Sélingué : le prix du poisson va crescendo

0

Sélingué est considéré par beaucoup de gens comme un village où le poisson se trouve en abondance et à un prix abordable. Cela ne constitue plus que l’ancien nom de ce village de la commune de Baya où le prix du poisson avoisine celui de Bamako. Nous avons pu comprendre cela grâce à notre reportage dans ce village. Les pêcheurs aussi bien que les consommateurs voire les revendeurs se plaignent soit du prix trop exorbitant, soit de la cherté de la vie qui impacterait sur le prix de vente du poisson ou encore de l’importation.

Selingué,un village de la commune de Baya, est connu également comme un village où les poissons se trouvent en abondance. Mais aujourd’hui, il a  tendance à être un village qui reçoit le poisson venant d’autres communes compte tenu du fait que le prix du kilogramme de poissons ne cesse d’augmenter de jour en jour.

Interrogés par notre équipe,certains habitants de Selingué se lamentent.Selon Tenin Sangaré,une habitante de ce village, il y a plus de 30 ans de cela, les poissons étaient à la portée de tous. Chose qui faisait que certains pouvaient les capturer à  la main lorsqu’ils partaient laver les habits au fleuve, explique-t-elle. Pendant ces temps, les poissons étaient vendus par tas et dans la plupart  des cas, leur prix ne pouvait pas dépasser plus de 1000 FCFA, martèle-t-elle avant de préciser que cela indépendamment de la quantité.

Mais à  l’heure actuelle, les poissons se font de plus en plus rares et les prix augmentent de jour en jour. Pire, ils sont désormais vendus par kilo, et cela, quelle qu’en soit la taille du poisson. La question qui mérite d’être posée  est pourquoi les vendeurs de poissons ont tous adopté le système de la vente par kilogramme au lieu de continuer avec l’ancienne manière de vente par tas?

Pour trouver  une réponse à cette question, nous nous sommes approchés des vendeurs de poissons dans le marché de Sélingué. Ceux-ci nous font comprendre que ce changement sur la manière de la vente des poissons est dû au fait que certains pêcheurs se sont fait des clients qui viennent directement de Bamako et ces derniers leur achètent le poisson par kilo. « Depuis que les Bamakois ont commencé à venir acheter les poissons avec les pêcheurs, certains d’entre eux refusent de nous vendre leurs poissons tant que nous ne faisons pas comme les Bamakois », nous affirme Amina Karonta, vendeuse de poissons dans le marché de Selingué. Elle poursuit ses lamentations par ces termes :« Vu la difficulté dans laquelle nous trouvons les poissons entre les mains de ces pêcheurs,nous ne pouvons  pas les vendre autrement que par kilo dans la mesure où nous faisons ce commerce pour obtenir un bénéfice. »

Approché par nos soins, les pêcheurs se justifient également : « À l’heure où nous sommes, tout est devenu cher. Auparavant, on n’avait pas besoin de plus de pièges de poissons ou d’hameçons pour atteindre nos objectifs. Mais ce n’est plus le cas maintenant. Chaque instrument de capture de poissons devient de plus en plus cher. Sans compter les impôts que nous devons payer. Les pirogues doivent toujours être soit réparées soit renouvelées. Avec toutes ces dépenses, onne peut plus continuer de vendre nos poissons comme nous le faisions jadis», nous affirme Hama Konta, pêcheurs de poisson. Selon lui, certains pêcheurs ont commencé  à voir de plus loin en vendant directement leurs poissons aux Bamakois qui viennent vers eux. Avec ceux-ci, ils gagnent plus qu’en les vendant directement ici à Sélingué.

De leurs côtés, les ménagères se plaignent du prix des poissons. « Non seulement les poissons se font rares, mais aussi les prix ne font qu’augmenter. Parfois, je préfère mettre de la viande dans ma sauce que du poisson. Cela,  à cause du prix exorbitant», nous ditKadidiatouCissé,  ménagère.

Nous nous sommes  approchés également d’une acheteuse apparemment  une voyageuse puisqu’ayant pris la direction de Bamako dans un véhicule Prado. Celle-ci a voulu s’exprimer dans l’anonymat. Elle se dit  étonnéede la cherté du poissonà Sélingué. « Je pensais que le kilogramme des gros poissons ne pouvait jamais dépasser 1 500 FCFA, quelle que soit la taille du poisson. Mais à ma grande surprise,je constate que le prix de ces poissons est égal à celui de Bamako.Bien vrai qu’ils viennent directement du fleuve, les poissons sont trop chers », a-t-elle déploré.

À cause du prix des poissons, la plupart des habitants de Selingué consomment  de la viande alorsqu’ils auraient pu être appelés les meilleurs ou premiers consommateurs de poisson.

Envoyée spéciale à  Selingué

Djènèba Touré, stagiaire

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here