L’organe unique de gestion des élections, une panacée ?

1

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a été créée au Mali, à la demande pressante des acteurs politiques, qui n’en croyaient plus en la bonne foi du gouvernement, et l’administration territoriale, vue comme une machine électorale pour plier les résultats au bénéfice du parti au pouvoir.

Ainsi, s’inspirant de cas précédents de réussite de cet organe dans la sous région, les partis politiques voulaient un organe unique de gestion des élections. Mais c’était sans tenir compte du facteur humain, les acteurs ne se comportant pas forcement de la même manière d’un pays à un autre, les mêmes causes pouvant produire des effets différents, selon que l’on soit au Bénin, au Togo ou au Mali. Nous sommes en avril 1997, les premières élections – les législatives – organisées par la CENI ont été les plus mauvaises dans l’histoire de la démocratie multipartite au Mali, au point que la Cour constitutionnelle les a annulées. Pour certains, le temps imparti à la CENI pour se mettre en place et organiser, était trop court (trois mois) ; pour d’autres, la tendance à voler les élections était bien réelle chez les acteurs politiques, pouvoir et Collectif des partis politiques de l’opposition (Coppo) dont l’actuel Premier ministre Choguel Kokalla Maïga était un irréductible apôtre.

Plus de vingt ans après, cette tendance à frauder a-t-elle changé ? Les dernières élections législatives de mars- avril 2020, dont les résultats ont donné un parlement hybride, composé de député élus et d’autres mal élus, ‘’nommés’’, disaient certains, par la cour constitutionnelle.

Entre temps, la CENI, dont l’avènement avait suscité tant d’espoir, a montré ses limites, incapable d’organiser des élections tel qu’on attendait de lui.

Rebelote, on revient à l’organisation des élections par le gouvernement (administration territoriale). On se rappelle le bout de phrase lancé par le ministre de l’Administration territoriale Moussa Sinko Coulibaly, lors de la proclamation des résultats provisoires du premier tour de l’élection présidentielle de 2013, qui disait « si les tendances se confirment, IBK pourrait être élu dès le premier tour », un tel propos venant de l’organisateur de l’élection présidentielle était assez révélateur de la volonté du pouvoir de la transition de 2013 de faire élire le président IBK, et dès le premier tour. Entre la CENI et l’Administration territoriale, rien n’a changé, en termes de transparence et de crédibilité. Notre pays n’a connu que péripéties et désenchantement, sans jamais parvenir à organiser des élections transparentes et crédibles, après les élections générales de 1992. L’organe unique de gestion des élections pourrait-il être une panacée, là où la CENI et l’Administration territoriale ont échoué?

Qu’est ce qui est en cause, si les élections ne sont pas transparentes et crédibles? Les structures, leur fonctionnement ou les hommes ? Pas que les animateurs des organes de gestion (émanant des formations politiques, de l’administration, des forces de défense et de sécurité…), mais aussi, les électeurs, les militants, les responsables des partis politiques, les candidats, les observateurs nationaux et étrangers.

Si les organes ne valent rien que par leurs animateurs, leur fonctionnement, il va sans dire que le facteur environnement sécuritaire servira de prétexte à certains, pour tenter d’assouvir leur gourmandise en s’installant à demeure dans la fraude, comme de part le passé. Il est dit que l’organe unique de gestion des élections se devra d’être indépendant. Mais indépendant par rapport à qui ou à quoi ? Peut-il évoluer sans dépendre de l’administration dans les confins du pays, des forces de défense et de sécurité ? Demandez aux membres d’organe unique de gestion dans les pays qui ont déjà vécu cette l’expérience.

B. Daou

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Rien ne peut être INDÉPENDANT tant que L’ADMINISTRATION PUBLIQUE est soumise à L’AUTORITÉ POLITIQUE.
    Aucune structure autonome ne peut travailler sur tout le territoire sans s’adresser aux structures de L’ADMINISTRATION PUBLIQUE.
    DONC L’INDÉPENDANCE EST FACTICE POUR TOUTE STRUCTURE AUTONOME D’ORGANISATION DES ÉLECTIONS.
    La seule solution de rendre L’ADMINISTRATION PUBLIQUE crédible est de lui choisir un chef indépendant de L’AUTORITÉ POLITIQUE.
    Un CHEF D’ADMINISTRATION est nommé, par un collègue formé par L’ASSEMBLÉE NATIONALE car c’est le peuple qui se soucie de la qualité de son service public,pour un temps défini.
    Il se charge de former son cabinet et de nommer les secrétaires généraux qui aussi vont nommer les différents chefs de département de leurs ministères.
    AUCUN HOMME POLITIQUE NE PEUT INTERVENIR CAR LE CHEF DE L’ADMINISTRATION PUBLIQUE EST SEUL RESPONSABLE DEVANT L’ASSEMBLÉE NATIONALE.
    Son bilan est apprécié par les députés qui sont au contact quotidien des administrés.
    C’est eux seuls qui sont autorisés à le sanctionner par un système de vote.
    Dans ce cadre L’ADMINISTRATION PUBLIQUE peut organiser les élections sans qu’on ne forme une structure autonome.
    Cette réforme d’une importance particulière doit être “constitutionalisée” pour obliger les prochains élus à l’appliquer.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here