Grève des enseignants du supérieur : Le SYNESUP exige le départ du Doyen de la FSEG Ousmane Papa Kanté

0

Le comité exécutif  du Syndicat National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (SYNESUP) a tenu une conférence de presse le mercredi 19 juillet dernier dans les locaux de l’Ecole Normale Supérieure (ENSUP) pour annoncer une grève de 72 heures qu’il prévoit les 18, 19 et 20 juillet suivie d’une grève illimitée à partir du 25 juillet prochain. La conférence était animée par Dr Abdou Mallé, secrétaire général dudit syndicat en présence de plusieurs membres de son bureau.

Cette  série de grèves va intervenir après d’autres mouvements d’arrêt de travail observés par le SYNESUP en début d’année.

D’entrée de jeu, le secrétaire général du SYNESUP, Dr Abdou Mallé  a précisé que le présent préavis de grève de son syndicat a été initié contre le non-respect des engagements pris par le  Gouvernement dans le protocole d’accord du 18 mai 2017 signé au bout d’une grève illimitée de 44 jours et dans le procès-verbal des négociations  du 12 juin 2017. Selon lui, ces négociations s’articulent autour de 10 points tels que, la révocation immédiate du Doyen de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion(FSEG), Pr Ousmane Papa Kanté de ses fonctions pour des pratiques anti pédagogiques, le payement immédiat  des deux heures supplémentaires effectuées par les enseignants permanents de la FSEG, la restitution immédiate des cours aux enseignants permanents de la FSEG, la signature immédiate des arrêtés de la hiérarchisation des omis du 16 juin 2015, la capitalisation des publications des chercheurs de l’IER recrutés en 2008 pour leur juste transposition, la mise en place d’une administration provisoire à la FSEG et la mise en place immédiate de la commission bipartie d’examen des dossiers des 502 travailleurs contractuels pour leur test  de recrutement prévu pour le mois d’août 2017. S’y ajoutent l’audit de la gestion du Doyen et du vice-Doyen, la prise immédiate d’une ordonnance pour l’application de la grille plancher 640 et plafond 1400 à compter du 1er juin 2017 et de la grille plancher 666 et plafond 1460 à compter du 1er janvier 2018, l’adoption immédiate du nouveau statut ‘’enseignant-chercheur’’, l’éradication de la violence dans l’espace universitaire.

D’après lui, c’est la non satisfaction de ces points de revendications qui obligera le SYNESUP à maintenir son mot d’ordre de grève de 72 heures prévue les  18, 19, 20 juillet et illimitée à partir du 25 juillet 2017.

A en croire Dr Abdou Mallé, le CEN-SYNESUP a déposé un préavis de grève de 48 heures le 30 mai 2017, conformément aux conclusions de l’Assemblée Générale Unitaire du 27 mai 2017 pour exiger la révocation du Doyen de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion Pr Ousmane Papa Kanté pour des pratiques anti-pédagogiques.

« Les négociations des 9 et le 12 juin 2017 ont abouti à la signature d’un procès-verbal en deux points qui sont la suspension du Doyen de la FSEG de ses fonctions dans le souci de faire l’état des lieux et de rendre fonctionnels les organes de gestion de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion », a-t-il expliqué. Avant d’ajouter qu’il y’a eu la restitution immédiate des cours aux enseignants permanents de la FSEG suivant la lettre N°2017-0234/USSGB-R/SG du 12 juin 2017 et la suspension du Doyen par le Recteur.

« Cependant, suivant la lettre N°2017-0238/USSGB-R /SG du 14 juin 2017, le Recteur a notifié à la ministre de tutelle que seul le ministre en charge de l’Enseignement Supérieur est compétent pour suspendre un Doyen de ses fonctions conformément aux textes de fonctionnement de l’Université des Sciences Sociales et de Gestion de Bamako. Malheureusement, la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique n’a toujours pas signé la lettre de suspension du Doyen de la FSEG pour remplacer celle du Recteur afin d’être en phase avec les textes de fonctionnement de l’Université des Sciences Sociales et de Gestion de Bamako », a-t-il laissé entendre.

Dr Abdou Mallé a rappelé qu’au cours de la grève illimitée du SYNESUP déclenchée le 4 avril 2017, le Doyen de la FSEG avait forcé les cours et les évaluations en remplaçant les enseignants permanents par des vacataires. C’est pourquoi, le syndicat interpelle le président de la République et son gouvernement afin qu’une loi soit adoptée pour gérer l’ensemble des travailleurs de l’université. Et aussi, il  demande la hiérarchisation des enseignants pour éviter de tels problèmes dans l’avenir.

Aoua Traoré

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER