Accord gouvernement syndicat de l’Education : Les forces vivent saluent la démarche inclusive du gouvernement – L’incidence budgétaire évaluée à plus de 15 milliards F CFA

0

Quelques heures avant la signature de l’accord historique entre le gouvernement et les syndicats de l’éducation qui a permis de mettre un terme à la grève illimité, le Premier ministre Boubou Cissé a reçu à la Primature les forces vives du pays pour leur faire le point des négociations. Une démarche saluée par l’ensemble des acteurs présents à la rencontre.

Ils étaient tous à la Primature. Il s’agit du Médiateur de la République, Baba Akhib Haïdara, des ministres de l’Education nationale, Dr. Témoré Tioulenta, de son homologue du Dialogue social, Oumar Hamadoun Dicko, et de celui de la Communication Yaya Sangaré. S’y ajoutaient les familles fondatrices de Bamako, les chefs religieux, les représentants de l’Amsuneem, les facilitateurs de la crise, les élèves et étudiants, les parents d’élèves et les différents regroupements politiques notamment l’opposition et la majorité, les syndicats des travailleurs du Mali. A travers cette démarche, il s’agissait, pour le Premier ministre, de mettre tous ces acteurs sur le même niveau d’information par rapport au processus de négociations avec les syndicats grévistes regroupés au sein d’une Synergie. De cette rencontre, il ressort clairement que le gouvernement Boubou Cissé en plus de la négociation avec les syndicats avait déjà commis des techniciens pour voir l’éventualité de sauver l’année au cas où les pourparlers échoueraient.

“Déjà, le vendredi dernier, le gouvernement avait invité les syndicalistes à venir signer le document de non conciliation pour qu’il puisse voir comment mettre en œuvre le plan B. Et c’est le syndicat même qui a poussé le gouvernement à revenir sur la table de négociation autour du principal point d’achoppement qui porte sur l’indemnité de résidence”, a fait savoir un des négociateurs qui était dans la salle de réunion. Ainsi, il nous est revenu qu’aux derniers jours des négociations, le gouvernement avait fixé un montant de 20 000 F CFA pour cette indemnité contre une proposition de 30 000 F CFA pour les enseignants.

“Les syndicats ont tout fait pour que ce montant soit d’abord majoré à 25 000 F CFA, le gouvernement est resté campé sur sa position”, a laissé entendre Boua Simpara un des facilitateurs entre les deux camps. D’ailleurs, c’est lui-même en pleine réunion dans la salle de conférence de la Primature qui a reçu le coup de fil des syndicalistes l’informant de leur décision de conclure avec le gouvernement un accord sur la base des 20 000 F CFA comme prime de résidence. Une information qui a donné lieu à une salve d’applaudissements dans la salle de réunion de la Primature.

Des religieux et des partis politiques ont salué non seulement la démarche du gouvernement de partager d’informations avec eux mais surtout la signature de l’accord qui était imminente  entre les deux parties. “Nous saluons cet accord qui profile à l’horizon, cependant nous demandons au gouvernement d’être proactif, d’anticiper ces genres de problèmes afin que les élèves puissent suivre les cours normalement”, a soutenu le secrétaire général de l’AEEM, Moussa Niangaly. Quant au représentant de l’Union nationale des travailleurs du Mali, Abdrahamane Infa Touré, il a surtout insisté sur la nécessité, pour le gouvernement, de respecter ses engagements.

L’opposition, représentée par l’ancien ministre de l’Education, Salikou Sanogo et la majorité par Ibrahim Boubacar Bah ont reconnu la nécessité d’un cadre d’échange pareil qui a permis de mettre tout le monde au même niveau d’information.

“Il faut surtout saluer l’énorme effort financier que le gouvernement a consenti pour faciliter le retour des enfants à l’école. Les enseignants ont aussi fait preuve de compromis, il faut aller très rapidement à l’action, car une fois que les gens rentrent en classe, il s’agira alors, pour le gouvernement, de mettre en œuvre les engagements qui ont été pris. L’important surtout, c’est un suivi de la mise en œuvre de ces engagements”, a soutenu Ibrahim Boubacar Bah, représentant de la majorité à cette rencontre. Et l’incidence budgétaire de cet accord est estimée à 15 milliards de F CFA.

A noter que c’est après cette réunion des forces vives que les deux parties ont signés un accord mettant fin à plus de 5 mois de grève.   Kassoum Théra

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here