Marche pour réclamer l’ouverture des classes ; Quand le Pr. Clément tombe dans des menaces inutiles !

1

Le professeur Clement Dembélé et sa Plateforme de Lutte contre la Corruption  et le Chômage (PCC) continuent leur manœuvre d’instrumentalisation des paisibles populations pour des raisons inavouées.  Dans la soirée du vendredi 28  février, cette plateforme  a organisé une marche,  qui a est parti  du monument de l’indépendance au monument de la paix. L’objectif  de cette marche était de  demander la reprise des cours dans les écoles publiques, paralysées par une série de grève des syndicats. A la grande surprise de tout le monde, le Pr. Clément Dembélé, s’est adonné  à des menaces inutiles contre le Gouvernement.

Depuis un certain temps l’école malienne est perturbée par  des mouvements de grève des enseignants pour l’application de l’article 39. Ce bras de fer entre le Gouvernement et les syndicats inquiète sérieusement  les parents d’élèves.

Face à cette situation, le Pr Clément Dembélé, voit une opportunité à se taper une popularité à travers l’instrumentalisation des populations. Pour réussir son coup, l’homme qui se dit être le plus instruit du Mali, n’a trouvé autre moyen que d’organiser une marche.

En effet,  tel qu’annoncé avant sa tenue, cette marche devrait servir d’espace d’interpeller les deux protagonistes par rapport à la crise scolaire, de reconsidérer leurs positions respectives pour le plus grand bonheur des élèves. Mais, l’esprit de la marche a été modifié le jour-j.

Sur la tribune, en face du public, le Pr Dembélé, a trouvé en cet évènement l’occasion idéale de  se justifier par rapport à son échec patent face à la gestion de certains dossiers.

« Nous disons au président IBK, lui qui dit qu’il mourra pour le Mali, que  le Mali ne s’est pas détruit sous Soundjata ni sous  Damonzon. Si nos enfants ne rentrent pas en classe, le Mali sera détruit sous IBK » a-t-il déclaré.

Présentement opposé au ministère  de la Sécurité et de la Protection Civile par rapport à la situation de l’affaire   dite ‘’ des diplômes de la Police’’ dont il a été rapproché par les syndicalistes et ne sachant plus à quel saint se vouer,  Clément rate le coche.

Sans gêne aucune,  il a dit que  la guerre contre le terrorisme au Mali est tout simplement d’ordre  sécuritaire. «  Il n’y a  pas une guerre militaire au Mali, il faut former les Gendarmes, les Policiers, la  crise relève  de la  sécurité. C’est le ministre de la Sécurité  le Général Salif Traoré qui est  incompétent, il doit être relevé » a-t-il martelé.

Plus loin dans sa déclaration le Pr Clément appelle les populations à d’autres manifestations si le Gouvernement ne venait pas à appliquer l’article 39 revendiqué par les syndicats d’ici le vendredi prochain. Après Ras-Bath, Dieu donna Clément au Mali.

Par Jean Joseph Konaté

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Que Clément s’explique sur sa gestion à l’aéroport d’abord. Une plainte en téléchargement. Bientôt la kabakomatique vérité sur cet imposteur qui pense que aller en France te donne une virginité sur les crimes passés

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here