Editorial : Ca suffit ! Le régime IBK veut-il se réveiller enfin ?

6

Une jonction d’événements se succède dans le pays ces dernières semaines. Au même moment la grande désillusion a commencé à gagner la plupart des concitoyens, voire se lit sur tous les visages parmi les partisans que ceux d’opposants au régime en place. Le constat est clair. D’une part, la crise que traverse le Mali pourrait être la sanction divine. Elle résultera de comportements des hommes et femmes qui ont pris avec l’avènement de la démocratie les commandes de la gestion des affaires publiques en installant une mauvaise gouvernance malgré le discours assez flatteur.

La situation du pays n’est pas reluisante. Rares sont les secteurs qui suscitent d’espoir. L’année est déjà si éprouvante sur le plan économique national, elle est ressentie par toutes les couches à tous les niveaux. Pour certains «du jamais vu».

La quête d’une meilleure gouvernance commence par le redressement de la justice avec l’accent  sur la lutte contre les inégalités sociales qui, l’on en a assez, connaissent une proportion inégalée dans notre pays. L’opinion est dubitative. Jusqu’où ira la machine judicaire contre certains caciques du régime en place qui semble avoir commencé ? L’on s’interroge: si la justice se contentera-t- elle à quelques  coups d’éclat à la quête d’une bonne gouvernance des ressources publiques pendant que plusieurs affaires sentant l’odeur de la corruption défraient la chronique, mais n’ont toujours pas intéressé les acteurs de la lutte contre la corruption et la délinquance financière malgré les dénonciations faites par la voie de presse.

Le conglomérat prôné par l’arrêté interministériel en matière de réglementation de la circulation routière par une tentative de renverser la tendance, après d’années d’échec depuis l’accès au trône de « manikakè » face à la lutte contre la corruption et la délinquance financière n’est qu’une nouvelle mise en scène de la théâtralisation du concept qui fait allusion à la lutte contre la rackette policière et de l’incivisme des usagers par la délivrance des quittances sur place. Le régime finira il par se réveiller enfin ?

En tout cas, le temps nous en dira mieux si derrière le réveil brutal, il y a une volonté politique réelle à tourner la page ou simplement un détournement de l’attention contre les priorités exigées du moment.

Comme une maladie contagieuse, le phénomène qui se succède vient aussi de prendre l’ampleur.

A D

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. Ce sont juste des maliens corrompus et inciviques qui ont voté ibk, disant cela certains vont me croire du côté de l’opposition, pour ma part je les envoies eux aussi au diable, des voleurs qui ne vivent que nos contribuables…
    Sinon où vont les cinq cent millions de franc cfa que l’état malien déverse à l’opposition par an? Somaila Cissé ne parle pas de ça hein ?
    Des ex membres du même adema pasj, des vieux vautours hypocrites, des malhonnêtes, et des inciviques seulement !

  2. Une punition divine vous dites ?
    Arrêtez vos de nous mettre la HONTE à travers le monde !!!
    Comment tout peut-être une question de divin dans ce pays !?
    Mais croyez vous que c’est une quelconque divinité qui est descendu voté à la place des maliens ?
    Croyez vous que ce sont des diables qui travaillent à la place des ghanéens ou des rwandais, etc… ?
    Asseyons nous, et ne faisons rien du tout, on verra si ibk est un malien…
    Cent personnes meurent sur un seul coup au Mali, il ne fait pas plus de deux heures auprès de leurs familles, au même moment il va pleurer pour un cadavre français et vous trouvez ça divin ?

  3. Il faudrais laisser le gouvernement travailler en paix , fait arreter les pression mediatique faisant croire que le gouvernement n’est pas déjà au travaille

  4. Je trouve cet article pas très juste , notre pays vie un moment difficile certes mais certains secteurs donne espoir et il existe un progres depuis ces dernieres années

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here