Nouvelle usine de Fourou-Kadiolo : L’espoir réalisé des cotonculteurs

1
Politique agricole au Mali

Le Président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéïta, a inauguré, le 12 juillet 2018, à Pourou, dans le Cercle de Kadiolo, Région de Sikasso, une usine d’égrenage coton de Kadiolo. Cette infrastructure a suscité tant d’espoir chez beaucoup de paysans intervenant dans le secteur cotonculture.

 Dans sa vision de faire de l’Agriculture et de l’industrialisation les leviers de la croissance, le Chef de l’Etat, Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéïta, en s’appuyant sur le Programme de développement stratégique de la Filière coton 2013-2018, avait posé, le 23 août 2015, la première pierre de l’Usine qui, selon le PDG de la Holding CMDT, se trouve être de nos jours parmi les plus belles et la plus moderne des unités industrielles d’égrenage de coton en Afrique. C’était tout un honneur pour les  populations locales de Kadiolo.

Un véritable outil industriel bâti sur une superficie de 25 ha pour un total de 50 ha mises à la disposition de la CMDT par les populations de Pourou. Cette usine a coûté, selon le Chef de file du pool bancaire local de la BDM-SA, 20 milliards de francs CFA dont une contribution sous forme de prêts destinés au financement partiel du programme industriel. Sa capacité de production annuelle est de 45.000 tonnes de graines coton transformés, aux dires de Baba Berthé, PDG de la Holding CMDT.

La nouvelle usine d’égrenage de coton de Kadiolo est dotée d’un bâtiment d’égrenage, d’une centrale de production d’énergie, d’ateliers de maintenance, de Bureaux, de magasins, de logements et d’une infirmerie. L’usine pourrait égrener la totalité de la production de coton-graine du secteur de Kadiolo ainsi qu’une partie de celle des secteurs de Sikasso et de Kolondièba. Son exploration créera plus de 250 postes d’emplois directs et 500 emplois indirects, selon le PDG du holding CMDT.
L’usine est conçue dans le respect des exigences modernes et normes environnementales. La réalisation des travaux a été assurée par Géo coton.

Le but recherché est d’assurer le processus de relance du secteur coton, qui était en stagnation depuis 2000. L’objectif de production visé par la CMDT en son temps était que la filière produise, à l’horizon 2018, 800.000 tonnes de coton graine et 3 millions de tonnes de céréales.

Désormais, la CMDT compte 18 usines, avec une capacité d’égrenage de 620.000 tonnes de coton graine, mais celle-ci est en-deçà des ambitions de production cotonnière dans les cinq prochaines années ; d’où la nécessité de construire des nouvelles usines là où le volume de la production le justifie, notamment dans les bassins de production de Kimparana, Bélèko, Kita, Kolondièba et Yorosso.

Les Responsables de la CMDT et ceux du pool bancaire ont remercié le Chef de l’Etat pour la vision féconde de l’Agriculture qu’il incarne et pour son soutien constant aux producteurs cotonniers.

 «La filière coton fait vivre 4 millions de nos compatriotes », a précisé  le PDG de la BDM-SA.

Pour le Président IBK, venir assister à la sortie de balles de coton produites par l’usine est un bonheur. Le Chef de l’Etat a d’abord remercié et félicité les cotonculteurs et leur encadrement avec en tête le Professeur Baba Berthé, le Président des sociétés cotonnières du Mali, Bakary Togola, et tous les acteurs qui ont rendu possible cette merveille.

«Cette usine de dernière génération ne sera pas la dernière. Avec malice, bien qu’il y ait le mot économique, Baba Berthé a dit que les grandes choses ne se disaient pas mais produisent. Mais pour autant il faudra noter Karangana, Bélèko, Kita et Kolondièba, 4 usines, et là l’appétit va grandissant et je crois que cela est normal. Les marchés de production ont besoin d’être rassurés, de savoir que leur travail ardu, acharné ne sera pas vain. Et des usines seront là pour transformer, pour égrener, tout ce que le Mali va produire », a indiqué IBK.

Et le Président de la République de préciser qu’au-delà de l’égrenage, il est temps que le Mali ait aussi des sociétés de filature, des usines de filature pour que la plus-value de notre fibre profite à la nation et permet d’obtenir une meilleure récompense du labeur de nos paysans. « Cela est attendu et cela est dû», a-t-il insisté.

Auparavant, le Président de la République est arrivé à Sikasso en milieu de matinée, où il a été accueilli dans la Capitale du Kénédougou par une population en liesse. Le Chef de l’Etat a ensuite été salué les notables de la ville dans le vestibule des Traoré à Kaboïla I et Kaboïla II. C’est dans ce vestibule que toutes les notabilités se sont réunies.

A son arrivée à Kadiolo, le Chef de l’Etat s’est rendu d’abord chez les notables, chefs coutumiers et religieux de la localité pour également les salutations d’usage. Son Excellence IBK a, à l’issue de ces salutations, reçu les bénédictions de ses hôtes et leur a bénéficié de leurs reconnaissances pour ses efforts constants dans le développement socio-économique de Kadiolo, le désenclavement de la localité, l’électrification, entre autres. Profitant de l’occasion, le Chef de l’Etat a écouté avec attention particulière les doléances de ses hôtes.

Toutes les localités traversées par le Chef de l’Etat ont réaffirmé leur soutien pour un second mandat.

Cyril ADOHOUN

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. «La filière coton fait vivre 4 millions de nos compatriotes » alors une usine pour l’égrenage est une très bonne chose, seulement pourquoi l’inauguration en cette période de campagne pour l’élection présidentielle? est ce une façon de profiter à 100% des moyens de l’État pour faire campagne?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here