Gestion intégrée des ressources en eau : La contribution financière de l’eau une priorité pour les acteurs du GIRE

0

Le 26 novembre 2020 au CICB, s’est tenu l’atelier de validation de l’étude prospective de la faisabilité de la contribution financière GIRE (CF -GIRE (. Organisée par le ministère de l’Energie et des Mines, cette rencontre réunissant l’ensemble des acteurs concernés, visait à leur faire examiner et apprécier l’étude portant sur la   faisabilité de la contribution financière détaillée dans les scenarii élaborés par   de l’expert-comptable      l’économiste Amadou Sangaré.

L’eau denrée rare et vitale doit être bien gérée et préservée surtout qu’elle s’amenuise sous le poids des aléas climatiques et de la mauvaise utilisation de certains usagers. Et pour le directeur de l’hydraulique Monsieur Yaya Boubacar, la présente rencontre portant sur la contribution financière de l’eau relève d’une grande importance du programme conjoint d’appui à la gestion intégrée des ressources en eau (PCA-Gire (. En effet, l’étude s’attèle sur la faisabilité sous nos cieux de la contribution financière des ressources en eaux c’est à dire que tout ‘ préleveur, utilisateur et pollueur doit payer’ comme signifié dans le code sur l’eau qui se trouve actuellement en relecture.   

Partant de cette optique, l’étude propose comment rendre possible la contribution financière de l’eau par les usagers. Et pour se faire, elle envisage les possibilités des collectes pour une gestion intégrée des ressources en eau.  Ainsi   avec la mise en place d’un tel dispositif prenant en compte l’ensemble des utilisateurs à savoir les acteurs de la conservation, de l’entretien, la police de l’eau, il serait créé un environnement favorable.

Selon l’expert Amadou Sangaré l’auteur de l’étude, il est tout à fait possible de doter notre pays d’un tel dispositif et prélever à hauteur d’un milliard au minimum sur la période d’une année et voir 16 milliards.  

Pour la coordinatrice du PCA-GIRE, Cissé Niuma Coulibaly il est important de mettre en place un cadre institutionnel adapté à la GIRE, et la mise en place d’une contribution financière par les utilisateurs est une opportunité pour renforcer la gestion efficace des ressources en eau disponible et à leur répartition équitable.

Et comme l’a indiqué le directeur de l’hydraulique, tous les usagers seront informés et sensibilisés  afin qu’ils puissent apporter leurs contributions en vue de mieux protéger les ressources en eau et les préserver.

Khadydiatou SANOGO/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here