Route Banconi-Dialakorodji-Safo-Nossombougou : la population de Dialakorodji dénonce le retard des travaux

0

Placé sous la tutelle de l’entreprise COGEB pour un budget national de 27,72 milliards de FCFA dont un délai d’exécution de 15 mois, cela fait 3 ans maintenant que la route reliant Banconi-Dialakorodji-Safo-Nossombougou sur une longueur de 56 km, est loin d’être terminée. Ce projet a pour objectif d’atténuer les difficultés de circulation et de permettre aux camions de transport de marchandises de contourner les voies encombrées de la capitale. Les travaux ont été lancés le 3 mai 2017 par l’ancien président de la République Ibrahim Boubacar Keita. Des gens nous témoignent que des trous larges remplis d’eaux de pluies et de boue bloquent les engins parfois et rendent la voie impraticable. Selon Abdoulaye Aziz Diabaté, président du Conseil communal de la jeunesse de la localité, « les eaux de ruissellement inondent des familles et des magasins bordant sur la route, les gros trous sur le long de la route sont très dangereux d’où une fois un vieux est tombé dans un de ces trous et y a passé plus d’une heure sans que nous puissions le faire sortir.

Niono : Farabougou, un village assiégé par des individus armés non identifiés

Situé dans le cercle de Niono, les habitants du village de Farabougou vivent une situation dramatique. Assiégé par des groupes armés non identifiés, les habitants du village pensent qu’il s’agit des djihadistes situés au nord du cercle de Niono depuis longtemps. Ces habitants sont privés de sortir hors du village, ils ne peuvent ni aller au champ ni aller dans d’autres localités afin de se ravitailler des produits nécessaires. Les autorités locales ne sont pas restées bras croisés face à cette situation d’où un convoi de l’armée chargé de provision à quitter le jeudi dernier pour se rendre dans ladite localité, mais pour faute de mauvais état de la route le chargement n’a pas pu atteindre le village. Le déchargement avait été fait dans un magasin à quelques kilomètres de Farabougou, le lendemain les FAMa ont récupéré ces vivres et médicaments qui sont à présent stockés à Diabaly selon le maire de la Commune rurale de Dogofry.

Sikasso: le cancer du col de l’utérus au cœur d’un atelier de formation

Une vingtaine d’agents de santé  venue des districts sanitaires de Yorosso, Nienna, Kian et Sélingué ont suivi,  une session d’orientation sur le dépistage et l’utilisation du thermo coagulateur pour la prise en charge des lésions précancéreuses du col de l’utérus.

Organisée par la direction Régionale de la santé en partenariat avec PSI/Mali, cette session consistait à expliquer aux infirmières obstétriciennes, matrones et de médecins de Yorosso, La prise en charge du cancer de col de l’utérus expliquée.

Selon studio Tamani, cette initiative était accueillie avec un ouf de soulagement par  les femmes en âge de procréer du cercle qui étaient contraintes de se rendre à l’hôpital de Sikasso pour la prise en charge de cette maladie.

Yorosso: campagne de sensibilisation sur la scolarisation des filles et le mariage précoce en cours

La campagne de sensibilisation sur la scolarisation des filles et le mariage précoce a commencé par une compétition  dans le cercle de Yorosso. C’est dans la commune de Karangana  que cette compétition inter-communautaire a  été lancée  le jeudi 15 octobre 2020.

Selon studio Tamani, l’objectif de ces   compétitions   est de  renforcer la compréhension et la mobilisation des différents acteurs sur le maintien scolaire des filles ainsi que l’abandon de la pratique du mariage des enfants.

Sur l’initiative de l’ONG Save the Children et financée par le Ministère des Affaires étrangères des Pays Bas,  ces concours consisteront  à présenter des poèmes et des sketchs véhiculant des messages sur l’importance de la scolarisation des filles et les conséquences du mariage précoce.

Bourem: Aucun   document administratif disponible   sur la révision des listes électorales

La commission de Bourem  a signalé la non-disponibilité de document administratif sur la révision des listes électorales. Aucun document administratif sur la révision des listes électorales n’est disponible à Bourem  a indiqué le président de la commission communale selon  studio Tamani.

Tout en signalant que  seule la décision de nomination des membres est disponible, ce responsable a  indiqué  qu’il y’a ni  tableau de transfert, ni de radiation, ou encore de validation depuis la signature des PV de carence.

La commission siège au sein du conseil de cercle selon lui, et  se débrouiller avec les anciennes listes.

Rassemblées par la Rédaction

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here