Bitumage Dioïla-Massigui-Kouale-Kebila : Les populations de Dioïla et de Bougouni saisissent le ministre des Transports

1

Sous la houlette des ex-députés Mamadou Diarrassouba et Zoumana N’Tji Doumbia, les populations des régions de Dioïla et de Bougouni ont tenu une assemblée générale ce samedi 30 janvier 2021, à Massigui. Au menu de cette rencontre : la problématique du bitumage du tronçon Dioïla-Massigui-Koualé- Kébila.

Pour faire entendre le cri du cœur des populations,  les leaders politiques des deux régions susmentionnées ont tenu à appuyer l’association « Baniko Sirako» pour la réalisation du bitumage du tronçon Dioïla-Massigui-Koualé- Kébila. Pour ce faire, les populations d’une douzaine de communes desdites localités se sont regroupées autour de Mamadou Diarrassouba, Zoumana N’Tji Doumbia et des présidents des conseils de cercle de Dioïla et de Bougouni. Il s’agit des communes de Massigui, Kaladougou, Degnekoro, N’Golobougou, Banco, Niantjila, Sanso, Dèbelai, Domba, Koumantou, Kebila et Wola. Après avoir écouté les cris de détresse des uns et des autres, il a été question de peaufiner les plans d’actions. Ce, afin de parler d’une seule voix, dans le but de se faire entendre au plus sommet de l’Etat.

Au cours de la présente rencontre, les populations ont exprimé leur ras-le-bol face aux tracasseries routières auxquelles elles sont confrontées depuis des décennies.

Pour les populations des deux régions, le désintérêt des autorités pour ce tronçon est incompréhensible. Car, expliquent-elles, non seulement lesdites localités regorgent des potentialités en termes de production de coton, mais aussi du beurre de karité et divers produits agricoles. Aussi, après la réalisation des études de faisabilité dudit tronçon par l’entreprise Cira-Sa en 2018, apprend-t-on, les entreprises maliennes et chinoises se bousculent pour exécuter ledit marché. D’autres sources proches du dossier affirment que le financement est déjà acquis par certaines entreprises qui n’attendent que l’avis favorable du gouvernement sur les modalités de remboursement du financement sur 20 ans. Pour accélérer le processus déjà enclenché, les fils des régions de Dioïla et ceux de Bougouni ont décidé de parler de la même voix. Ce, afin de susciter la volonté politique des décideurs, l’un des gage de l’atteinte d cet objectif.

C’est dans cette optique que l’ex-député élu à Dioïla, Mamadou Diarrassouba, qui a la facilité de mobiliser cette population du sud, a tenu la présente assemblée générale. A l’issue de la rencontre, il a été décidé en un premier temps d’adresser une correspondance au ministre chargé des Transports et des Infrastructures. Qui sera suivi d’autres actions légales et républicaines.

Oumar KONATE

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. C’EST UNE ROUTE D’IMPORTANCE ECONOMIQUE. DES INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES DOIVENT ETRE APPORTES AU MINISTRE DE TUTELLE POUR L’EVALUATION DE SON IMPACT ECONOMIQUE ET DE LA FACILITATION DU TRAFIC ENTRE LES ZONES AGRICOLES QUE CETTE ROUTE VA RELIER.
    VIVE LA TRANSITION
    VIVE LE MALI

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here