Le directeur général de la Bdm-Sa, Brehima Amadou Haïdara lors de la 68eme session du conseil d’administration : “Les résultats enregistrés nous permettent de consolider notre position de première banque au Mali… ” “2020 sera l’année de la digitalisation…”

0

La Banque de Développement du Mali (Bdm-sa) conserve toujours sa position de première banque au Mali. Les résultats enregistrés au cours de l’exercice 2019, présentés aux administrateurs lors de la 68ème session du Conseil d’Administration tenu le 30 novembre dernier, prouvent cette performance. Aujourd’hui, l’ambition pour le Groupe Bdm, c’est l’implantation de filiales dans certains pays comme le Sénégal, le Niger, le Togo ou encore le Bénin. D’ici là, la Bdm-sa poursuivra sa politique d’innovation avec le lancement de nouveaux produits. Selon le directeur général, Bréhima Amadou Haïdara, 2020 sera l’année de digitalisation à la Bdm-Sa.

Aujourd’hui, on peut dire sans risque de se tromper que la Banque de Développement du Mali (Bdm-sa) se porte bien. En d’autres termes, tous les signaux sont au vert. Et l’ambition de la Bdm-sa demeure la couverture de l’ensemble de l’espace de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) avec l’implantation de filiales notamment au Sénégal, au Togo, au Bénin et au Niger. Ce qui permettra d’offrir aux Maliens et aux Africains un vrai outil de financement bancaire, avec des solutions adaptées aux besoins et au contexte de nos économies.

Autre défi du groupe bancaire, c’est aussi le redémarrage des travaux de construction du nouveau siège de la Banque.

C’est ce qui ressort des travaux de la 68ème session du Conseil d’administration de la Banque de développement du Mali (Bdm-sa), le 30 novembre dernier, à l’hôtel Sheraton de Bamako, sous la présidence d’Ahmed Mohamed Ag Hamani, président du Conseil d’administration et en présence du directeur général de la Bdm-sa, Bréhima Amadou Haïdara. Sans oublier les administrateurs. Il s’agissait de jeter un regard sur le bilan de l’exercice afin de se projeter sur l’avenir, notamment les perspectives de 2020.

Aux dires de Mohamed Ag Hamani, les résultats engrangés par la Banque sont meilleurs. Ce qui a permis à la Bdm-sa de consolider sa position de première banque de la place. C’est pourquoi, l’année 2020 sera placée sous le signe de l’efficacité afin d’aller de l’avant. “Aujourd’hui, l’esprit du groupe Bdm-sa augure de bons auspices”, précisera-t-il avec beaucoup de fierté.

Le directeur général de la Bdm-sa, Bréhima Amadou Haïdara, s’est réjoui de cette performance. Il s’agira donc de redoubler d’effort afin de maintenir ce cap. “Cette session du Conseil d’administration s’est très bien déroulée.

Les administrateurs du Groupe ont félicité la Direction générale et tout le personnel pour les résultats enregistrés. Cette performance permettra à notre établissement de consolider sa position de première banque de la place et de 5ème groupe bancaire de l’espace Uemoa”, précisera-t-il.

Selon lui, la Bdm-sa nourrit beaucoup d’ambitions pour 2020 avec de nouveaux produits. “Comme chantier en termes de digitalisation, nous avons développé des produits digitaux et nous allons lancer bientôt d’autres produits. Donc, 2020 sera vraiment l’année de digitalisation à la Bdm-sa. Le Conseil d’administration a déjà dégagé une stratégie en la matière”, soulignera-t-il.

S’agissant de la situation financière, Bréhima Amadou Haïdara de préciser : “Le budget arrêté traduit les orientations de la Banque. Les résultats que nous avons projetés pour l’exercice 2020 sont en phase avec les résultats que nous avons engrangés en 2019. Les administrateurs sont très satisfaits et ils ont apprécié les évolutions qui ont été très satisfaisantes, malgré le contexte actuel”. 

Notons que cette présente session du Conseil d’administration s’est tenue en marge d’autres réunions des différentes filiales du Groupe Bdm à Bamako : le Comité d’audit et le contrôle interne, ainsi que des conseils. Il s’agit des Conseils d’administrations de la Banque de l’Union de la Côte d’Ivoire, de la Banque de l’Union du Burkina, de la Banque de l’Union de la Guinée Bissau et de la Bdm France. Cela après la tenue, à Abidjan, en août dernier, de toutes les sessions de fin du premier semestre de la Bdm-sa et de ses filiales.

“Cette année, il faut reconnaitre que le Groupe a apporté des innovations. Depuis le mois d’août 2019, nous avons décidé de regrouper l’ensemble des Conseils d’administration du groupe Bdm qui est composé aujourd’hui de la maison mère à Bamako, des filiales de Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et de l’Etablissement de payement de Paris.

Nous avons aussi initié une session de formation axée sur les nouvelles réformes bancaires à l’intention des administrateurs”, a précisé le directeur général de la Bdm-sa.

En tout cas, l’ambition d’aller loin et de performer chaque année doit être encadrée, selon les responsables de la Banque, par une véritable politique organisationnelle qui fait la force d’un groupe bancaire. Pour ce faire, un accent a été mis sur l’harmonisation des méthodes de fonctionnement et des procédures.

Notons que la Bdm-sa dispose d’un bureau d’opération à Almeria en Espagne. “Ce réseau extérieur a pris de l’importance à travers les bons résultats engrangés dans les pays d’accueil malgré la très forte concurrence dans le secteur bancaire”, nous a confié l’un des responsables de la Banque.

                    El Hadj A.B. HAIDARA

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here