Mali / Crise scolaire : Le CNSP décide de prendre les choses en main

9

Jugeant que les propositions faites par le CNSP non concrètes, la Synergie maintient son mot d’ordre de suspension de toutes les activités pédagogiques et fermeture de toutes les structures de l’éducation jusqu’à l’application de l’article 39.

 

Le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP), conformément à son agenda, consistant à s’entretenir avec  toutes les forces vives de la Nation, a rencontré lundi dernier, le Collectif des syndicats signataires du 15 octobre 2016. L’objectif  de cette rencontre,  était d’échanger sur l’application de l’article 39 de la loi n°2018-007 du 16 janvier 2018, portant statut du personnel enseignant de l’enseignement secondaire, de l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale à la suite de la valorisation de la grille annexée au statut général.

Malencontreusement les choses ne se déroulent pas comme prévues. Le retard constaté dans l’application et surtout la tentative de tripatouillage du document ont mis les enseignants en colère. C’est pourquoi, les syndicats ont décidé, depuis le lundi, 17 août 2020, l’arrêt des cours sur toute l’étendue du territoire national jusqu’à l’application de l’article 39 ; la suspension de toutes les activités pédagogiques ; la fermeture de toutes les structures de l’éducation (Direction d’école, Cap, Académie d’enseignement, ministère de l’Education).

Non  satisfaits des conclusions  de la  rencontre avec le CNSP, les syndicats ont clairement fait savoir aux militaires que le mot d’ordre sera maintenu jusqu’à la satisfaction totale de l’article 39. En attendant une issue favorable, les enfants sont dans la rue et l’année scolaire 2019-2020 risque d’être blanche.

Parce que, pour les enseignants, l’article 39 procure des avantages pour leur corps. Puisqu’il contient le statut du personnel enseignant sur leurs bulletins de salaires du mois d’août 2020, au plus tard sur les bulletins de salaire du mois de septembre 2020, conformément à la décision du Président de la République sortant de mettre fin à la crise scolaire.

A titre de  rappel, après un long bras de fer entre le Gouvernement et les syndicats, un accord a été signé entre les deux parties le 17 juin 2020. Mais, il a  fallu que le M5-RFP,  mène des actions rigoureuses, pour que le président déchu donne des instructions pour l’application intégrale et immédiate de cet article.

Malgré cette décision et les assurances de l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Abdoulaye Daffé, promettant que tout est fin prêt pour que les salaires de septembre soient impactés par l’application de l’article 39, les syndicats sont restés sur leur position.

C’est  à cette allure des choses que le régime a été renversé par une junte militaire. Et l’équipe directoire du CNSP a décidé de prendre les choses en main, en vue d’éviter une année blanche à notre pays.

Jugeant que les propositions faites par le CNSP non concrètes, la Synergie maintient son mot d’ordre de suspension de toutes les activités pédagogiques et la fermeture de toutes les structures de l’éducation jusqu’à l’application de l’article 39

Diakalia M Dembélé

Commentaires via Facebook :

9 COMMENTAIRES

  1. Jeunes gens du CNSP, faites extrêmement attention. Ne vous aventurez pas sur un terrain que vous ne maîtrisez pas du tout. Vous êtes entrain de commettre beaucoup d’erreurs en vous affaiblissant et le peuple malien. Attention,Attention.
    Rappellez vous des 14 CMLN qui ont destitué Modibo, et le cas de la bande Amadou Haha. Vous voulez finir comme eux?

  2. Je pense qu’il serait plus sage de sursoir aux différentes revendications corporatistes en attendant de sortir de cette situation de non état. C’est aussi faire preuve de patriotisme pour le bonheur de nos enfants qui constituent l’avenir de ce pays.

  3. ” … Jugeant que les propositions faites par le CNSP non concrètes, la Synergie maintient son mot d’ordre de suspension de toutes les activités pédagogiques et fermeture de toutes les structures de l’éducation jusqu’à l’application de l’article 39… ” … ///…

    :
    Ils ont raison de ne pas se contenter de promesses. On a vu ce que ça a donné avec la tentative de tripatouillage du Gouvernement Boubou CISSE.
    Si d’aventure le CNSP, ne respecte pas son engament avec les Enseignants, l’on ose espérer que le M5-RFP grand Allié du nouveau Régime saura le raisonner.

    Vivement le Mali pour nous tous.

  4. Non , ils ont raison c’est par démagogie et inconscience que les politiciens pourris ont soutenu en son temps les enseignants dans cette aventure, maintenant il faut qu’on l’applique , tout se paye sur cette terre , IBK est parti ça sera l’eldorado pour le pays , il faut résoudre ce problème .

  5. Le Malien vraiment ne porte plus le Mali dans son cœur,comment le CNPS,peut honorer un engagement impossible à tenir par un gouvernement en place,qui fait place au chaos .Tous les Maliens et Maliennes doivent désormais surseoir à leurs revendications,si et si les salaires sont payées ce serait déjà une grande chance. Le CNPS ne peut pas s’engager sur ce chantier dont l’ancien président a décidé d’appliquer l’article 39 sous la contrainte alors que son ministre des finances savait que c’est intenable.Le payement ou l’application de l’article 39 ne peut se faire que de façon différée sur plusieurs années,vu la crise qui traverse le monde dont nous ne sommes pas encore conscient.Les grandes nations sont au bord de l’implosion ,toutes les économies sont à terre ..Je ne comprends rien comment dans la situation actuelle du pays ,on n’est pas capable de patience pour une revalorisation de salaires on prend en otage l’école et nos enfants?. ATT a bien dit :je bénis à celui qui va diriger le MALI .A cet instant ,il n’ya même pas d’état à bon entendeur salut .

    • Ce ne sont pas des syndicats responsables. Toujours tout et maintenant. Attendons de voir d’abord si les salaires d’août se feront sans difficultés.

  6. Il est vraiment temps de dire la vérité à ces syndicalistes irresponsables. S’ils ne sont pas satisfaits, par ce que les finances du pays ne le permettent pas, mais qu’ils quittent l’enseignement pour aller faire autre chose, plutôt que de prendre en otage l’avenir de nos enfants.

    • C’est tes parents qui sont irresponsables, le français que tu parles, ce sont les enseignants qui t’ont inculqué dans la cervelle.
      Espèce d’ingrats.

      • En tout cas si toi tu es enseignant, tu dois vraiment quitter l’enseignement, puis que très mal élevé. Et ce n’est pas étonnant

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here