Tourisme au Mali : malgré la crise, le secteur bat son plein sous le leadership du ministre Nina Wallet

0

Nommée ministre sous le Premier ministre Modibo Keita pour occuper le poste du ministère de l’Artisanat et du Tourisme, Nina Wallet Intalou, dès lors s’est investie du corps et âme pour donner un nouveau souffle au secteur artisanal et tourisme, malgré la crise qui secoue le pays depuis 2012. Avec un budget maigre cette grande dame arrive à donner tant bien que mal un nouvel visage au secteur de l’artisanat et du tourisme.

Il n’est un secret de polichinelle pour personne que la crise qui a frappé le Mali en 2012 a donné une mauvaise image et continue à faire fuir les investisseurs et aussi les touristes qui venaient découvrir les riches culturelles et artisanales du Mali. Force est de reconnaître que cette crise a persécuté sur le tourisme, un métier qui nourrisse tant de gens. Pour redorer l’image d’antan de ce secteur crucial pour ses pratiquants et aussi pour l’économie du pays, Mme Nina Wallet Intalou a été nommée ministre de l’Artisanat et du Tourisme. Dès lors, cette grande dame monte au créneau pour assainir l’image du Mali afin que les touristes puissent retourner pour visiter le Mali, notamment dans d’autres régions qui ne connaissent pas les actes de terroristes. Certes, le Mali passe un moment très douloureux de son existence avec les actes criminels des groupes armés et aussi ceux des terroristes qui dictent leur loi au nord et aussi au centre du pays. Malgré ce temps mort pour le secteur de l’artisanat et du tourisme, l’espoir est permis sous leadership du ministre Wallet, de relever les défis qui confrontent le secteur. « L’activité touristique, bien que confrontée de nos jours à de nombreux défis sur l’ensemble de nos pays respectifs, reste néanmoins une industrie véritablement attractive et concurrentielle », a dit le ministre lors d’un séminaire sur le secteur. Les professionnels du secteur du tourisme n’ont d’autres choix que d’être encore plus performants pour s’adapter à une demande multiforme et de plus en plus exigeante. « Dès lors, il devient capital pour nous, départements en charge du tourisme, d’avoir la double vision de veiller à la fois à la bonne satisfaction des visiteurs tout au long de leur séjour, dans nos pays respectifs, et de s’assurer, par ailleurs, que les zones visitées bénéficient de retombées équitables pour leur développement durable. C’est compte tenu de cette double exigence que le Mali, dans le cadre du 6e appel à projet du COMCEC (Capacity Building on Destination Management Organizations of OIC Member Countries), a présenté et obtenu le financement d’un projet de renforcement des capacités des Organismes de Gestion de Destination des 8 pays de la sous-région Ouest Africaine », a-t-elle expliqué.

Notons que ce secteur a connu des pertes d’emploi à grande échelle. Aujourd’hui, l’apport des activités touristiques au BIP national, est pratiquement nul depuis quelques années. En termes de recettes, ce sont plusieurs milliards de F CFA. En 2018, le secteur du tourisme a perdu près de 100 milliards de F CFA. Aujourd’hui, ces chiffres ont baissé de 50 à 60%. Face à cette situation, les acteurs sous la houlette du ministre envisagent de retourner vers le tourisme local ce qui demande aux maliens eux-mêmes de se déplacer pour aller découvrir leurs sites touristiques.

M.L. KONE

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here