Office du Niger : Des félicitations appuyées du Président IBK au PDG Ilias Goro

24

Le géant de l’agriculture et de l’agrobusiness malien, l’Office du Niger, a tenu le mardi 29 décembre 2015, les travaux de la 37ème session de son Conseil d’administration. Trois principaux points étaient inscrits à l’ordre du jour de cette session budgétaire à savoir : l’adoption du projet de budget 2016 ; l’examen du programme annuel d’entretien et celui du plan de campagne 2016-2017 dont il est attendu une production prévisionnelle 914 979 tonnes de riz paddy. Les travaux se sont déroulés à la Direction générale de l’Office du Niger à Ségou, sous l’égide de son président du Conseil d’administration, Ilias Dogolum Goro, non moins PDG de la structure et en présence des administrateurs.

 

Lors de son séjour à Ségou, le Président de la République, IBK, a adressé ses vives félicitations à l’ensemble des travailleurs à l’équipe conduite par M. Goro pour la qualité du travail abattu. Et cela n’est que justice si le chef de l’Etat adresse sa reconnaissance au PDG de l’Office du Niger et à ses collaborateurs en considération des résultats jusqu’ici obtenus par cette société d’Etat. Pour le Directeur de l’Office du Niger, il s’agira de maintenir le cap en 2016 qui « sera marquée par le renfoncement de la contribution de l’Office du Niger dans l’atteinte de la sécurité alimentaire. » Visiblement très heureux et satisfait, le patron de l’Office du Niger a informé les administrateurs que les activités de la campagne 2015-2016 se déroulent normalement dans toutes les zones avec la moisson, le battage et la commercialisation du riz et surtout le démarrage de la campagne de cultures de contre-saison. Les objectifs de production de riz sont de 828.886 tonnes pour la campagne 2015-2016. Ilias Goro a tenu à remercier chaleureusement le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, pour l’intérêt particulier qu’il accorde à l’Office du Niger, à travers son ministre de tutelle Dr. Bocary Tréta en matière de modernisation de l’agriculture et de souveraineté alimentaire. « Notre zone a été honorée par la visite que le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita a effectuée du 7 au 12 décembre 2015 dans la région de Ségou. En plus de la présentation de l’Office du Niger qui lui fut faite lors du Dîner offert en son honneur par le Gouverneur, les zones de Kolongo, Ké Macina et de Niono ont fait partie des étapes de cette visite du chef de l’Etat. S’agissant du projet de budget pour l’année 2016, sur une prévision de 6 milliards 931 millions de F CFA initialement prévue dans le contrat-plan Office du Niger-Etat soit 56,27%, seuls 3,9 milliards de F CFA ont été accordés par l’Etat. Un montant jugé insuffisant par les administrateurs pour l’accélération du rythme d’aménagement et d’entretien des équipements au niveau des différentes zones de production de l’office. Il est à rappeler que ce budget a été élaboré dans un contexte marqué par la reprise de la coopération avec l’ensemble des partenaires techniques et financiers dont la coopération canadienne mais aussi et surtout l’insuffisance de la dotation de l’Etat pour cette nouvelle année. « Cette insuffisance nous a conduits, comme en 2015, à l’utilisation d’une partie importante de la redevance eau pour l’entretien du réseau primaire.», a laissé entendre Ilias Goro. Ilias Goro a aussi rappelé qu’en 2015, le recouvrement de la redevance, sur une prévision budgétaire de 6.493.752.000 F CFA, la réalisation au 30 novembre 2015 a été de 6.133.629.000 F CFA soit un taux de 94,45%. Quant à la dotation de 3.320 milliards de F CFA inscrit dans le budget d’Etat 2015, la mobilisation a été de 3 milliards 71 millions de nos francs soit un taux de 92,5%. Sur le plan de campagne agricole 2016-2017 en zone office, l’équipe de M. Goro projette une production record de 914 979 tonnes de riz paddy, 326 000 tonnes de produits maraîchers, 32 000 tonnes de pomme de terre. Pour l’atteinte de ces objectifs de production, le renforcement de la synergie entre l’Office du Niger et tous les acteurs intervenants dans les filières agricoles et la promotion du monde rural, le renforcement des capacités des producteurs, des organisations paysannes et des agents d’encadrement technique sont gage du succès de l’agropole de Ségou.

 

Aliou Badra Diarra, envoyé spécial

Contrat Plan Etat-Office du Niger : 

Le comité de suivi en conclave à Ségou

La 3ème  réunion du Comité de suivi du contrat plan 2014-2018 s’est déroulée le lundi 28 décembre dernier à la Direction Générale de l’Office du Niger à Ségou.  Les travaux étaient dirigés par  M. Sidiki Traoré, président du dit comité et non moins directeur national de la Planification et du développement du ministère de l’Economie et des Finances.  C’était en présence de M. Ilias D. Goro PDG de l’Office du Niger, entouré de ses proches collaborateurs, d’administrateurs, et des délégués  des producteurs.

Le comité de suivi en conclave à Ségou. L’ordre du jour de cette importante réunion  portait  l’adoption du procès verbal de la deuxième  réunion ; l’Etat  d’exécution des recommandations de la précédente réunion ; le rapport sur l’exécution du contrat plan entre autres.  Cette rencontre se tient à la fin des récoltes de la deuxième campagne agricole 2015-2016 du présent contrat plan 2014-2018.

Dans son discours de bienvenue, le patron de l’Office du Niger, M. Ilia Goro a   fait savoir que ce Contrat plan entre l’Etat, l’Office du Niger et les exploitants agricoles pour la période 2014 – 2018, tout comme les précédents, a pour  but  de contribuer à l’atteinte de la sécurité alimentaire et à la lutte contre la pauvreté au Mali, par une croissance économique accrue avec l’ambition  de faire de l’Office du Niger un agropole.  « Les résultats partiels au 30 novembre 2015, nous donnent une superficie mise en culture en casier de 96 141 ha en 2014. Il faut cependant déplorer la non réalisation de 7.374 ha des casiers de Touraba, de Seribabougou et de Molodo » a laissé entendre M. Goro aux participants. Malgré, ces difficultés révélées le point d’exécution des recommandations, est très satisfaisant. Notamment la poursuite de la mécanisation agricole à travers le financement du Programme d’appui  à la Productivité agricole au Mali. Dans ce cadre l’Office du Niger a reçu du PAPAM 135 semoirs Philippins et moissonneuses batteuses ; le dossier N Sukala est en cours de traitement ; la dotation budgétaire de l’Etat   s’améliore d’année en année ; la représentativité des femmes au niveau des décisions de la gouvernance est en bonne voie la preuve deux femmes sont élues dans les comités paritaires et quant au respect de l’environnement et le contrôle des produits chimiques des spécialistes de la boite bien équipés sont déjà au four et moulin dans le delta intérieur. En plus de l’exécution correcte  des recommandations quelques faits majeurs ont émaillé l’exercice 2015 entre autres l’arrivé des nouveaux partenaires stratégiques ; la conclusion de nombreux protocoles d’accord et contrat clé à main avec comme effet l’extension des superficies d’aménager à 350.000 ha à l’horizon 2020 ; la poursuite de l’élevage intensif, la visite du chef de l’Etat dans la zone ; l’opérationnalisation du test de recouvrement de la redevance eau à partir de Orange Money. .. C’est pourquoi avant de clore ses propos le PDG Ilias a salué les efforts du gouvernement dans son soutien indéfectible de l’Agriculture avec le rehaussement de la part du budget national de 10 à 15% et de l’opération 1000 tracteurs

Quant au  président du comité  de suivi de la mise en œuvre du contrat-plan M. Sidiki Traoré  a, pour sa part, félicité tous les acteurs impliqués pour leur constance dans l’atteinte des objectifs d’ici l’horizon 2018.

ABD

PARTAGER

24 COMMENTAIRES

  1. On ne peut qu’être heureux de bons résultats..
    Les projets de cession de terres cultivables a des exploitants étrangers est-il enterré ?

    Les récoltes dont il est question portent sur 130 mille hectares. …Que deviennent les 830 mille hectares restants …?

  2. Le domaine de l’agriculture est l’une des domaine dont le Mali peut vraiment prendre de l’envol sans dépendre de qui ce soit. Cela IBK l’a compris raison pour laquelle il prime d”avantage sur l’agriculture. Les resultats dans le domaine de l’agriculture est vraiment salutaire a cause de la bonne gérance de son PDG Ilias Goro, toute la population malienne le félicite de son bon travail.

  3. «La terre n’est pas ingrate parce ce qu’elle nourrit encore son homme, a-t-il justifié, en faisant référence au potentiel d’1 million d’hectares de la zone Office du Niger, dont seulement 130 mille ha sont aménagés en …80 ans, en faisant référence au Barrage de Markala qui a été construit en 1935 par un ingénieur français. »

  4. La région de Ségou est l’une des régions malienne dont l’élevage et l’agriculture prime beaucoup. La population de Ségou doit doubler d’effort en plus de cela, le gouvernement est plus qu’engagement dans ce domaine. Déjà le PDG Ilias Goro est en train d’accomplir u n très salutaire et très remarquable, la population ainsi que tout les autorités maliennes soutiennent le PDG Ilias et l’encourage dans sa bonne gérance.

  5. En Afrique particulièrement le Mali, l’agriculture est un domaine a vraiment prendre au sérieux. Le domaine de l’agriculture est un domaine très bénéfique pour notre pays.

  6. Vive IBK 😀 😀
    Vive L’agriculture 😛 😛
    Vive le PDG Ilias Goro 😉 😉

  7. Je remarque que le président IBK dans sa politique de gérance prime beaucoup sur le domaine de l’agriculture. Je pense qu’il a raison, l’agriculture est l’un des domaines dont nos gouvernants doivent accorder une très grande importance.

  8. Je félicite le PDG Ilias Goro, notre pays a besoin des travailleurs comme lui, vraiment je pense qu’il mérite plus que ce poste. Dans le passé l’office du Niger était en baisse de niveau a cause de la mauvaise gérance des régimes passées, maintenant tout marche bien pour le grenier de l’Afrique.

  9. Le succès de l’agriculture au Mali est une très grande nouvelle pour tout le Mali car, l’agriculture occupe un grand poste dans l’économie de notre pays. Le succès de l’agriculture est un pas vers le une sortie de crise certaine.

  10. Vraiment les résultats sont remarquable et salutaire, toute la population avec la voie du président IBK félicite Ilias Goro. Je l'invite a continué dans cette lancer, le Mali a besoin des administrateurs compétants comme lui.

  11. Si touts les autorités maliennes avaient la compétence, la responsabilité du PDG Ilias Goro, le Mali ne serait pas là ou il est. Toute mes félicitations au PDG de l’office du Niger, je l’encourage à continuer ainsi.

  12. Le développement du Mali est conditionné à une prise de conscience de la jeune des opportunités que l’offre l’Office du Niger et ses multiples potentialités. Tout le pays ne peut pas être des fonctionnaires. Il faut que les secteurs de l’agriculture, l’élevage et la pêche soient pris en charge par les jeunes que nous sommes.

  13. Le Mali est un pays agropastoral. Les résultats réalisés sont des succès dans le domaine de l’agriculture. Le Mali doit investir dans le domaine de l’agriculture. Donc les autorités doivent exploiter l’office du Niger qui égorge des potentialités en son sein.

  14. Le PDG de l’office du Niger est à saluer pour les résultats réalisés par son administration. Le président de la république sait maintenant qu’il a une personne engagée au niveau de l’office du Niger de Ségou.

    • Le Mali est un pays de potentialités. La région de Ségou, par l’Office du Niger, seule égorge des milliers de potentialités en agriculture. Pour que le Mali puisse aller de l’avant et tourner la page de cette crise, il faut que la jeunesse s’introduise dans le domaine de l’agriculture.

    • Ibrahim Boubacar Keïta s’est dit croyant à la jeunesse de la diaspora malienne. Ce n’est pour rien qu’il dit cela. Les statistiques ont montré les potentialités qu’égorge la jeunesse malienne. Pour concrétiser ces potentialités et en faire d’autres il faut les exploiter. Raison pour laquelle il a exhorté la jeunesse à s’intéresser d’avantage à l’agriculture qu’il estime juste car dis-t-il, la erre ‘est pas ingrate.

    • Il faut la confiance entre les gouvernants et les gouvernés. C’est ce que le président de la république, son excellence Ibrahim Boubacar Keïta a compris. Il s’est dit croyant à la jeunesse malienne et confiant à elle. Il est du devoir de cette jeunesse de croire aussi à ce dernier et suivre ses conseils.

    • Le gouvernement malien doit organiser des forums sur l’agriculture la pêche et l’élevage. La jeunesse de luxes. Elle veut toujours être nickel et bien habillée. Elle veut de l’argent mais elle ne veut pas souffrir pour réussir.

    • Le Mali est un pays agro-pastoral. L’agriculture est notre plus grande atout et potentialité. Si nous arrivons à exploiter l’Office du Niger, le taux du chômage va diminuer de plus de 70%. C’est le fait que nous voulons travailler dans les bureaux climatisés qui fait que nous sommes tous dans le chômage. Sinon dire qu’il n’y a pas de quoi faire dans ce pays est faux. 😈 😈 😳 😳 :mrgreen:

    • La jeunesse malienne doit d’avantage se tourner vers l’agriculture la pisciculture et l’élevage. Dans la vie chacun de nous a sa chance. On peut faire des études supérieures et terminer dans les champs. C’est une question de conscience. Pour être nantie on n’a pas forcément besoin d’intégrer la fonction publique.

    • Les professions libérales sont les plus rentables et les plus sûres que nous l’imaginez. La fonction publique est le rêve de la majeure partie de la jeunesse malienne et cette mentalité qui nous fatigue tous. Tout le monde n’est pas fait pour travailler dans un bureau.

    • La fonction publique malienne ne peut pas employer tous les jeunes diplômés des universités et des écoles de formations professionnelles. Dans les pays développés c’est le secteur privé qui contribue de plus au développement du pays. Pour que le Mali devienne un jour développé, la jeunesse a le devoir de s’infiltrer dans l’agriculture et changer de mentalité. La fonction publique est faite pour une minorité seulement. On doit apprendre à créer des entreprises.

    • Une jeunesse consciente est celle qui prenne des initiatives ; est celle qui animée d’un esprit de créativité et de progrès. Malheureuse nous les jeunes maliens avons tendance à oublier cela. Nous voulons être soumis au statut général de la fonction publique. Alors qu’il suffit que nous nous donnions à l’agriculture pour sauver notre cher Maliba. La création d’entreprises est inséparable de la création d’emplois.

      • Le Mali est un Etat agro-pastoral. L’agriculture est notre seul atout et notre seule et unique chance de mettre un terme au chômage accroissant. L’Office du Niger peut à elle seule donner de l’emploi à la jeunesse. Mais pour se faire il faut que la jeunesse et le gouvernement jouent pleinement leur rôle. L’Etat doit investir dans cette localité. Quant à la jeunesse, elle doit s’orienter vers ce domaine et oublier un peu la fonction publique. 😳 😳 😳

Comments are closed.