L’hivernage à Bamako : Les “Talikois” craignent une nouvelle période de calvaire

0

Situé derrière Lafiabougou en Commune IV du District de Bamako, les populations de Taliko vivent un véritable calvaire pendant la saison des pluies à cause du mauvais état des routes et parfois la montée de l’eau sur les ponts qui relient le quartier au reste de Lafiabougou. Une situation qui oblige souvent les habitants, surtout les travailleurs à se garer pour attendre que le niveau de l’eau baisse.

Le quartier de Taliko mérite aujourd’hui qu’on y accorde une attention particulière, car l’hivernage est une période particulièrement pénible pour ses habitants. Les chauffeurs de Sotramas et taxis refusent d’y circuler car l’état de la route abime les engins.

La route principale dont le bitumage est toujours en espérance, se trouve dans un état de dégradation très avancée pendant l’hivernage. L’eau stagne tout au long de la route comme des petits marigots pour faute de bitumage, collecteur et caniveau faisant ainsi, les artères principales les lits des eaux de ruissellement.

Après chaque grande pluie, la circulation est paralysée. Même s’il y a peu de destruction des maisons, elles sont les plus souvent inondées. Il faudra attendre des heures après la pluie avant de pouvoir circuler dans ce quartier.

Souvent les populations se mettent à fermer certains grands trous pour pouvoir circuler. Et c’est chaque année. Il vaut mieux marcher à pieds dès fois que de circuler dans une voiture ou à  moto dans ces rues.

Cependant, il importe de rappeler que cette population se souvient toujours  du tragique cauchemar qu’elle avait enduré en 2013 lors de grandes inondations dans la capitale qui avaient fait de dizaines de morts. Depuis lors, la population de Taliko ne dort pas pendant l’hivernage. Après chaque grande pluie, elles sont obligées de rester sur pied et de venir observer le niveau de l’eau dans le marigot.

Ce qui fait que la population de Taliko demande toujours le bitumage de leur route principale et le surcreusement du marigot avec la reconstruction des grands ponts.

 

Ibrahima Ndiaye

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here