui, à l’ère de la mondialisation et des images en temps réel, EST UNE HONTE ABSOLUE POUR TOUT LE CONTINENT AFRICAIN…

    On nous accorde alors un financement colossal de 30 MILLIARDS (!…) pour enfin sortir le pays de cette honte…

    Et… et…. et…. ET RIEN DU TOUT !!!
    Une interminable “SIESTE D’ETAT” LONGUE DE 25 MOIS (!…) ALORS QUE LES FONDS ETAIENT ALLOUÉS !!!!!!!!!!!!!!!!!

    25 MOIS!…

    En fait, c’est la BAD qui n’a rien compris :
    En bon bailleur de fonds habitué à financer des projets de DÉVELOPPEMENT, la BAD a cru (naïvement!😎 qu’en allouant au Mali les fonds necessaires, le Mali allait (bien évidemment !!) mener son propre projet…

    Mais c’était mal connaître le Mali !:
    CHEZ NOUS, NON SEULEMENT IL FAUT QUE “D’AUTRES” FINANCENT NOS PROJETS…………MAIS IL FAUT EN PLUS QU’ILS LES REALISENT A NOTRE PLACE !!!😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁😁

    Et après ça, on ira encore pleurnicher et mendier chez les bailleurs de fonds en disant “que nous sommes UN PAYS PAUVRE”!

    Quelle honte!😎

  6. En lisant la lettre d’annulation émise par la BAD on ne peut que constater un probleme de mauvaise gouvernance. Imagine le temps perdu (25 mois dans la vie d’une administration) pendant que Bamako écume dans les eaux usées et l’insalubrité nauséabonde! Imagine ce que 30 milliards auraient réalisé en terme de bitumage, pavage, fossés dans nos quartiers. La seule explication logique de ce non-décaissement de 30 milliards (alors que c’est nous-mêmes qui avions demandé et reçu le financement) serait le fait que la BAD aurait mis de strictes conditions d’exécution de fonds, alors qu’au Mali on préfère les fonds libres. Du coup cette grosse somme n’est plus intéressante aux des loups de la surfacturation et autres profiteurs publics. Encore ici tant pis pour l’intérêt national, tant pis la ville de Bamako (au nom de laquelle cette dette a été prise), tant pis pour le bien-être des populations. Ça se fait dans l’administration au Mali des DGs et DAFMs qui guettent des fonds de leur budget durant toute l’année fiscale et refusent de les investir dans de bons projets publics tant qu’ils ne trouveront pas un moyen de gagner leur part dedans..etc.. et ces fonds sont soit volés (marché fictif) en dernière minute ou reversés au trésor en fin d’année. Tant que ce pays sera géré par l’égoïsme et l’intérêt personnel on ira nulle part je jure de Dieu… même en 100 ans!

    Dr Boubou nous montre désormais son vrai visage. Ce monsieur qui va d’une bavure financière a l’autre ne sait réellement ce qu’il fait… il faut simplement voir comment en 2019 en pleine ère numérique il tâtonne avec notre système de VIGNETTES etc.. Quelle honte!

  7. Ce boubou est un vrai sinistre,une catastrophe pour le mali, les vignettes auto n’ont encore disponible, car ayant tenté de magouille avec les Tomota, se rendant certainement que ce dernier est défaillant pour ces engagement, il revient avec les traditionnels partenaires qui sont entrain de dicter leurs lois!
    Le voilà encore incapable de mobiliser le financement validé d’un projet !
    Il fait que de “l’économie à la caissière” c’est-à-dire combien de recettes aujourd’hui et combien je peux payer?
    Voici le genre d’incompétent qui entoure Boua whisky, pourvu qu’on desserre son verre

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here