Mali-Minusma : Les points de vue convergent

1

Pour aplanir les tensions nées du renouvellement controversé du mandat de la Minusma, le Secrétaire général adjoint de l’Onu pour les opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix a effectué une visite de 5 jours au Mali pour trouver une issue. Visiblement les points de vue convergent.

 

La journée de mardi a été trop chargée pour le diplomate onusien en visite officielle au Mali. Une visite qui lui a permis de rencontrer en amont le Premier ministre et quelques membres du gouvernement, pour faire le bilan des relations que le Mali entretient avec l’Onu, mais aussi évoquer les sujets de discordes qui sont le renouvellement du mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali, dont les autorités maliennes se disent insatisfaites, la suspension de  toutes les rotations de contingents militaires et policiers de la Minusma et l’affaire dite des 49 militaires ivoiriens arrêtés il y a 2 semaines.

Au cours des échanges si le Premier ministre a affirmé que la crédibilité de toute action de l’Onu au Mali se jugera à l’aune de la capacité collective à assurer la protection des populations civiles. Pour M. Lacroix, il y a une dynamique positive instaurée sur laquelle le Mali et l’Onu s’appuient pour avancer. « L’extension du renouvellement du mandat de la Minusma est assortie d’une revue stratégique que l’Onu est disposée à conduire avec le Mali, pour évaluer la mission. Nous pouvons travailler ensemble à définir les objectifs de la Minusma », a déclaré le numéro 2 de l’Onu.

Lors d’un point de presse le même jour au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Jean-Pierre Lacroix a estimé qu’avec les discussions, les points de vue entre le Mali et la Minusma se convergent. Les autorités maliennes par la voix du ministre des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop a rassuré le patron des maintiens de la paix au cours de cette conférence de presse. « Le Mali souhaite continuer à travailler avec les Nations unies. Ce travail doit se faire dans le respect de la souveraineté du Mali », a déclaré M. Diop.

Concernant l’affaire dite des 49 militaires Ivoiriens, le Mali appelle à la désescalade pour éviter une guerre avec son voisin, malgré les poursuites judicaires déclenchées par le Procureur. Les Nations unies de son côté encourage le règlement à l’aimable dans cette affaire rocambolesque.

 

Ousmane Mahamane

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here