Le ministre Koumaré lors de la réunion annuelle des services routiers: «L’obligation de résultats exige un planning rigoureux et serré»

0

La salle de conférences de la Direction des Finances et du Matériel du Ministère de l’Equipement, du Transport et du Désenclavement (METD) a ouvert ses portes, le lundi 14 décembre 2015, à la tenue de la réunion annuelle des services des routes.

Cette réunion était présidée par le METD, Mamadou Hachim Koumaré, en présence de son homologue en charge de la Décentralisation, Mohamed Ag Erlaf, de la Chef de file des PTF pour le transport, Mme Hélène N’Garnim Ganga, et du Président de la Commission TP et Habitat de l’Assemble nationale, Honorable Yiri Keita.

A l’entame de la réunion, l’Honorable Kéita dira que les actions porteuses qui viennent d’être lancées par le Président de la République du Mali rassurent au niveau de l’Hémicycle.

Selon Mme Hélène N’Garnim Ganga, le secteur des transports a positivement évolué ces dernières années. Des améliorations ont été apportées, et les réformes sont notables. Par conséquent, les PTF saluent l’adoption par le Gouvernement du Mali, le 28 février 2015, de la nouvelle Politique nationale des transports des infrastructures de transport et du désenclavement et son Plan d’action 2015 – 2019.

Le ministre Koumaré, dans son discours de lancement, a martelé que l’année qui s’achève a été marquée dans son département par une série d’activités. Au plan des textes législatifs et réglementaires, on retient la relecture des textes organiques de la Direction nationale des Routes et du service des données routières et l’élaboration des textes régissant les laboratoires du bâtiment et des travaux publics.

S’y ajoutent l’achèvement des travaux de construction de la route Bamako – Ségou, celui des travaux de construction et de bitumage de la route Manantali – Mahina, les travaux de construction de la route Koro – frontière Burkina Faso, les travaux de construction de la route Badogou – Tougoto – Bafoulabé, pour ne citer que cela.

Dans le domaine des travaux d’entretien courant, ils ont concerné 14 000 km de routes, bitumées, en terre et autres pistes dans toutes les régions du pays et le District de Bamako, à l’exception de Kidal, pour des raisons sécuritaires.

Le ministre Koumaré a souligné que pour préserver le patrimoine routier des dispositions ont été prises pour le respect de la charge à l’essieu et a saisi l’occasion pour inviter la Direction nationale des Routes, l’Autorité routière et l’AGEROUTE à plus d’engagement, de rigueur et d’intiatives. Selon lui, l’année 2016 sera marquée par la poursuite et l’achèvement des travaux démarrés en 2015 et la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation issu du processus d’Alger.

Cela nécessitera la mobilisation et la sécurisation des ressources financières destinées à l’entretien routier. «L’obligation de résultats exige un planning rigoureux et serré. Nous voulons en finir maintenant avec les anciennes structures de routes, faites en latérite stabilisée. Nous voulons des soubassements solides, pour que l’entretien puisse être amélioré».

En matière d’amélioration des ressources, les actions ont porté essentiellement sur la poursuite de la construction des postes de péage, la modernisation et la sécurisation des collectes de fonds destinés à l’entretien routier, notamment les redevances des péages.

«Nous ferons en sorte que les monnaies ne soient plus ultilisées comme moyen de base pour le paiement aux postes des péages. Nous voulons maintenant utiliser le système électronique» a confié le ministre Koumaré.

Adama Bamba

PARTAGER