Charbon de bois : La substance devenue chère sur le marché

0

La cherté du charbon de bois ne passe pas inaperçue dans les marchés de Bamako en cette saison pluvieuse. Des vendeuses expliquent les causes.

Le charbon de bois, sur le marché, est devenu coûteux en cette saison pluvieuse. Si en saison sèche, le sac de 100 kg de charbon de bois était vendu entre 3 500 à 4 000 F CFA, ce n’est plus le cas maintenant. Le même sac est cédé entre 4 250 à 5 000 F selon les endroits.

Cette augmentation n’est pas bien accueillie par les clients. Les vendeurs à leur tour se défendent. Korotoumou Togola, vendeuse de charbon de bois au marché de Kalaban-Coro affirme : “mon charbon provient de Kolondiéba. Le prix du sac varie selon les périodes. C’est cher maintenant parce qu’il n’est pas produit en ce moment. Les travailleurs sont en travaux champêtres. Au moment des récoltes, les prix du sac diminuent car c’est la reprise de la production du charbon de bois. Maintenant le marché est très lent. Dès fois, nous ne gagnons pas plus de 250 F CFA sur le sac et nos produits sont difficiles à écouler”.

Adam Diallo, une autre vendeuse de charbon de bois au marché de Niamakoro se fournit à Kita. La marchande rencontre les mêmes difficultés que Korotoumou. “Les consommateurs se plaignent du prix alors que je ne gagne que 200 F CFA de bénéfices sur chaque sac. Dans ce bénéfice, il faut inclure le prix du transport de la marchandise ainsi que les prix des sacs vides que j’achète”.

La situation est aussi difficile pour Kiatou Diallo. Malgré les obstacles que rencontre la vendeuse au marché de Niamakoro, depuis dix ans, elle est résolue à rester dans ce commerce afin de subvenir aux besoins de sa famille.

Malgré l’augmentation de son prix, beaucoup de consommatrices dont Aminata Dao, préfèrent le charbon au bois. “Le charbon de bois est très cher en cette saison pluvieuse. Mais nous ne pouvons pas nous en passer car le bois est aussi cher et c’est très difficile de préparer avec quand c’est mouillé par la pluie.

Par rapport à l’année passée, à la même période, le prix du sac de 100 kg de charbon était vendu jusqu’à 5 000 F. Cette année, le sac n’a pas encore atteint ce montant dans certains points de vente de Bamako. Une nouvelle qui réjouit Souleymane Ballo, blanchisseur d’habits à Kalaban-Coro.

Marie Dembélé

(stagiaire)

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here