Rentre universitaire 2015-2016 : la recherche scientifique, moteur du développement

0
Me Mountaga Tall, ministre enseignement supérieur et de la recherche scientique
Me Mountaga Tall

La 2ème édition de la rentre solennelle pour l’année académique 2015-2016 des Universités, des instituts, et des grandes écoles s’est tenue hier lundi 28 décembre 2015 au Centre international de conférence de Bamako (Cicb). C’était sous la haute présidence du Président de la République Ibrahim Boubacar Keïta et ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Me Mountaga Tall, en présence de premier ministre, Modibo Keïta et membre du gouvernement. Le thème retenu pour cette 2ème édition était : « La recherche scientifique : moteur du développement ».

Ont pris à cette grande datte qui marque la rentre solennelle des Universités et des grandes  écoles, les recteurs, les doyens, les directeurs généraux, le corps professoral, les responsables de l’Association des élèves et étudiants du Mali (Aeem) et les partenaires techniques et financiers de l’Enseignement supérieur. Retenons que cette rentrée a été couplée par un salon sur l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Lequel, les savoirs et savoir-faire du monde universitaire ont été exposé sous les stands.

Au demeurant, le thème de cette 2ème édition «  la recherche scientifique : moteur du développement »  a été brillamment et implicitement exposé dans la leçon inaugurale présentée par Mme Assétou Founé Samaké Migan, Conseiller Technique  et Professeur de  Biologie/Génétique à l’Université des Sciences Techniques Technologiques de Bamako(USTTB).

Mme Assetou Founé Samaké a parlé de l’esquisse de l’évolution des universités et les fondements de la recherche au service du développement. Elle évoquera que l’université devient un lieu privilégié, dans lequel se prépare par la recherche, l’avenir des sociétés. « A ce titre la notion même de progrès sera aussi intimement associée à l’université, à ses laboratoires et à ses centres de recherche », a-t-elle indiqué. Des problématique qui manquent pour dégager les mutations des universités, elle soulignera que « La production des connaissances est une fin en soi ; La recherche scientifique est le moyen privilégié de production et de renouvellement de la connaissance ; Les connaissances produites à l’aide de la recherche scientifique doivent servir la société ; En dernière analyse, la recherche scientifique est le moteur du développement ».

En bref dans son allocution, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Me Mountaga Tall a tout d’abord remercié le Président de la République pour sa présence « Pour la deuxième année consécutive vous acceptez de présider la Rentrée solennelle des universités, des grandes Ecoles et des Instituts du  ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. J’ai l’honneur, au nom de la communauté des enseignants, des chercheurs et de leur personnel de soutien, de vous exprimer notre profonde gratitude pour votre présence et aussi notre reconnaissance pour votre soutien multiforme à la cause de l’Education au Mali». Il a indiqué des réalisations qui ont porté sur les domaines de l’amélioration de la gouvernance et l’approfondissement des réformes, un meilleur accès au savoir, l’amélioration constante des conditions de vie et d’études des étudiants, la diversification de l’offre de formation, l’approfondissement du dialogue social et le partenariat avec l’extérieur. Bien évidemment des perspectives d’avenir ont été envisagées. En plus, le ministre Tall a noté qu’en 2014 et 2015, environ 35.000 nouveaux étudiants ont accédé à l’enseignement supérieur sans mesure particulière d’accompagnement. Plus de 20.000 autres sont attendus en 2016. Nous devons nous préparer à les accueillir dans des conditions acceptables. L’accès à l’enseignement supérieur devrait donc être amélioré avec l’augmentation des capacités d’accueil.  A cette fin des travaux sont en cours notamment : à Kabala, avec la  poursuite de la réalisation d’un pôle universitaire dont la première phase sera reçue en novembre 2016; à Ségou, avec la construction des salles de classes, de Travaux Dirigés, de Travaux Pratiques et de Visioconférence. La réhabilitation des résidences universitaires existantes et la mise en place d’un dispositif performant d’adduction d’eau sur le campus. La mise à la disposition des universités de Bamako et de Ségou de cinq nouveaux amphithéâtres équipés.

Seydou Karamoko Koné

PARTAGER