Edito : Le PM Abdoulaye Maiga peu convaincant

11

La première grande sortie du nouveau PM ou du moins du Premier Ministre par intérim, le Colonel Abdoulaye Maïga a laissé beaucoup de maliens dubitatifs quant à sa volonté de rompre avec son prédécesseur qui a pêché non seulement à Rassembler les maliens autour des objectifs de la transition, mais aussi a été à la base de l’isolement dont le Mali est victime aujourd’hui. Le PM par intérim  n’a pas convaincu sur un certain nombre de sujets et ne semble pas non plus avoir la volonté de se démarquer de son prédécesseur Choguel K Maiga. D’abord sur la question de nos relations avec les Etats de la CEDEAO, de l’UA et de l’Occident, le Premier ministre par intérim n’a fait que le remake de ce que son prédécesseur a toujours affirmé, à savoir le respect de la souveraineté du Mali et les aspirations profondes du peuple. Il dit n’est pas accepter qu’on impose des choses qu’eux-mêmes n’accepteront pas. Au lieu de sortir de la posture guerrière en essayant de se réconcilier avec tout le monde afin d’atteindre les objectifs, il est resté trop collé à des considérations qui ne font pas avancer le Mali. S’agissant des réformes en cours après avoir appelé au rassemblement il a mis le pied dans le plat en parlant de la composition de l’AIGE. Le premier ministre ne trouve que le raccourci en affirmant que ceux qui ont été choisis sont des maliens comme tout le monde et qu’ils ont la compétence car ils ont répondu à un certain nombre de critères. Que le PM comprenne que personne n’a remis en cause ni leur compétence encore moins leur Malianité, ce dont il s’agit c’est la manière avec laquelle ils ont été choisis, à savoir à la suite d’un tirage au sort  dans un pays qui a plus de 20 ans de pratique démocratique

Ce qui a surtout  été déploré c’est la manière dont ils ont été choisis et surtout les formations politiques dont ils sont issus et qui ne sont pas représentatifs de la classe politique. Sur la crise sociale avec ses conséquences de vie chère, le premier ministre n’a point rassuré. Il est resté dans les généralités, à savoir que l’Etat subventionne pour que les prix des denrées de première nécessité soient à la portée des ménages et surtout des mesures coercitives en faisant intervenir les forces de l’ordre pour stopper la surenchère. Ces mesures ont toujours existé, mais elles n’ont jamais donné les résultats escomptés, car certains  commerçants véreux les piétinent en longueur de journée avec la complicité des cadres hauts placés de l’administration. Ces mesures sont anciennes au Mali et elles n’ont jamais été efficaces. Sur la sécurité, le PM par intérim se veut optimiste car pour lui la peur a changé de camp et que l’ennemi est en débandade. Le PM pense que  cette mission est celle des forces de défense et de sécurité, qui, certes paient un lourd tribut, mais sont déterminées à combattre les terroristes pour qu’il y ait la paix et la sécurité. Pour le Colonel Abdoulaye Maiga aucun sacrifice n’est de trop pour défendre sa patrie. Sur la durée de la transition, le PM par intérim semble être déterminé à respecter cet engagement pris vis-à-vis de la communauté internationale, par l’organisation d’élections libres transparentes et crédibles afin de doter le pays d’institutions légitimes. Comme son prédécesseur  le PM Abdoulaye Maiga ne porte pas de gant pour fustiger le comportement de la France  qui serait à l’origine de la situation dans laquelle le Mali se trouve depuis plus de 10 ans.

En somme, ce qui est attendu du PM c’est une totale rupture avec son prédécesseur qui a mis le Mali dans une situation d’isolement total ce qui a provoqué cette crise d’une gravité jamais connue au Mali. Malgré cette sortie qui a laissé plus d’un malien sur sa faim on peut toujours continuer à  faire confiance au PM par intérim,  en attendant qu’il soit confirmé, car il ne met en œuvre que le Plan d’Action Gouvernemental voté par le CNT dont Choguel K Maiga était le Maître d’ouvrage. Après sa confirmation, ce qui est le souhait de beaucoup de maliens, il doit se démarquer de certaines prises de position, qui sont à la fois populistes et suicidaires pour le Mali.

Youssouf Sissoko  

Commentaires via Facebook :

11 COMMENTAIRES

  1. Monsieur SISSOKO vous n’êtes pas digne d’être malien.
    Vous êtes un apatride.
    Toutes vos analyses sont contre le peuple malien.
    AFICABLE a raison de ne plus vous inviter à ses débats du dimanche.
    Vous êtes minable.

  2. Maliens vous voulez vous liberez de qui ou de quoi à ma connaissance il n’ya aucun embargo sur le mali de payer des armes ,des munitions , ou des helicopteres de combats et ça fait plus d’un an que les militaires sont au pouvoir parallelement les maliens meurent de faim et de soif dans les campagnes reculées et les militaires passent en longueur de journée à accuser X ou Y et on les applaudit revuillez -vous ,l’heure de la lutte a sonné la France a quitté le Mal, netoyer votre territoire et oublier la danse du takamba qui vous a mis dans cette situation d’arrieré .

  3. L’intérim signifie marcher dans les pas du titulaire.
    LA NATURE DU MILITAIRE S’EST EXPRIMÉE DANS SON INTERVIEW.
    La discipline en tout temps et en tout lieu sauf quand il s’agit de céder le pouvoir politique.
    La PERSONNALITÉ POLITIQUE d’ABDOULAYE MAIGA c’est à dire l’incarnation d’une politique ne s’exprime que s’il est confirmé.
    C’est à partir de ce moment,on saura si la JUNTE MILITAIRE a changé de politique ou pas.
    Va t’elle continuer à gouverner avec le M5-RFP version CHOGUEL MAIGA en écartant la classe politique qu’on indexe les hommes de l’ancien régime?
    Ou va t’il œuvrer à faire représenter TOUTES LES SENSIBILITÉS POLITIQUES dans le gouvernement?
    Le gouvernement est une STRUCTURE POLITIQUE.
    Ce qui signifie que sa formation oriente les actes du gouvernement.
    C’est pourquoi il ne suffit pas de dire que la transition n’a pas d’opposition,mais poser des actes qui l’étayent.
    Les ACTES POLITIQUES qualifient une ORIENTATION POLITIQUE.
    C’est l’élection qui crée une OPPOSITION POLITIQUE LÉGITIME genre celle incarnée par feu SOUMAILA CISSÉ.
    LA FORMATION DU GOUVERNEMENT CRÉE UNE OPPOSITION “OFFICIEUSE”.
    Autrement dit,ceux qui n’en font pas partie pensent que des actes sont posés,à juste raison,contre eux du fait qu’ils ne participent pas à l’élaboration
    La transition n’a pas naturellement d’opposition,si les tenants du pouvoir forment un gouvernement qui fait participer TOUTES LES SENSIBILITÉS.
    Participer à un gouvernement n’est pas PARTAGE DE GÂTEAUX,mais la manifestation d’une sensibilité politique favorisant l’unité autour de ses actions.
    Partage de gâteaux dépend de l’attitude du président de la République.
    ON NE PEUT ÊTRE LIBRE DE PROFITER DES DENIERS PUBLICS QUE SI LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE REFUSE DE PROTÉGER LES DENIERS PUBLICS PAR DES PROCÉDURES RECOMMANDÉES ET POUSSER À LA DÉMISSION CEUX QUI NE LES RESPECTENT.
    En 1991,toutes les sensibilités ont participé au gouvernement de SOUMANA SACKO,l’UDPM, ayant été déclarée illégale, ne pouvait pas participer.
    En 2012,il a fallu le deuxième chef de gouvernement feu DIANGO SISSOKO pour qu’on assiste à la participation de toutes les sensibilités dans le gouvernement stabilisant la scène politique.
    Le premier gouvernement dirigé par DR CHEICK MODIBO DIARRA a refusé la sensibilité incarnant le mouvement démocratique comme exactement CHOGUEL MAIGA.
    Il n’y avait qu’une seule sensibilité:celle qui se réclame de l’UDPM ou de MOUSSA TRAORE.
    La crise a tellement atteint le summum qu’on a assisté honteusement pour la nation malienne aux tabassages dans son bureau du président de la transition DIONKOUNDA TRAORE,un grand opposant à la dictature militaire.
    Donc dire que le gouvernement actuel n’a pas d’opposition est une contre-vérité quand CHOGUEL MAIGA ne cesse de parler de force de changement comme si le changement n’est pas incarné par la transition.
    Marcher dans les pas de CHOGUEL MAIGA comme constaté pendant l’interview,c’est considérer ceux rejetés par CHOGUEL MAIGA comme des opposants.
    C’est d’autant plus vrai que des actes sont posés pour les empêcher soit de participer aux élections,soit de gagner les élections.
    La transition incarnée par les CINQ COLONELS depuis le 18 août 2020 crée par des actes politiques de l’opposition.
    Tantôt le camp resté fidèle à IBK est courtisé,tantôt il est rejeté.
    Si la transition c’est-à-dire les CINQ COLONELS incarne la force du changement prônée par le M5-RFP,un gouvernement inclusif dirigé par un chef de gouvernement neutre est naturellement formé.

    • Pauvre Sangaré, il n’a pas compris jusqu’à present que son temps est révolu.Choguel en temps que PM ne faisait que implementer la politiques des Colonels. Les nations africaines et le peuple Malien dans sa majorité sont avec Assimi. Pauvre Sangaré réveilles toi. La démocratie bidon qui à détruit le Mali est une chose d’hier. Elle est partie avec tes maîtres, les français.

      • Pauvre Joe Koura
        On comprend aisément à travers ton commentaire que tu es manipulé par les thuriferaires de la dictature militaire.
        “La démocratie bidon qui a détruit le Mali est une chose d’hier” est une expression usitée par les nostalgiques du régime sanguinaire militaire pour tenter de convaincre les maliens que LA RÉVOLTE CONTRE MOUSSA TRAORE EST UNE ERREUR ABOMINABLE.
        Est il besoin de rappeler que les auteurs du coup d’Etat du 19 novembre 1968 sont les laquais du NÉO-COLONIALISME FRANÇAIS guidé par JACQUES FOCCART le monsieur Afrique du GENERAL DEGAUL!!!!
        Entendre un laquais manipulé pour mettre fin à l’expérience révolutionnaire de MODIBO KEITA dire qu’il a été renversé par la France montre la personnalité ridicule de l’homme qui a dirigé le Mali pendant deux décennies.
        C’EST LE PEUPLE MALIEN QUI A CHASSÉ MOUSSA TRAORE,PAS LA FRANCE.
        Seulement elle n’est pas intervenue pour sauver son laquais qui n’a pas voulu respecter l’ouverture démocratique prônée par son maître.
        LA DÉMOCRATIE EST UN PROCESSUS c’est-à-dire qu’il faut l’accompagner dans sa croissance comme on le fait pour un bébé.
        Comme le bébé,le processus démocratique a besoin de tomber régulièrement pour atteindre sa maturité.
        Notre démocratie a trente ans.
        C’est très peu quand on le compare aux démocraties occidentales.
        Il faut l’améliorer au lieu de faire appel à des militaires incompétents qui vont encore pénaliser le développement de notre pays comme l’ont fait leurs pères du 19 novembre 1968.
        C’est pourquoi nous militons pour des réformes souhaitées et nécessaires afin de corriger les insuffisances constatées.
        Les COLONELS n’en veulent pas.
        Ils manipulent par le panafricainiste frelaté.
        Terme utilisé par un de leurs soutiens camerounais qui a fini par comprendre que les COLONELS sont entrain de manipuler les Maliens dans le seul but de conserver le pouvoir.
        On tape régulièrement sur la classe politique traditionnelle pour avoir la possibilité de faire émerger une classe politique soumise à leur volonté mafieuse.
        Agir contre la France,c’est attirer la sympathique des maliens contre la classe politique traditionnelle.
        C’est peine perdue car la communauté internationale a compris leur jeu.
        Ils vont finir par rendre le tablier.
        La manière de céder aux injonctions de la communauté internationale va dépendre de leurs comportements.
        Elle peut être par une intervention militaire ou former un gouvernement inclusif dirigé par un chef de gouvernement responsable et neutre.
        De toute façon,il est inconcevable que les CINQ COLONELS restent au pouvoir.

        • Bla-bla Sangaré, Ta malhonnêteté t’a aveuglé. Dire que c’est la France qui a soutenu le coup d’état du 19 Novembre 68 est ne pas connaitre l’histoire du Mali. Les Maliens sont sortis pendant six en motion de soutien pour le CMLN. Une vraie révolution alors. Vous, les menteurs deformateur manipulateur de l’histoire, êtes aux aguets aujourd’hui. L’histoire va dans le sens contraire de vos mensonges. Tu finiras par te suicider. Mdr

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here