Baba Dao, leader syndical à l’EDM : « Il faut des états généraux du secteur de l’énergie»

3

Les responsables syndicaux de l’EDM ont animé, dans l’après-midi de ce vendredi 30 avril, un point de presse sur les délestages intempestifs. L’objectif était clairement de défendre les travailleurs « rompus à la tâche » contre les politiques qui ont manqué de vision dans ce secteur.

  maliweb.net – La vétusté des équipements, la fraude à l’électricité, la mauvaise gestion, le non-respect des engagements de l’Etat envers l’Energie du Mali… Les problèmes de l’EDM sont nombreux et complexes. Pourtant, les études d’amélioration du secteur de l’énergie sont menées depuis une dizaine d’années. « Au lieu d’appliquer ces études, les différents ministres de tutelle demandent chaque année ce qu’il faut faire pour passer la période de pointe », a dénoncé Baba Dao, syndicaliste à l’EDM.

Cette situation, a reconnu le conférencier, ne résout pas les problèmes. En tout cas, pas à moyen et long terme. Résultat : la société détenue à 100 % par l’Etat du Mali croule sur les dettes estimées, selon le syndicaliste Baba Dao, à 300 milliards FCFA. « Le vrai problème de l’EDM, c’est le manque d’investissement dans le secteur », a décrié Abdoulaye Cissé le second conférencier, aussi syndicaliste. Aux dires de Cissé, ce sont les mêmes centrales réalisées ou initiées au lendemain des indépendances qui tournent encore aujourd’hui.

Des institutions qui ne paient pas…

 A la maison de la presse, la rencontre des syndicats avec les médias a enregistré la présence remarquée du Chef de département communication de l’EDM et son équipe. L’occasion était bonne pour les syndicalistes de lancer quelques accusations sans vouloir rentrer dans les détails. Le cas des institutions qui ne paient pas les factures d’électricité a été révélé. « Pour l’instant, nous ne donnerons pas de nom », a indiqué Abdoulaye Cissé interrogé par un journaliste. Autre accusation, Cissé estime que l’EDM perd 7 milliards FCFA chaque année à cause des branchements illégaux, oubliant là aussi d’indiquer que ces branchements sont faits avec la bénédiction des agents mêmes de l’EDM SA.

60 ans après sa création, le constat est amer. : EDM n’arrive plus à remplir ses missions de produire, de transporter et de distribuer l’électricité aux Maliens. Le changement récurrent de directeurs – neuf en sept ans – est un indicateur majeur des difficultés que traverse cette société, où chaque ministre vient et part avec son directeur. Au nom de ses collègues, Baba Dao « comprend le mécontentement » actuel des populations. Mais pour sortir le Mali de la crise énergétique, la solution va au-delà de l’EDM. « Il faut des états généraux du secteur de l’énergie », a indiqué le conférencier principal.

 

Mamadou TOGOLA/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. EDM a déjà connu la privatisation, mais ces propriétaires n’ont fait aucun investissement majeur pEDM a déjà connu la privatisation, mais ces propriétaires n’ont fait aucun investissement majeur pendant cette période comme ils l’avaient promis lors du rachat. La privatisation n’est donc pas une solution.
    Les investissements dans le secteur de l’énergie sont très importants tandis qu’ils nécessitent très généralement plusieurs années pour un retour aux investissements. Cela augmente le niveau de risque des projets énergétiques en Afrique.
    A l’échelle d’un pays, seul le gouvernement est capable de prendre ses risques au nom des avantages que l’accès à l’énergie offre aux populations.
    Contrairement aux deux syndicalistes, je ne suis pas certain que tenir « les états généraux du secteur de l’énergie » pourrait aider à mobiliser les fonds d’investissements. Ils pourraient tout de même contribuer à instaurer une bonne gestion de société EDM

  2. « rompus à la tâche »
    Vous n’etes pas tout simplement.
    C.M.D.T, E.DM c’est la corruption a tout les niveaux.Meme le simple planton travaille dans la corruption pour le chef.Tout le monde a sa part, sur le dos du peuple.
    Cela devient une chanson.
    C’est comme quand tu lis l’article de Roger Sissoko intitule ‘Que sont-ils devenus?’
    Dans l’interview tout le monde, journalistes, supportifs, hommes politiques…. dit qu’il deteste l’hypocrisie.
    Evidemment.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here