Édito : Le rapport contre le Mali

2

15 août 2020, les Maliens se lèvent avec une information publiée par RFI qui a enflammé la toile. Un rapport émanant des enquêteurs dits experts de l’ONU. Il traite des informations très sensibles du pays et accusent des responsables placés au haut sommet de l’État.

De la lecture d’une telle information, des interrogations se posent. Pourquoi ce moment précis pour rendre public une telle note ? Comment les experts ont pu avoir accès à des zones classées dangereuses par l’occident afin de donner des détails près sur ce qui se passe en ces lieux ?

Pouvons-nous nous fier à ces informations du moment où des précédentes se sont rendues, peu après leur divulgation, erronées ?

Ce qui est essentiel de retenir, l’occident précisément la France a toujours eu une politique obscure sur le continent africain. Leur sport favori semble être diviser pour mieux régner.

Pour preuve, le Mali traverse une période très difficile depuis presque 10 ans à cause de la politique française. Le coup étant parti de la Libye, tout le sahel est submergé de nos jours. Elle a mis l’Afrique de l’ouest dans le pétrin et est venue après au secours en compagnie d’autres pays de l’étranger, tous réunis au sein de la MINUSMA et sous la conduite de l’ONU. Leur présence, s’il y a lieu de l’évaluer, elle n’a servi à rien. Au contraire, les choses vont de mal en pis. La France a interdit l’accès de Kidal à l’armée malienne pour des arguments qui laissent dormir debout et aujourd’hui, malgré son assistance presque tout le Mali est sous menace terroriste.

A présent, la division est trop profonde au Mali et il est plus que jamais urgent que les fils du pays se donnent la main afin de sauver l’essentiel.

Voyez-vous bien au moment où cette information tombe ! Le climat délétère est patent entre gouvernants et contestataires réunis au sein du M5 RFP. Et le pays est totalement à l’arrêt. Quel pourrait bien être l’utilité d’un tel rapport si ce n’est que semer la pagaille et diviser davantage le Mali ?

C’est au peuple malien de comprendre le jeu trouble de la France et éviter de tomber dans le piège. C’est vrai que ça        ne va pas au Mali et que le pouvoir endosse la plus grande part de responsabilité, mais cela ne doit pas aussi nous laisser prendre des chemins qui pourraient être plus dangereux.

Il est temps de penser au Mali, se retrouver pour faire face à l’ennemi commun. Et une fois le pays remis sur les pieds, alors l’occasion sera propice de chercher à comprendre qui a fait quoi et prendre des mesures draconiennes qu’il faut.

Boubacar Yalkoué

 

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Le rapport des Nations Unies est généralement un rapport bien mûri et très explicit. Une partie en cause peut ne pas être d’accord avec ses conclusions ou recommandations mais le contenu du rapport reste le même, qu’on le veuille ou pas. Tieble Drame ne pourra rien faire, détrompez-vous. Il ne s’agit pas d’un rapport d’un pays. Et de surcroit, soyez sûrs qu’il sera adopté par le Conseil de Sécurité comme à son habitude même si c’est un draft. Inutile donc de vouloir en faire un cirque. IBK et son régime avaient soutenu et continuent de soutenir les Nations Unies et ne pourront aucunement remettre en cause le contenu de ce rapport. Il aurait plutôt avoir fallu éviter qu’il soit publié. Une fois publié, la démarche devient irréversible et aucun membre de la mission ayant rédigé ce rapport ne pourra y apporter des corrections sans l’aval des autres membres. Je le dis en connaissance de cause. A bon entendeur, salut !

  2. Petit dôgôno YALKOUYE, il y a les COLLABO de la France parmi nous, au sommet de l’État.
    Pour éviter “les chemins qui pourraient être dangereux”,il faut chasser les COLLABO.
    Il faut se mettre à la disposition du M5-RFP, arrêter avec cette hypocrisie qu’Ibk est un président élu alors qu’il a été imposé par le NÉOCOLONIALISME.
    Ainsi, on aura donné l’occasion de”penser au Mali, se retrouver pour faire face à l’ennemi commun”.
    Depuis janvier 2012,la démocratie malienne, entamée le 8 juin 1992,a été mise entre parenthèse par l’attaque de notre pays par les JIHADO-SEPARATISTES.
    L’union entre les deux groupes armés a été facilitée par le service de renseignement français.
    Au sud, on a profité de la naïveté de certains hommes politiques(OUMAR MARIKO et autres, ils n’ont compris le jeu de la France qu’après son intervention) et de la soif du pouvoir d’autres(IBK et ses alliés MOUSSA TRAORÉ, les religieux CHÉRIF de NIORO, MAHMOUD DICKO) pour désorganiser l’État du Mali au profit des JIHADO-SEPARATISTE au nord.
    Depuis lors le Mali est confronté à l’insécurité exponentielle commencée par le massacre D’AGUELHOC et l’humiliation d’un président de la république qui a fait le choix de collaborer avec toutes les couches de la société.
    CE SONT LES RECETTES UTILISÉES PAR ATT QU’ON VEUT ADOPTER POUR SORTIR DE LA CRISE.
    Tout le monde parle de gouvernement d’union nationale alors qu’il était rejeté en 2013 pendant les campagnes présidentielles.
    En 2012,elles ont été brocardées,données pour être responsable de la faiblesse de l’État.
    LE TEMPS EST SEUL JUGE.
    Le Mali souffre t’il de la faiblesse de son ÉTAT ou du complot international dont a été victime ATT pour s’être opposé à l’intervention armée contre KADAFI, refuser de signer l’accord de rapatriement des maliens sans papiers en France?
    On constate avec la progression de la crise vers nos pays voisins que le Mali n’est pas le seul pays dont l’État est faible à commencer par le niger épargné de la crise libyenne alors qu’il fait frontière avec ce pays, le Mali n’y étant pas.
    POURQUOI CE PAYS A T’IL ACCEPTÉ QUE LES COLONNES DE VÉHICULES TRÈS ARMÉS TRAVERSENT SON PAYS DE LA LIBYE POUR REJOINDRE LE MALI?
    Avait il le choix face aux pressions françaises?
    Quand les autorités politiques nigériennes ont pris conscience du danger de la perte de contrôle de kidal par l’État du Mali,son président l’ a dénoncé de façon véhémente.
    Cette dénonciation a t’elle servi son pays ou permettre à l’État du Mali d’être présent à kidal?
    C’est l’effet contraire qu’elle a produit.
    C’est son pays qui a été attaqué plusieurs fois avec ses lots de morts comme pour l’avertir qu’il a intérêt à laisser kidal tranquille.
    Depuis lors, il n’en parle plus.
    UN SIGNE QUE C’EST AU PEUPLE MALIEN DE DÉFENDRE LEUR TERRITOIRE.
    IBK ne peut pas.
    Personne n’en doute.
    Donc, il faut supporter le M5-RFP, seul engagé à permettre d’imposer la souveraineté populaire contre le désir de la France de défendre ses intérêts par tous les moyens,même criminels.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here