Gestion du pactole du MCC accordé au Mali : Des batteries de mesures mises en place pour une utilisation à bon escient

0

En prélude à l’exécution des projets d’irrigation d’Alatona et l’amélioration de l’aéroport international de Sénou, des travaux qui verront le jour grâce à la somme de 244,8 milliards de F CFA que le Millénium Challenge Corporation (MCC) a accordée au Mali pour réduire la pauvreté et augmenter la croissance économique, le Coordinateur de ce projet Moussa Ouattara et John Anderson, directeur des opérations ont animé un point de presse le mardi 21 novembre dans la salle de conférence de l’US AID.

D’entrée de jeu, les conférenciers ont présenté les projets liés au Millénium Challenge. Il s’agit des projets d’irrigation d’Alatona, d’amélioration de l’aéroport de Sénou et du parc industriel.

Le projet d’irrigation d’Alatona, estimé à 122,3 milliards de F CFA, vise la croissance de la production et de la productivité, l’amélioration de la sécurité de l’occupation des terres, la modernisation des systèmes de production irriguée, l’atténuation des incertitudes d’une agriculture de subsistance tributaire de la pluie et par conséquent, l’augmentation des revenus des paysans. Il cherche à développer 16 000 hectares de terres nouvellement irriguées, représentant une augmentation de presque 20 % de la production agricole "à l’épreuve de la sécheresse" dans la zone de l’Office du Niger. Le projet introduira des pratiques innovatrices d’agriculture, d’occupation des terres, de gestion de crédit et de l’eau, aussi bien que des réformes politiques et organisationnelles destinées à étendre le potentiel de l’Office du Niger afin de servir de moteur à la croissance des zones rurales au Mali. S’agissant du projet d’amélioration de l’aéroport de Sénou, il contribuera à la croissance du trafic aérien et augmentera l’efficacité de l’aéroport dans la gestion à la fois des passagers et du fret.

Et cela à travers une amélioration des infrastructures aériennes et terrestres, aussi bien que l’établissement de mécanismes institutionnels appropriés pour assurer la gestion efficace, la sécurité, le fonctionnement et la maintenance des équipements de l’aéroport sur le long terme.

Quant à celui du parc industriel, situé dans le domaine de l’aéroport, estimé à 48, 4 milliards de F CFA, il permettra la mise en valeur d’une plate-forme pour les activités industrielles pour faire face à la forte et croissante demande pour l’industrie.

Le parc industriel sera un ancrage pour le secteur industriel en croissance, particulièrement dans le domaine de l’agro-industrie, atténuant de ce fait une contrainte majeure à la production de la valeur ajoutée et la croissance économique. La prestation fiable de services utilitaires, y compris l’électricité, l’eau et les télécommunications, augmentera la productivité des affaires.

Ce projet aura un effet de levier sur les réformes nationales dans le secteur des affaires, réduisant le coût et le temps pour enregistrer une affaire et renforcera la gestion et l’efficacité du secteur industriel. Cette convention comprend également un appui à la gestion de programme, de surveillance et de contrôle et d’évaluation s’élevant à 21, 7 milliards de F CFA.

Comme résultats escomptés, à travers ce programme, le MCC et le Gouvernement du Mali visent à aider des centaines de milliers de Maliens à améliorer leur niveau de vie.Avant de donner la parole aux journalistes, les conférenciers ont aussi expliqué les conditions dans lesquelles les propositions du Mali ont été validées. La majorité de ces interrogations était relative aux conditions de bonne gestion du pactole.

Moussa Ouattara, coordinateur du projet a rassuré qu’une batterie de mesures est déjà mise en place pour la bonne gestion de cette somme. Il a cité, entre autres, le conseil de surveillance, le conseil consultatif.

L’orateur a aussi ajouté que les passations de marché seront vérifiées. Des agents financiers veilleront sur les opérations. Le tout sera supervisé par le MCC. Moussa Ouattara a aussi affirmé que  l’investissement de cette somme aura un impact national. Les routes seront utilisées par tout le monde et la l’aéroport aussi.Un volet formation a été initié à l’intention des paysans.

 En outre, 200 puits, 5 centres de santé et écoles seront construits dans la zone Office du Niger.

Abdoul Karim KONE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER