Communales du 20 novembre : La sécurité au grand rendez-vous

1
Le dispositif sécuritaire est au rendez-vous. C’est du moins ce qu’on peut retenir des élections communales d’hier dimanche 20 novembre 2016.

De sources sécuritaires, l’Etat a déployé 14.600 agents de force de l’ordre et de sécurité sur l’ensemble du territorial national afin sécuriser le vote et les électeurs.

Sur cet effectif, «3704 agents de sécurité ont été affectés au District de Bamako, dont 3.794 de la Police, 1340 de la gendarmerie, 850 de la Garde nationale, 170 agents de la Protection Civile et 430 Piquets et Forces Spéciales Anti-terroristes».

Selon le commissaire principal du 9ième arrondissement de Bamako, le dispositif sécuritaire est au top, et aucun centre de vote ne peut s’inquiéter en ce qui concerne la sécurité.

«La sécurité est présente partout, comme cela se remarque », a-t-il affirmé.

Tous les centres de vote que l’équipe de l’Observatoire a visités, sont sécurisés par les forces de l’ordre qui procèdent à des contrôles d’individus suspects pour qu’il n’y ait pas d’attaques éventuelles.

Cyril ADOHOUN

================

KALABAN-CORO: Une affluence morose des électeurs devant les bureaux de vote

Ce dimanche 20 novembre, le vote pour les élections communales s’est déroulé sur toute l’étendue du territoire national. A Kalaban-Coro, l’Observatoire est allé à la rencontre des présidents des bureaux de vote pour recueillir leurs impressions sur cette élection, reportée à quatre reprises.

Kalaban-Coro est une commune rurale riveraine située au Nord-Ouest de la capitale, Bamako. Pour cette élection communale, une trentaine des partis politiques participe activement à la conquête de la mairie.

Ainsi, ce dimanche matin, vers 9 heures, le centre de vote Kouloubleni (un quartier de Kalaban-Coro) où  18 bureaux de vote sont regroupés, a vu les premiers électeurs faire leur devoir citoyen.

La remarque est que l’affluence des électeurs devant les bureaux de vote n’est pas impressionnante. Car, les électeurs viennent petit à petit, certains bureaux n’ont même pas enregistré le premier votant.

Pour assurer la sécurité, un important dispositif sécuritaire est installé à l’entrée et à l’intérieur du centre. Avec objectif de veiller sur le bon déroulement du scrutin et nuire à tout acte visant à saboter le processus de vote en cours.

Hamidou Togo, président du bureau de vote N°0018, à Kouloubleni, dira que tout se déroule bien. Et tous les matériels de vote sont au rendez-vous, y compris les quatre assesseurs.

Les délégués des partis politiques sont également présents. Quant à l’affluence des électeurs, il constate que c’est timide mais espère une amélioration, avant le petit soir.

Yacouba Coulibaly, président du bureau de vote N°0012 à Kouloubleni, remarque également que l’affluence des électeurs n’est pas à la hauteur.

A ses dires, tous les matériels de vote sont au complet, également les délégués des partis politiques et les assesseurs.

Ensuite, nous sommes allés voir le plus grand centre de vote de la commune de Kalaban-Coro, le complexe scolaire Mamadou Kounta où, une quarantaine de bureaux de vote sont regroupés.

Ici, l’affluence des électeurs à la devanture et à l’intérieure du centre est plus grande. Chacun cherchant son bureau de vote pour accomplir son devoir civique. Aussi, le dispositif sécuritaire dans ce centre est important qui, d’ailleurs, autorise l’entrée du centre sur présentation des cartes électeurs.

Touba Keita, président du bureau de vote N°004 au groupe scolaire de Kalaban-Coro, dira que de l’ouverture du bureau, jusqu’à 9heures, il n’y a eu aucun votant.

Selon lui, cela est dit du fait que les gens ont des préoccupations le matin surtout les femmes qui doivent aller au marché ensuite préparer le repas avant de venir au vote.

Mamadou Sanogo, président du bureau de vote N°007 du même centre, constate aussi que l’influence des électeurs est timide, mais croit à ce que la situation s’améliore avant le soir.

Les Maliens sont trop habitués à des retards, dit-il. Avant d’ajouter que les partis politiques aussi, ont du mal à mobiliser les électeurs.

Fousseyni Traoré, président du bureau de vote N°0017 au groupe scolaire Mamadou Kounta de Kalaban-Coro, de son côté, rappelle que les électeurs ne viennent pas d’abord en nombre pour voter. Toute chose qui s’explique par leurs préoccupations matinales.

Parlant des délégués des partis politiques, il dira que seulement ceux dont les noms figurent sur sa liste, sont acceptés et certains sont absents pour le moment.

Enfin, cette élection communale qui se déroule sur toute l’étendue du territoire national bouclera le mandat des maires actuels, élus depuis 2009. Il est l’occasion aussi pour les électeurs, de choisir le meilleur des candidats, auquel ils confieront la gestion des affaires communales.

Après quatre reports successifs, le gouvernement semble avoir compris la situation sécuritaire qui n’entrave en rien, la tenue des élections pour renouveler le mandat des maires actuels.

Amara BATHILY

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Le pari de l’organisation est gagné par le gouvernement, la DGE et la CENI et les électeurs ont bien accompli leur devoir civique dans la plupart des bureaux de vote sur une grande partie de l’étendue du territoire national.

Comments are closed.