Souveraineté énergétique : EDM accroit sa capacité de production

0

Dans le cadre d’un partenariat entre le ministère de l’Energie, des Mines et de l’Eau et BDK-Conseil, Energie du Mali (EDM-SA) a réceptionné le premier lot des 50 groupes électrogènes devant produire au total 180 mégawatt et renforcer l’offre énergétique de la Société. Destinés au renforcement des capacités de production énergétique d’EDM-SA, ces groupes électrogènes, qui seront installés à Kati, Kalabancoro, Darsalam et Sikasso constituent un ouf de soulagement pour les populations desdites localités confrontées au délestages électriques, notamment en période de forte chaleur. La cérémonie de réception a eu lieu, le vendredi 05 août, à la centrale thermique de Kati, en présence du nouveau DG, Koureissi Konaré et du directeur général adjoint, chargé de la production.

En tant que propriétaire des groupes, l’entreprise privée BDK-Conseil produit de l’électricité pour la mettre à la disposition de l’Edm-SA. À la différence des autres contrats signés avec les fournisseurs de même nature, Énergie du Mali ne paiera, cette fois-ci, que ce qu’elle a consommé. D’ailleurs, elle n’utilisera l’électricité produite par BDK-Conseil qu’en cas de besoin. «Il est plus avantageux que l’électricité produite et vendue par la Côte d’Ivoire», assure un responsable du département. « On a fait la simulation et EDM SA va économiser plus de 2 milliards de Fcfa par an», martèle-t-il.

Et, selon les explications du Chargé à la communication du ministre en charge de l’Energie, contrairement aux bruits qui courent « ce projet n’a rien à voir avec le problème ivoirien », qui selon des rumeurs menacerait de fermer son circuit destiné au Mali. Le contrat, explique-t-il, a été négocié par le ministre Lamine Seydou Traoré, en personne, conformément aux orientations du chef de l’Etat qui ambitionne de donner au Mali sa souveraineté énergétique. Et le DGA Mahamadoun Guindo d’indiquant que ce sont les sanctions économiques imposées par la Cédéao et l’Uémoa au Mali, de janvier à juillet 2022, qui ont retardé la mise en œuvre du projet. « C’est une première étape d’un ensemble de programmes qui consistera à produire à terme 180 mégawatts qui seront répartis entre les sites de Kati (50 mégawatts), Darsalam (30 mégawatts), Kalaban-Coura (50 mégawatts) et Sikasso (50 mégawatts)», a précisé M. Guindo. Et de saluer, au passage, les efforts du ministre Traoré. Les groupes électrogènes réceptionnés seront toutefois fonctionnels que dans un délai d’un mois.

Amidou Keita

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here