Agence pour l’Emploi des Jeunes (APEJ) : De fortes recommandations pour combler les attentes 

0

Amélioration du taux des investissements ; renforcement des partenariats stratégiques ; densification de la communication sur les produits offerts. Auxquels s’ajoutent le développement des Espaces Orientation Jeunesse (EOJ), l’évaluation du PEJ II et la formulation d’un nouveau programme. Voilà, les grandes recommandations formulées par les administrateurs de l’APEJ (Agence pour l’Emploi des Jeunes), à l’issue de la 24e session du Conseil d’Administration.
C’était le jeudi 4 Mars 2021, dans les locaux du Conseil National du Patronat du Mali (CNPM), sous la présidence du Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Porte-parole du Gouvernement, M. Mohamed Salia Touré, en présence du nouveau Directeur Général de l’APEJ, M. Mamadou Bâ et de son adjoint, M. José Pierre Félix Coulibaly.
À l’ordre du jour de cette session, l’examen du procès-verbal de la 23è session ordinaire tenue le 20 Février 2020 ; le point d’exécution des résolutions et recommandations ; l’examen du rapport d’activités 2020 ; l’examen du rapport d’exécution du Budget de 2020 ainsi que le Plan d’actions et le Budget 2021 qui connaît une baisse de 26,61% par rapport à l’exercice précédent.
D’entrée de jeu, le Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle a souligné que d’énormes difficultés entravent l’atteinte des résultats attendus de l’APEJ. Parmi ces difficultés, il a cité la situation sécuritaire et sanitaire qui s’ajoute au déficit budgétaire.
Face à cette triste réalité, il a réitéré le soutien de son département à l’APEJ pour gagner le pari de l’employabilité des jeunes. Car révèle-t-il : « chaque année, quelques 300 000 jeunes maliens arrivent sur le marché de l’emploi. Et selon l’OIT, 27% des jeunes entre 15 et 24 ans n’avaient pas d’emploi et n’étaient ni étudiants, ni en formation en 2018 ».
À en croire le ministre, l’OIT révèle également que 61% des travailleurs sont à leur propre compte (auto-emploi) et 64% des personnes actives évoluent dans le secteur agricole.
Dans ce contexte, le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle estime que trouver des moyens pour les investissements et le fonctionnement sont d’une nécessité stratégique, lorsque l’on prend conscience que 75% de la population malienne est jeune et que 50% de ces jeunes ont entre 21 et 35 ans avec 21% de femmes.
Selon le ministre Touré, il faut une synergie des actions pour mettre le Mali au travail dans ses régions et ses territoires les plus reculés ; mais aussi, mobiliser les jeunes ruraux et urbains vers la formation et l’emploi et projeter le Mali vers son émergence économique. « C’est dans cette optique, que sont initiés les actions de la 3è édition de la Bourse de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, l’appui en kits d’emplois des déplacées du centre, le renforcement du partenariat avec les ONG locales, l’intensification des activités envers les jeunes du centre et du nord. Dans le même ordre d’initiatives, un plaidoyer est mené pour la recherche de ressources pérennes et le rétablissement de la Taxe emploi jeune supprimée en fin 2018 », a-t-il expliqué.
Selon le ministre Touré, en 2020, l’APEJ a atteint le renforcement de l’employabilité chez 1 761 jeunes ; la réalisation d’activités de formation, de sensibilisation et d’information au profit de 9 936 jeunes dans le cadre de la composante développement de l’esprit d’entreprise puis l’accès au financement de plus de 2 000 jeunes dont 1 406 en kits de démarrage ainsi que le suivi de 1 400 entreprises dans le cadre de la composante Financement.
Pour 2021, l’APEJ a programmé 101 activités qui toucheront directement 7 910 jeunes, soit 400 jeunes en stage de qualification professionnelle ; 2 000 jeunes en stage de formation professionnelle ; 160 jeunes en apprentissage. Elles profiteront également à 120 jeunes en reconversion/adaptation à un poste de travail ; 85 jeunes seront formés dont 55 sur les chantiers écoles et 30 techniciens BET et PME sur l’approche HIMO. Mieux, 2 000 jeunes seront sensibilisés en entrepreneuriat ; 920 jeunes seront renforcés dont 600 en entrepreneuriat, 280 en mentorat, 40 en incubation ; et 20 seront coachés.
S’y ajoutent, 2 205 projets ou kits qui seront financés (1 000 sur le PIC III, 645 au compte du projet EJOM, 200 sur le FNEJ, 200 au compte du PROCEJ, 100 au compte de la 3ème édition de la Bourse de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, 40 au compte du FGSP et 20 sur le PAJERKO.
Avant de conclure, le ministre a dévoilé le budget 2021 de l’APEJ qui est équilibré en recettes et en dépenses à la somme de plus de 6 milliards FCFA (6 524 271 353F).
Au terme des travaux de cette session, les administrateurs ont fait des recommandations portant sur l’amélioration du taux des investissements, le renforcement des partenariats stratégiques et la densification de la communication sur les produits offerts. S’y ajoutent, le développement des Espaces Orientation Jeunesse (EOJ), l’évaluation du PEJ II et la formulation d’un nouveau programme.
Adama Coulibaly

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here