Application de l’article 39 : Les enseignants arrêtent les cours à partir d’aujourd’hui

2

Les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 ont, lors d’une conférence de presse, le samedi dernier, dénoncé les lenteurs dans l’application de l’article sur la majoration des rémunérations des fonctionnaires applicable au personnel enseignant et « la tentative de tripatouillage » du procès-verbal de conciliation signé le 17 juin 2020 et qui a mis fin à la grève des enseignants. Les syndicats accusent les personnes chargées du dossier au sein du ministère de l’éducation de vouloir «apporter des modifications dans le projet de loi au lieu d’appliquer ce que le président a dit, ils ont voulu modifier le statut en abrogeant l’article 39. » Les syndicats ont décidé d’arrêter les cours à partir de ce lundi 17 août 2020 jusqu’à l’application totale et complète de l’article 39, la suspension de toutes les activités pédagogiques et la fermeture de toutes les structures de l’éducation.

L’année scolaire sera-telle sauvée ? Telle est l’interrogation que votre  quotidien d’informations générales  se posait le 5 août dernier après  l’alerte des Syndicats  de l’Éducation Signataires du 15 octobre 2016 au gouvernement malien et autres partenaires de l’école en cas de non application  des promesses faites par l’État sur le démarrage  des applications  en ce mois d’août.  La question est encore d’actualité.  Car   les syndicats de l’éducation signataires  du 15 octobre 2016 viennent de décider d’arrêter les cours, de suspendre  des activités  pédagogiques et de fermer les structures  de l’éducation. Les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016, dans le cadre de l’application de l’article 39, ont constaté avec indignation la volonté  de certains responsables du Ministère de l’Éducation national de tripatouiller  le procès-verbal de conciliation du 17 juin 2020.

En réponse donc  à cet acte ignoble, selon les syndicats, et au regard du retard  accusé dans l’application  de la loi, les syndicats  décident  des actions suivantes. Primo, l’arrêt  des cours dès le lundi sur toute l’étendue du territoire  national. Secundo, la suspension des activités pédagogiques  (formation, correction, surveillance le boycott des examens…). Tertio, la fermeture  de toutes les structures de l’éducation nationale (établissements scolaires, Cap, Académies, directions nationales, MEN). « Nous avons demandé à nos militants d’arrêter les cours et de suspendre toutes activités pédagogiques, c’est-à-dire lorsqu’il y a des formations, des ateliers de ne pas y participer et nous allons nous donner les moyens de fermer toutes les structures qui travaillent avec l’éducation ou qui travaillent sur l’éducation

Pour rappel, un accord a été trouvé, le mercredi 17 juin 2020 entre les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 et le gouvernement malien. Dans le procès-verbal de conciliation, le Gouvernement s’engage à appliquer « l’article 39 du statut du personnel enseignant de l’enseignement fondamental, secondaire ainsi que de l’éducation préscolaire et spéciale ». La grille indiciaire du corps des enseignants a été revalorisée à hauteur de 20%. L’indice plafond pour la catégorie A du corps des enseignants est désormais de 1267 à compter de janvier 2019 et l’indice plafond à 1382 à partir de janvier 2021. Cet accord sera appliqué sur le salaire du mois d’août 2020 ou septembre 2020 au plus tard en cas de difficultés de paiement.  Concernant les arriérés  de 2019, le procès-verbal de conciliation précise que le « paiement  interviendra un mois » après l’application de l’article 39 sur le salaire ou au plus tard le mois qui suivra. Une commission d’élaboration d’avant-projet de grille salariale sera mise en place et commencera ses travaux  le 25 juin 2020.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. ” … Les syndicats accusent les personnes chargées du dossier au sein du ministère de l’éducation de vouloir «apporter des modifications dans le projet de loi au lieu d’appliquer ce que le président a dit, ils ont voulu modifier le statut en abrogeant l’article 39… ” … ///…

    :
    C’est pas sérieux… !

    Ce que le Président avait dit…, alors c’était juste pour calmer la colère du moment.
    Comment peut-on flouer les Gens comme ça devant tout le pays ?
    Ce n’est pas un Porte parole du Gouvernement ni un Ministre de l’Education Nationale qui est venu devant micros et caméras pour annoncer la bonne novelle. Mais le Chef de l’Etat lui même qui est venu devant les caméras de Télévision pour dire qu’il accepte et ordonne l’application de l’Article 39, objet de manifestations et de grèves interminables depuis deux ans, des Enseignants.

    Vivement le Mali pour nous tous.

  2. ” … Les syndicats accusent les personnes chargées du dossier au sein du ministère de l’éducation de vouloir «apporter des modifications dans le projet de loi au lieu d’appliquer ce que le président a dit, ils ont voulu modifier le statut en abrogeant l’article 39… ” … ///…

    :
    C’est pas sérieux… !

    Ce que le Président avait dit…, alors c’était juste pour calmer la colère du moment.
    Comment peut-on flouer les Gens comme ça devant tout le pays ?
    Ce n’est pas un Porte parole du Gouvernement ni un Ministre de l’Education Nationale qui est venu devant micros et caméras pour annoncer la bonne novelle. Mais le Chef de l’Etat lui même qui est venu dire devant les caméras de Télévision pour dire qu’il accepte et ordonne l’application de l’Article 39, objet de manifestations et de grèves interminables depuis deux ans, des Enseignants.

    Vivement le Mali pour nous tous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here